Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Mathieu, étudiant en ESC parti étudier un semestre à Kingston au Canada :



Mathieu, étudiant à Kingston au CanadaJe m’appelle Mathieu et je suis actuellement étudiant au sein de la Neoma Business School. J’ai eu l’occasion de partir pendant 6 mois en 2014 en échange au Canada pour un semestre à l’étranger au sein de la Queens University à Kingston.

 

Quand as-tu commencé à préparer ton départ au Canada ?



J’ai pensé à partir au Canada avant même la première année d’école de commerce. A 20 ans, j’étais parti aux États-Unis pendant deux mois afin de travailler au sein d’un centre aquatique en tant que moniteur puis en tant que conseiller dans un « Visitor Center » à Santa Barbara en Californie.

J’en ai profité pour visiter le Canada sur la côté Ouest, de Seattle jusqu’à Vancouver pour atteindre la frontière de l’Alaska. J’ai bien aimé le Canada, et je me suis dit que je partirai bien pour une durée plus longue.

Deuxième point intéressant qui m’a convaincu pour partir, l’université de Queens à Kingston est particulièrement réputée dans le pays ce qui offre une ouverture à de belles opportunités au Canada par la suite. Pour finir, elle est en plein centre de la partie anglophone du Canada, ce qui me permettait de pratiquer l’anglais quotidiennement.

J’avais aussi sélectionné d’autres universités au Canada lors de mes démarches, je ne cherchais pas à partir en particulier à Kingston. La sélection et les hasards de l’affection ont fait que c’est ce choix qui a été retenu.

Quelles ont été tes démarches au sein de l'école de commerce ?



Au sein de l’école de commerce, le semestre à l’étranger est obligatoire dans notre cursus. Il est possible de faire au minimum un stage à l’étranger et/ou un semestre à l’étranger au sein d’une université partenaire. Certains étudiants multiplient les expériences à l’étranger, et avec une année de césure passe près de 2 ans de leur cursus à l’étranger, dans plusieurs pays différents !

Dans mon cas, j’avais déjà eu l’occasion de travailler à l’étranger aux USA, mais je souhaitais vraiment découvrir la vie d’un étudiant à l’international. J’ai donc notifié de mon choix à l’école en ligne dès que cela nous a été demandé.

A partir de là, dès le mois de Février, l’école nous demande de remplir nos choix d’universités à l’étranger pour un départ en Septembre. L’école dispose de plus de 170 partenaires à l’étranger sur les 5 continents. Chaque étudiant doit remplir 50 choix, afin de s’assurer que chacun ait l’opportunité de partir.

Certaines destinations sont très demandées, comme les USA, l’Australie, le Canada et certaines villes en particulier. Il est ainsi possible de partir facilement en Chine à Wuhan, mais il est en revanche bien plus difficile de partir à Shanghai ou Pékin qui sont bien plus demandés. Au final, c’est la loi de l’offre et de la demande, et les places sont limitées !

J’ai donc rempli mes 50 choix en ligne avec tous types d’universités et de pays, en espérant avant tout le Canada. Début Avril, l’école nous a informés du classement et des affectations finales, et il se trouve que j’ai obtenu Queens University à Kingston. J’avais donc réussi à obtenir ma place pour le Canada !

Bienvenue à l'université du Queens au Canada


Comment as-tu obtenu ton visa étudiant pour le Canada ?



J’ai fait pas mal de recherches sur ce point, car le site du gouvernement canadien n’était pas clair sur la nécessité d’un visa étudiant pour un seul semestre d’études. Après de nombreuses recherches, il s’est avéré que le visa étudiant n’était pas nécessaire dans la mesure où je souhaitais uniquement rester moins de 6 mois sur place, et que je ne souhaitais pas travailler.

Je suis donc parti sans visa, et on m’a délivré un visa de séjour temporaire à mon arrivée à l’aéroport pour une durée de 6 mois.

 

Attention, même si le visa n’est pas nécessaire avant votre départ, il faut vous assurer que vous disposez de l’ensemble des documents nécessaires pour prouver votre admission à un établissement canadien pour toute la durée de votre séjour. Lors de votre arrivée à l’aéroport, la douane n’hésitera pas à parcourir l’ensemble des documents, et vous à vous poser quelques questions sur votre capacité de financement de votre séjour.

As-tu obtenu une bourse d’études pour tes études au Canada ?



Je ne suis pas boursier du CROUS, je n’avais donc pas d’aide financière sur critères sociaux. Je sais que certaines bourses régionales peuvent néanmoins être accessibles, mais je n’ai pas cherché outre mesure et l’école ne nous a pas informés d’opportunité particulière.

Quel vol as-tu réservé pour le Canada ?



J’ai pris mes billets avec Air Transat, qui est l’une des compagnies les moins chères pour partir au Canada. Dans la mesure où je ne m’y suis pris que 3 semaines à l’avance, les billets m’ont coûté assez chers, autour de 950 euros.

Pour Kingston, il est déconseillé de prendre un vol avec escale.

Il vaut mieux se rendre à Montréal ou Toronto selon la ville la moins chère au moment où vous réserver votre billet, puis prendre le bus afin de rejoindre Kingston. Des bus partent directement des aéroports de Montréal et Toronto vers le campus de Queens University Ces bus sont réservés aux étudiants de Queens, et il faut s’inscrire via le site d’une association de l’école qui s’appelle Tricolor.

Il est aussi possible d’emprunter les compagnies tels que Greyhound, qui sont un peu plus cher, et ne partent pas forcément des aéroports.


Match de hockey au Canada


As-tu réservé ton logement avant de partir au Canada ?



Comme tout le monde, j’avais peur avant de partir de ne pas trouver d’appartement. J’ai donc commencé les recherches en France et je me suis inscrit sur les groupes Facebook de l’école afin de trouver un logement rapidement. Il y a énormément d’annonces sur le site, et j’avais réussi à réserver une semaine avant mon départ une place dans un logement pour 7 personnes un peu excentré du campus. Au final, à mon arrivée, c’est le logement que j’ai choisi !

En revanche, il ne faut pas se reposer sur les résidences étudiantes de l’université, qui ont énormément de règles contraignantes.

Pour ceux qui ne veulent pas cuisiner, il y a des plans de l’école pour avoir accès au restaurant universitaire matin/midi/ et soir. La nourriture est correcte, pas trop chère et facile d’accès. Cela reste néanmoins un tarif fixe au semestre, ce qui réduit la flexibilité par la suite si vous souhaitez manger à l’extérieur car vous payerez votre repas quoi qu’il arrive.

As-tu réservé tes cours avant de partir ?



Deux mois avant le début des cours, tu peux voir le syllabus de l’ensemble des modules ainsi que les horaires. La totalité des cours se font en 4 heures par semaine (2 fois 2 heures), et on a le choix entre différents horaires pour arranger son emploi du temps.

Je me suis arrangé pour choisir mes cours sur 2 jours par semaine, Lundi et Mercredi. J’avais donc 16 heures de cours réparties sur 2 jours.

Comment s’est déroulée ton arrivée au Canada ?



Mathieu est parti six mois à KingstonJe suis arrivé début Août, et j’ai passé les 3 premiers jours à Montréal à visiter la ville avec ma copine qui restait pour les 3 premières semaines avec moi. J’ai trouvé que l’on se faisait vite au décalage horaire.

 

Ensuite je suis arrivé à Kingston pour deux jours afin de découvrir la ville et obtenir mon appartement. Si le logement ne me convenait pas, j’aurai pu rester plus longtemps, mais comme tout était parfait, j’ai pu repartir au bout de 2 jours vers Toronto où j’ai passé 10 jours. Pour finir, je suis revenu trois jours avant le début des cours afin de découvrir la ville de Kingston.

Le premier jour à l’université a commencé par une présentation dédiée à l’ensemble des étudiants internationaux afin de nous préparer au semestre à venir. Ils nous ont aussi présenté l’association « Exchange & Transfer Commitee» dédiée aux étudiants internationaux qui s’occupe des évènements et voyages, et ils ont aussi présenté la semaine d’intégration des étudiants étrangers qui etait mise ne place.

Pour moins de 100 dollars, on était pris en charge en équipe de 10 étudiants avec 3 étudiants canadiens pour une semaine afin de parcourir les activités prévues pour la semaine. On a notamment eu une soirée dans un fort militaire, une painting party, des restaurants durant la journée, une visite de la ville, une visite du campus et un forum des associations de l’université.

On a aussi reçu un « Welcome Pack » avec une écharpe, une gourde, de nombreux goodies…

Au niveau des rencontres, j’avais déjà commencé à rencontrer des exchanges quelques jours avant la rentrée grâce à des évènements mis en place sur le groupe Facebook entre nous. J’ai donc commencé la semaine internationale en connaissant pas mal de monde.

Qu’est-ce que tu peux me dire sur l’université Queens de Kingston ?



Il y a entre 35000 et 40000 étudiants, répartis dans de nombreuses facultés. Globalement, tu vois surtout les étudiants de la Business School et très peu les étudiants de médecine et autres spécialisations. L’université se répartit sur 16 blocks, une piscine, une salle de sport sur 5 étages, un stade de sport … Le sport est d’ailleurs réellement important et mis en avant sur le campus !

Au sein de l’université, il y avait beaucoup d’endroits tenus par les étudiants qui proposaient des jobs et des endroits sympas pour se poser : deux bars sur le campus, le bookstore et le Tricolor (les goodies de l’école).

Comment se sont déroulés tes cours à Kingston ?



Les deux premières semaines étaient des semaines de test afin de valider les cours que l’on avait choisi. Si l’on n’avait pas demandé de nouveaux modules au bout de ces 2 semaines, il était impossible de changer de cours.

Globalement, les cours sont assez difficiles car on te demande beaucoup de travail personnel. C’est relativement plus dynamique qu’en France, dans la mesure où on te demande beaucoup de réfléchir par toi-même et avoir un véritable débat sur les sujets couverts.

Au niveau de la charge de travail personnel, je dirais qu’une heure de cours demandait 45 min de travail personnel. Avec les 16 heures de cours, le cursus demandait donc une trentaine d’heures de travail par semaine au total.

As-tu réussi à t’intégrer avec les étudiants Canadiens ?



Evenements à la Queens UniversityIl est difficile de s’intégrer avec les étudiants canadiens lors des cours hormis lors des travaux de groupe. Ils sont très portés sur leur GPA et souhaite obtenir un maximum de points afin de poursuivre les études dans les meilleures conditions. Les entreprises peuvent aussi demander le GPA de l’étudiant lors de l’embauche, ce qui impacte directement leurs chances de trouver un emploi à la sortie de l’université.

Ils évitent donc les étudiants internationaux qui ont tendance à travailler peu durant leur semestre d’échanges. Du coup, j’ai rencontré beaucoup de canadiens lors des soirées mais aucun pendant les cours.

Du côté des professeurs, j’ai remarqué qu’ils font un réel effort pour actualiser leur présentation chaque année. Pour un cours qu’ils enseignent chaque année, ils n’hésiteront pas à le faire évoluer. On retrouve donc des articles fournis qui datent de la veille ou de la semaine dernière, et des informations qui sont globalement d’actualité.

Autre point que j’ai remarqué, les théories présentées durant le cours ont toujours une application concrète. En effet, les enseignants vont toujours essayé d’appliquer à la vie professionnelle les enseignements théoriques.


Durant le semestre, comment s’est déroulée ton intégration ?



Les évènements étaient surtout entre étudiants étrangers, organisés par l’association ETC. L’intégration était toujours inter-étudiants internationaux et très rarement avec des canadiens. J’ai commencé à bien côtoyer les étudiants canadiens à partir de Novembre, car j’avais 3 cours sur 4 qui étaient uniquement avec des étudiants canadiens.

Je me suis pas mal intégré à l’extérieur de l’école, notamment grâce à un bar nommé le « Grizzly Grill ». On s’est rapprochés de plusieurs personnes durant nos soirées là-bas, et cela nous a permis d’étendre notre réseau d’amis canadiens.

Comment as évolué ton niveau d’anglais durant ton séjour ?



Grâce à mon séjour aux Etats-Unis, je parlais déjà correctement anglais. En parallèle, lors de mon cursus en école de commerce, je présidais l’association d’accueil des étudiants internationaux de l’école avec une quarantaine d’étudiants. C’était l’occasion pour moi de parler anglais toutes les semaines avec des étudiants du monde entier.

 

Je suis donc arrivé au Canada avec un bon niveau d’anglais, que j’ai pu perfectionner durant mon séjour au Canada. J’ai clairement un meilleur niveau qu’à mon départ.

As-tu réussi à voyager durant ton semestre au Canada ?



Oui j’ai bien réussi à voyager ! C’est même grâce à ça que je me suis fait mon groupe d’amis. Quelqu’un avait posté une annonce pour partir à Détroit dès la mi-Septembre. On s’est retrouvé à 4 étudiants pour partir (un Belge, un Danois, et une française), et c’est devenu mon groupe d’amis proche pour le semestre.

Pour faire court, j’ai eu l’occasion de partir durant mon semestre :

  • Un weekend dans un cottage au bord du lac dans la nature canadienne.

  • A Québec et à Montréal pour découvrir la province québécoise.

  • Aux Etats-Unis sur la Côte Ouest, de San Francisco jusqu’à Las Vegas.

  • Autour de Kingston, où il y avait beaucoup de grandes espaces naturels


Les voyages au Canada de Mathieu

Quel a été ton budget durant tes études au Canada ?



J'ai vraiment souhaité profiter à fond au Canada et je n'ai pas hésité à dépenser pour sortir et voyager durant le semestre. Mon budget durant mon semestre au Canada s'est réparti comme suit :

Logement : 300 euros par mois. Pour une chambre de 15 m2 dans une maison de 7 personnes. J’étais malheureusement un peu loin du campus (10 min de bus).

Nourriture : 350 euros par mois. En faisant quelques restaurants chaque mois.

Transport : Le bus était gratuit dès que tu obtenais ta carte étudiante de Queens University

Vol Aller-retour : 950 euros. Pris un mois en avance, un peu tard donc pour obtenir le meilleur prix

Assurances : Grâce à ma carte Visa Premier, j’étais assuré sur place.

Voyages : 400 euros par mois. Je partais beaucoup chaque weekend et j’ai fait quelques voyages assez lointains

Sorties : 200 euros par mois. Je sortais beaucoup chaque semaine ce qui a un coût !

Quelques petites astuces :

Pour faire ses courses, LOBLAWS est beaucoup moins cher que Metro qui est ouvert 24 sur 24h.

Je conseillerai aussi de trouver un logement proche du campus principal quitte à payer un peu plus cher. J’étais un peu trop loin et c’était parfois dérangeant pour les sorties et les soirées

Pour finir, je conseillerai fortement d’investir dans un vélo que l’on peut acheter sur Kijiji par exemple. La ville de Kingston est très plate ce qui rend les déplacements à vélos très faciles, alors que l’on peut la traverser en une demi-heure.

 

Qu’est-ce que tu as pensé de la ville de Kingston ?



Le climat à KingstonJ’ai trouvé la ville vraiment géniale. La ville n’est pas trop grande mais dispose de tout ce qui est nécessaire. Le campus de Queens est directement dans le centre, et on sent que la ville tourne beaucoup autour de la vie étudiante. En effet, les commerces, et l’agencement du centre-ville favorisent les étudiants.

Au niveau de l’hiver canadien, c’est à partir de mi-Novembre ! Il commence à faire froid et à neiger et il y a facilement des tombées de neige de plus de 50 centimètres.

Concernant les transports dans la ville de Kingston : il y a un bus toutes les demi-heures ! Un vélo a donc tout son sens. Pour information, il est bon de savoir que c’est la partie anglophone du Canada, que l’on est à une demi-heure de la frontière américaine, et à distance égale de Toronto, Montréal, Ottawa.

La nourriture est moins recherchée qu’en France mais il y a beaucoup de fast-food de tout type facilement accessibles financièrement (Teryaki, Barbecue, Burgers).

Quelle est ta conclusion sur ton séjour d'études au Canada ?



Je me suis vraiment fait plaisir durant mon semestre à Kingston. J’ai eu l’occasion de rencontrer des amis que j’ai pu revoir par la suite. Afin de profiter un maximum de ma période sur place, je suis parti du principe que je me ferai plaisir et que je regarderai très peu les prix, et ça a très bien fonctionné ! Au final, une expérience géniale que j’aurai bien prolongé pendant 6 mois de plus.

A refaire sans hésitation !

Prendre des cours d'anglais et effectuer un stage en entreprise au Canada :


 

ILAC anglais et stages


Le Canada est aujourd’hui la destination la plus demandée par les français pour les études et les stages. Alors que la maîtrise de l’anglais est désormais indispensable, l’expérience professionnelle à travers des stages en entreprises est un réel plus pour votre profil. Dans ces conditions, pourquoi ne pas rejoindre un programme combinant tous ces avantages, qui plus est au Canada ?


Les programmes combinant l’apprentissage de l’anglais et une période de stage :


 

Afin de répondre aux besoins du marché de l’emploi, les étudiants doivent aujourd’hui parler anglais tout en ayant une connaissance du marché du travail à travers une ou plusieurs expériences professionnelles. Face à cette nécessité, les organismes de cours de langue ont su s’adapter et proposer des séjours au Canada répondant à ces attentes.


Il est aujourd’hui possible de suivre un cursus en un an, permettant à la fois l’apprentissage de l’anglais et la professionnalisation. Ces cursus sont découpés de manière à ce que vous amélioriez votre anglais durant les premiers mois, afin d’utiliser par la suite vos acquis et continuer à pratiquer la langue de manière régulière au sein de l’entreprise.

 

A qui s’adressent ces cursus stage et cours de langue au Canada ?


 

Les écoles de langue n’ont pas de pré-requis particuliers pour les étudiants souhaitant rejoindre ce type de programme. En revanche, meilleur est votre profil, plus vous aurez de facilités à trouver un stage !

 

C'est une excellente occasion d'améliorer votre profil professionnel. Il est ainsi conseillé de rejoindre une formation de ce type après le BAC, un DUT, une Licence ou un Master dans le but de donner un aspect international à votre C.V. C'est aussi une manière de se différencier des autres candidats pour les admissions au sein de seconds cycles universitaires, particulièrement dans les Grandes Écoles d'ingénieur et de commerce.

 

Des écoles de langue canadiennes toujours plus proche des entreprises :


 

Les écoles de langue au Canada pratiquant ce type de séjours se sont progressivement rapprochées des entreprises nationales et internationales afin de répondre aux attentes des étudiants français.

Elles possèdent aujourd’hui de nombreux partenaires, parmi lesquelles de grandes groupes, mais aussi des PME locales. A cela s’ajoute la possibilité de chercher par vous-même un stage, et de recevoir des offres spontanées régulières de la part de l’organisme organisateur.

 

La recherche de stage au Canada est donc facilitée, et la qualité des offres proposées approuvée. 

 

Quels sont les avantages et inconvénients de ce type de séjour au Canada ?


 

Ce type de séjours représente un projet important sur une durée de un an, et il est donc nécessaire de bien comprendre les différents aspects qui lui sont liés :

 

Avantages d'un séjour stage + cours d'anglais :

 

  • Un pratique continue de la langue permettant d’obtenir un excellent niveau d’anglais
  • Valide une expérience professionnelle internationale au Canada qui sera valorisée en France
  • Permet d’obtenir un profil recherché et attractif lors du recrutement des grandes écoles et universités en France.
  • Des démarches facilitées pour l’obtention de votre stage, de votre logement, de votre visa grâce à l’organisme d’accueil

 

Inconvénients d'un séjour stage + cours d'anglais :

 

  • Le coût est important pour un étudiant français habitué aux frais d’inscription faibles de l’université. Cela reste néanmoins un investissement et un véritable tremplin pour débuter votre carrière professionnelle.
  • Tous les organismes ne se valent pas, et il est conseillé de se tourner vers les plus importants et les plus reconnus au Canada plutôt que ceux de taille modeste.


Partenaire : stage et cours d’anglais au Canada avec ILAC


 

Stage et cours d'anglais au CanadaILAC est la première école de langue au Canada avec des milliers d’étudiants choisissant les services de l’école chaque année pour apprendre l'anglais et intégrer une entreprise sur place.

 

De par sa taille et sa réputation, elle est en contact direct avec les services de recrutements des grands groupes et PME à Toronto et Vancouver, garantissant des stages de qualité.


Pour plus d’infos, rendez vous sur la page stage et cours d’anglais au Canada du portail ILAC.

 

Si vous souhaitez effectuer une réservation ou en savoir plus sur le déroulement du séjour, n'hésitez pas à contacter le représentant français de ILAC Canada.

 

 

{youtube}RI435Lb6M30|520|350|0{/youtube}

Les formations universitaires dans les établissements canadiens :


 

Diplôme au CanadaLe Canada possède un système de diplôme calqué sur le modèle anglo-saxon, avec quelques différences notables néanmoins par rapport aux pays européens. Avant de préparer votre projet, renseignez vous sur les équivalences pour rejoindre un programme au Canada, car votre niveau d'études européen n'est pas nécessairement valable de l'autre côté de l'Atlantique !

 

Le Canada présente trois niveaux d'études universitaires : le Bachelor (Bac +4), le Master (Bac +5) et le PhD (jusqu'à 5 ans d'études après le Master). A cela s'ajoute des formations professionnalisantes comme le MBA ou les Masters spécialisés.

 

Les différents niveaux de formation au Canada :


 

Bachelor au CanadaLes programmes Bachelors au Canada

Le "Bachelor Degree" représente le premier cycle universitaire au Canada, mais contrairement aux pays européens, il s'effectue en 4 ans et non en 3 ans ! L'ensemble des domaines de formation est proposé dans les établissements.

 

 

Master au CanadaLes programmes Masters au Canada

Les "Master Degree" sont des formations Postgraduate accessibles après l'obtention d'un Bachelor ou équivalent. Ils doivent permettre à l'étudiant d'appronfondir les connaissances qu'il a acquis dans son domaine durant son cursus précédent.

 

 

PhD au CanadaLes programmes PhD au Canada

Les "PhD" sont des programmes permettant aux étudiants de se spécialiser dans la recherche et l'enseignement. D'une durée variable d'au minimum 3 ans, ils permettent d'acquérir toutes les compétences nécessaires pour mener des recherches.

 

 

MBA au CanadaLes programmes MBA au Canada

Les MBA sont le plus haut niveau de diplôme pour les étudiants souhaitant travailler dans le commerce et l'administration. Souvent élitistes, ils demandent au minimum 3 ans d'expériences professionnelles avant de postuler.

 

 

 

Rejoindre un programme "PhD" (Doctorat) au Canada :


 

PhD au CanadaLe Canada est l’un des pays ayant attiré le plus d’enseignants chercheurs en 2012, et cela n’est pas dû au hasard. Entre l’attractivité naturelle du pays et de ses universités, les moyens mis à la disposition des enseignants chercheurs surclassent la très grande majorité des pays d’Europe, alorsque les niveaux de salaire sont deux fois plus élevés en moyenne.


Effectuer un « PhD » au sein d’une université canadienne est donc un projet solide, profitable sur le court et le long terme. Mais il nécessite une préparation préalable importante, ainsi que la constitution d’un dossier dans les rêgles.

 
La reconnaissance internationale des PhD canadiens :


 

Les étudiants-chercheurs au Canada disposent de budget relativement conséquent durant leur formation et un soutien important afin de mener des recherches de qualité, qui seron dans le meilleur des cas publiées. Leur situation est globalement très enviée des chercheurs européens disposant de conditions moins avantageuses.


Rejoindre un « PhD » au sein de l’une des universités canadiennes vous permettra de travailler dans le monde entier par la suite, néanmoins, c’est avant tout la qualité des recherches que vous aurez mené qui vous garantiront des responsabilités par la suite.

 
La structure des « PhD » au Canada :


 

Les étudiants rejoignant une formation de niveau « PhD » doivent mener des recherches tout au long de leur cursus, tout en proposant en fin de programme une thèse qui aura été supervisée par un chercheur agréé. La durée d’une formation PhD varie de 4 à 7 ans selon les établissements et les recherches menées.


Un examen oral afin de présenter vos recherches est organisé à la fin de votre formation, afin de valider votre projet face à un jury compétent, et valider par la même occasion votre capacité à mener des recherches de manière autonome.

 
Quand postuler à un « PhD » au Canada :


 

Doctorat au CanadaLe calendrier universitaire canadien est proche de notre calendrier universitaire, avec une rentrée en Septembre et des cours durant jusqu’à début Janvier pour le premier semestre, puis un second semestre de Janvier à Juin.


Il est nécessaire de postuler dès le mois de Septembre de l’année précédente via le site internet de l’université, dans la mesure où des démarches particulières vous seront demandées en tant qu’étudiant de PhD, à commencer par la recherche d’un tuteur.


Poser sa candidature à un programme « PhD » est un projet réfléchi, demandant un temps conséquent, vous devez donc commencer à planifier l’ensemble des démarches près de 15 mois avant la date de rentrée prévue.

 
Les démarches pour s’inscrire à un « PhD » au Canada:


 

Il est nécessaire d’avoir un bon dossier universitaire pour postuler à un « PhD » au sein des universités canadiennes. Votre dossier doit donc être soigné et refléter le meilleur de vous-même.

 

Votre dossier d’inscription doit contenir les documents suivants :

 

Votre diplôme de niveau « Master » ainsi que la spécialité qui avait été choisie. Le « PhD » doit se faire en continuité de votre spécialisation lors de votre Master, bien qu’il soit possible de se mettre à niveau dans un autre domaine via des stages spécifiques.

 

L’ensemble des résultats obtenus durant vos trois dernières années d’études. Ils doivent être traduits en anglais, que cela soit via l’administration de votre ancien établissement ou un traducteur assermenté.

 

Le score obtenu à l’un des tests d’anglais. Les requis sont généralement plus élevés que dans les niveaux d’études inférieur avec un minimum de 90 au TOEFL Ibt ou 6.5 à l’IELTS.

 

Des lettres de recommandations de la part de contacts universitaires ou professionnels attestant de vos qualités pour mener des projets de recherches.

 

Une lettre de motivation vous décrivant, mettant en avant vos qualités justifiant votre candidature à la formation.

 

Une photocopie de votre passeport valide au moins un an après le début du cursus.

 
Les frais d’inscriptions aux programmes « PhD » :


 

Le coût d’un programme « PhD » peut paraître important aux premiers abords, mais le Canada est l’un des pays offrant le plus de bourses d’études pour les étudiants chercheurs.

 

Cette situation permet aisément de passer outre des frais d’inscriptions compris entre 9000 euros et 25 000 euros par an, voir même de se faire prendre en charge le coût de la vie sur place.

Rejoindre un programme "Bachelor" (Licence) au Canada : 



Faire une Licence au CanadaLe Canada est en concurrence directe avec les États-Unis quand à l’attractivité auprès des étudiants internationaux. Si les systèmes sont similaires dans leur globalité, les universités canadiennes offrent globalement plus de flexibilité quand aux points d’entrée et de sortie des différents cursus.

 

Les programmes « Bachelor Degree » représente le premier cycle universitaire au Canada, nommé « Undergraduate ». Ces formations sont proposées sur une période comprise entre 3 à 4 ans selon vos choix personnels et votre domaine d’études. Néanmoins, la spécificité du système canadien fait que la majorité des programmes sont en 4 ans, ne facilitant pas les équivalences pour les étudiants européens !

 

Il est généralement admis qu’un Bachelor canadien est l’équivalent de notre Master 1 universitaire, bien qu’il soit possible de faire valoir votre équivalence avec une Licence. Attention cependant, les équivalences se font au cas par cas et ne sont pas toujours accordées par les universités !

Pour plus d'informations sur les études au Canada, n'hésitez pas à consulter notre guide complet !

 
La reconnaissance internationale des « Bachelor Degree » canadiens :


 

Les programmes « Bachelor » attirent chaque année de nombreux étudiants français, que cela soit en 1ère année ou après quelques années d’études en France. 

 

Le Canada tout comme les USA sont des pays leaders de l’éducation mondiale, et proposent de ce fait, des formations reconnues aisément dans la plupart des universités européennes. Vous n’aurez aucune difficulté à obtenir une équivalence auprès des universités françaises, bien qu’un passage à l’ENIC-NARIC puisse être nécessaire afin d’obtenir des équivalences officielles. Le programme Bachelor vous permettra par la suite de poursuivre vos études en Master.


Quand au marché de l’emploi français, un « Bachelor Degree » canadien permet de se différencier en orientant votre profil professionnel vers l’international.

 
La structure d’un Bachelor au Canada :


 

Bachelor au CanadaLes étudiants rejoignant un Bachelor Degree devront suivre dans la majorité des cas un programme sur 4 ans. Le système universitaire canadien variant d’une région à une autre, il possible que dans certains cas les programmes Bachelors proposés s’effectuent en seulement 3 ans.


Il est possible de quitter son programme en cours de formation tout en obtenant un diplôme représentant le nombre de semestres validés.

 

Ainsi, un étudiant partant après 4 semestres d’études validés obtiendra un « Diploma of … » alors qu’un étudiant ayant validé seulement 2 semestres obtiendra un « Cetificate of … ». A partir de 6 à 8 semestres selon l’établissement et la formation, vous validerez complètement le programme et obtiendrez un « Degree of … », représentant votre diplôme Bachelor.


S'inscrire à un "Bachelor's Degree" au Canada:



Vous pouvez vous inscrire à un programme Bachelor au Canada pendant votre année de Terminale en France, ou après deux années d'études à travers un BTS/DUT en rentrant directement en troisième année.

La sélectivité des programmes varient grandement d'une université à l'autre, mais les résultats obtenus au Bac, voire durant votre Bac+2 seront déterminants dans votre admission. Pour plus d'informations, nous vous invitons à consulter notre guide des démarches d'inscription, ainsi que le guide dédié aux études au Canada après le Bac.

Pour les étudiants souhaitant recevoir le soutien d'un organisme spécialisé dans vos démarches, nous vous conseillons de prendre contact avec notre organisme partenaire Study Experience. Spécialisée dans les études à l'étranger, l'agence sera à même de vous soutenir dans la création de votre dossier d'inscription, votre orientation, et vous fera bénéficier de son réseau d'universités partenaires au Canada.

 
Commencer ses études via un Community College au Canada :


 

Pour les étudiants souhaitant obtenir une formation légèrement différente à un coût inférieur, il est possible de rejoindre l’un des nombreux « Community College » canadiens avant de rentrer directement en 3ième année de programme Bachelor.


Les formations proposées sont axées sur la pratique et le monde professionnel, en opposition avec l’université plus théorique. Après deux ans d’études, il vous sera délivré un « Diploma of … » qui vous donne accès sous certaines conditions à une troisième année de « Bachelor Degree ».


Il est conseillé de se renseigner sur les différents « Community College » avant de postuler, la plupart ayant des partenariats avec les universités pour faciliter les équivalences et assurer une place à leurs étudiants désirant poursuivre leurs études.

 
Le coût d’un programme Bachelor au Canada :


 

Le coût d’un programme « Bachelor » au Canada est important, surtout aux yeux d’un étudiant français bénéficiant de la quasi-gratuité de l’enseignement supérieur en France. Il faut ainsi compter entre 6000 et 15 000 euros par an pour pouvoir s’inscrire au sein d’une formation Bachelor.


Un coût important qui doit être vu comme un investissement, mais qui peut aussi être réduit grâce aux nombreuses bourses d’études disponibles, allant parfois jusqu’à prendre en charge complètement le coût de la formation et de la vie sur place pour l’étudiant.

Comment rejoindre un programme Master au Canada ?


 

Un master au CanadaLe Canada accueille la majorité des étudiants internationaux du pays dans le cadre d’un programme Master, que cela soit lors d’un échange ou d’un programme complet.


L’offre de Masters importante ainsi que le nombre importants d’établissements à renommée internationale suffisent à attirer plusieurs milliers d’étudiants européens, malgré des frais d’inscription élevés.

 

Découvrez comment rejoindre un programme Master au Canada, des différents requis et démarches au fonctionnement des différents programmes.

 
La structure des programmes Masters canadiens :


 

Le « Master Degree » est le premier niveau de diplôme accessible après avoir validé une formation Undergraduate, c'est-à-dire un « Bachelor Degree » en 4 ans dans le cas du Canada. Il fait donc partie des formations Postgraduate, et permet par la suite de rentrer sur le marché du travail à haut niveau, ou de continuer ses études au sein d’un programme PhD / Doctorat.

 

Il existe deux types de « Master Degree » au Canada, les programmes académiques et les programmes professionnels. Les premiers sont plus concentrés sur l’acquisition de connaissances théoriques et l’analyse alors que les seconds mettront l’accent sur la recherche et l’application des connaissances.

 

Les programmes canadiens sont reconnus sans difficulté en Europe ou dans le reste du monde, tant dans le domaine universitaire que professionnel. Ils vous ouvrent donc de nombreuses possibilités sur le marché de l’emploi ou pour la poursuite d’études.

 
Les requis d’admission au « Master Degree » au Canada :


 

Les étudiants français souhaitant rejoindre un programme Master au Canada risquent de se heurter à un problème d’équivalence de diplôme entre les deux pays.


En effet, si les Masters français sont accessibles après l’obtention du Licence en 3 ans, le Canada propose lui un premier cycle universitaire en 4 ans via ses programmes Bachelors. Ce n’est qu’à l’issue de ces 4 ans que les étudiants peuvent entrer au sein d’un « Master Degree ».

 

Les établissements canadiens sont conscients de ce problème d’équivalence qui touche l’ensemble des étudiants de l’Union Européenne suite à la réforme LMD. Il existe donc plusieurs solutions pour les étudiants français souhaitant rejoindre une formation de niveau Master canadienne.

 

  • Les programmes pré-Masters d’une durée de 6 mois mettant à niveau les étudiants
  • Les programmes d’été dans certains cas, durant deux mois et préparant à rentrer en Master
  • Les programmes Masters en deux ans
  • La possibilité de postuler après l’obtention d’un Master 1 (Bac +4)
  • L’obtention d’une équivalence après votre Licence dans le cas de bons résultats universitaires.

 
Les démarches pour postuler à un Master au Canada :


 

Programme Master au CanadaLe Canada est, tout comme les USA, l’un des pays nécessitant le plus de démarches pour les étudiants internationaux souhaitant rejoindre une formation.


Il est donc conseillé de commencer les démarches de 15 à 18 mois avant la date de rentrée universitaire prévue afin d’éviter tout retard ou problème durant les procédures.


Vous pouvez postuler aux différents établissements et formations qui vous intéressent via le portail de chaque université, mais attention, chaque candidature envoyée vous coûtera des frais de dossier. 

Si vous souhaitez être conseillé durant vos démarches, nous vous recommandons de faire appel aux services de notre agence partenaire Study Experience. Spécialisée dans l'accompagnement des étudiants souhaitant poursuivre leur cursus à l'étranger, Study Experience dispose de conseillers expérimentés qui vous permettront de déposer votre dossier dans les meilleures conditions, tout en vous faisant bénéficier de leur réseau d'universités canadiennes partenaires.

 

Chaque établissement vous demandera généralement les mêmes documents :

 

Votre diplôme de niveau Master 1 / Licence ou votre « Bachelor Degree ».

 

Les résultats obtenus pendant vos études universitaires. Ils doivent être envoyés en anglais, avec une explication des acquis obtenus par l’étudiant à l’issue de sa formation précédente. Il est nécessaire de se tourner vers l’administration de votre ancien établissement pour obtenir vos traductions, ou vers un traducteur assermenté.

 

Les tests du GMAT ou du GRE sont de plus en plus répandus dans les requis. Ce sont des tests standardisés permettant de mettre en avant la capacité de réflexion et de logique de l’étudiant. Ils nécessitent une préparation préalable et ne sont pas à prendre à la légère !

 

Votre CV présentant vos différentes expériences professionnelles. Certains programmes, comme les MBA, demandent un minimum d’expériences professionnelles comme requis.


Une lettre de motivation présentant votre profil et votre personnalité, et ce que vous pouvez apporter à l’école.

 

Une copie de votre passeport, valide pendant l’ensemble de l’année d’études prévue.

 
Le coût d’un « Master's Degree » au Canada :


 

Si l’on exclu dès le départ le Québec qui possède des frais particuliers pour les étudiants français, rejoindre un programme Master au Canada coûte entre 7000 euros et 30 000 euros par an.


C’est un coût important, qui peut être en parti voir complètement pris en charge via une bourse d’études.

 

 

Rejoindre un programme MBA au Canada :


 

Programme MBA au CanadaLe Canada a su intégrer très rapidement les programmes MBA au sein de ses écoles de commerce, et il est aujourd’hui l’une des meilleures destinations pour ce type de formation. De nombreux établissements proposent des programmes trustant les premières places des classements mondiaux, et les diplômés de MBA canadiens font partie des managers recevant en moyenne les meilleures salaires à la sortie du diplôme.

 

La plupart des « Business School » canadiennes ont aujourd’hui une influence internationale au même niveau que les meilleures « Business School » américaines, et elles sont en compétition directe pour recruter les meilleurs étudiants internationaux.

 
Les spécificités des MBA canadiens :


 

En dehors d’un niveau de salaire et d’un taux d’insertion tout deux très élevés pour les étudiants canadiens à la sortie de leur MBA, le Canada possède aussi la particularité d’avoir de nombreux étudiants de MBA poursuivant leurs études dans le cadre d’un PHD.


Ces étudiants deviennent par la suite des chercheurs dans le domaine des médias, du commerce ou encore de la Finance. Il faut garder à l’esprit que les « doctorants » titulaires d’un PHD sont beaucoup plus valorisés au Canada qu’en France. Les mentalités sont globalement très différentes et les entreprises recherchent bien plus les profils d’étudiants doctorants, alors qu’en France la valeur ajoutée d’un « PHD » est souvent mal perçue.

 
La reconnaissance internationale des MBA canadiens :


 

Les MBA canadiens sont à mettre au même niveau que les MBA américains pour leur reconnaissance sur le marché de l’emploi internationale. Les niveaux de salaire ainsi que le taux d’insertion des diplômés est globalement similaire, notamment grâce à la relation de proximité très importante entretenue par les « Business School » canadiennes avec les entreprises à rayonnement international.

 
La structure des MBA canadiens :


 

Les MBA canadiens couvrent l’ensemble des différents types de programme disponible, à savoir formation à temps plein, à mi-temps, en ligne ou destinée aux professionnels. Les formations s’étalent sur des durées comprises entre 10 mois et 2 ans selon votre choix, bien que le MBA de référence reste le MBA à temps plein d’origine en deux ans.

 

Une spécificité des universités canadiennes est de proposer des programmes combinés en 4 ans permettant à la fois d’obtenir un MBA mais aussi une seconde spécialisation dans un domaine plus ou moins lié. On retrouve notamment les domaines de la médecine, du droit, de l’agriculture ou encore l’ingénierie.

 
Les dates clés et l’envoi de votre candidature :


 

MBA au CanadaLes écoles de commerce canadiennes ne demandent pas de documents particuliers lors de l’inscription, autres que ceux généralement demandés lors de l'envoi du dossier.


Il est conseillé d’entamer les démarches au moins 12 mois avant la date de rentrée prévue, plusieurs tests comme le GMAT ou le TOEFL étant à passer pour évaluer votre niveau de langue et vos capacités de réflexion et de logique.


La plupart des universités proposent aujourd’hui une inscription en ligne via leur portail, facilitant ainsi les démarches pour les étudiants internationaux.

 
Le coût des MBA au Canada :


 

Le Canada est un pays relativement couteux pour les études et les programmes MBA ne sont pas réputés pour être particulièrement accessibles. Il faudra donc compter entre 10 000 euros à 80 000 euros par an pour rejoindre une formation au sein d’une école de commerce canadienne, avec une moyenne située autour de 25 000 euros par an.


Le coût total de la formation dépend de nombreux facteurs, à commencer par la durée totale, la renommée du programme, l’établissement d’accueil ou les spécificités du programme.

 

Pour en savoir plus, retrouvez l'intégralité de notre dossier sur les MBA à l'étranger !

 

Quelle ville choisir pour étudier au Canada?

Les différentes villes pour étudier au Canada :


 

Le Canada est un des plus beau pays au monde de par ses paysages mais aussi sa diversité. Il est aussi l'une des puissances mondiales les plus saines économiques parlant, avec une excellente gestion politique qui a permis au pays d'avoir de très bonnes conditions financières. Chaque ville représente alors la grande force du Canada, à la fois modernes et actives pour les plus grandes, puis conviviales et respectueuses de la nature pour les villes plus petites.

 

Les universités ont mis en place leurs campus sur tout le pays, et les villes étudiantes sont nombreuses et diversifiées. Des grands centres économiques comme Montréal, Toronto ou Ottawa, aux villes plus touristiques comme Québec ou Calgary.

 
Les différentes villes étudiantes canadiennes :


 

Étudier à TorontoÉtudier à Toronto : plus grande ville du pays

Toronto est la ville la plus importante en nombre d'habitants du pays, mais aussi la plus multiculturelle. Elle possède près de 4 universités et de multiples autres établissements pour une population étudiante proche des 350 000 jeunes.

Les étudiants du monde entier viennent étudier à Toronto !

 

Étudier à MontréalÉtudier à Montréal : le berceau de la culture franco-américaine

Montréal est une ville franco-américaine attirant de nombreux étudiants francophones chaque année. La ville est partagée entre sa culture anglo-saxonne et sa culture francophone, et ses habitants sont souvent bilingues.

De plus, de nombreux établissements réputés y possèdent leur campus, à commencer par l'université de Montréal et son école de commerce "HEC Montréal".

 

 

 

Les meilleures universités canadiennes pour la recherche et la préparation d'un P.H.D :


 

Doctorat et universités au CanadaLa préparation d'un doctorat ou l'équivalent anglais, le P.H.D, se fait dans des établissements spécifiques investissant dans la recherche. Ainsi, toutes les universités au Canada ne peuvent pas proposer de formation dans la recherche. La plupart des universités canadiennes vous donnant accès à ce type de formations sont les plus renommées du pays, et possèdent des moyens conséquents. De plus, les études de médecine sont accessibles uniquement dans ce type d'établissements, possèdant des "Medicals Schools".

 

Le classement national MacLean's a dédié un classement spécifique aux universités proposant des P.H.D, et met en avant les 15 meilleurs établissements pour ce type de formations. Attention, la concurrence sera néanmoins rude, les établissements canadiens étant très prisés des étudiants internationaux au niveau doctorat.  

 

Les meilleures universités canadiennes pour la recherche :


 

Voici les 15 meilleurs établissements pour la préparation d'un PhD, pour rejoindre une formation dans la médecine, ou plus généralement dans la recherche au Canada selon le classement MacLean's 2012.

 

1 McGill 
2 Toronto 
3 UBC 
4 Queen’s 
5 Alberta 
6 Dalhousie 
6 McMaster 
8 Calgary 
9 Western 
10 Ottawa 
10 Saskatchewan 
12 Laval 
12 Montréal 
14 Sherbrooke 
15 Manitoba 

 

Pour plus d'infos et d'autres classements, rendez-vous sur étudier au Canada !




Quelle université choisir pour un programme Undergraduate au Canada ?


 

Programme Undergraduate au CanadaVous souhaitez rejoindre un programme Undergraduate au Canada mais vous ne savez pas quel établissement choisir ? Le classement national des universités canadiennes, le classement MacLean's, a mis en place une catégorie spécifique dédiée aux universités essentiellement tournées vers les programmes Undergraduate.

 

Les programmes Undergraduate correspondent aux niveau Bac à Bac +4, et certaines universités se focalisent uniquement sur ce type de programmes. Elles prendront quelques fois l'appellation de "Colleges", pour désigner leur orientation. Dans le cadre du classement MacLean's, elles sont nommées "Primarily Undergraduate".

 

Les autres établissements sont eux aussi un excellent choix pour une formation Undergraduate, notamment les plus importants tels que McGill ou Toronto. Cependant ils n'apparaissent pas dans le classement car ils proposent des formations couvrant tous les niveaux d'études, et investissent massivement dans la recherche.

 

Les meilleurs établissements canadiens dédiés aux formations Undergraduate :


 

Voici donc les 15 meilleurs établissements dédiés aux formations Undergraduate au Canada, ou "Primarily Undergraduate" en 2012 selon le classement MacLean's.

 

1 Simon Fraser 
2 Victoria 
3 Waterloo 
4 Guelph 
5 Memorial 
6 New Brunswick 
7 Carleton 
8 Windsor 
9 York 
10 Regina
11 Wilfrid Laurier
12 Concordia 
13 UQAM 
13 Ryerson 
15 Brock 

 

Pour plus d'informations et d'autres classements, n'hésitez pas à vous rendre sur étudier au Canada ! 




Comment obtenir son "Study Permit" pour partir étudier au Canada ?


 

Permis de résidence étudiant au CanadaLe permis de résidence étudiant ou "Study Permit" est un document nécessaire pour étudier au Canada pour une période supérieure à 6 mois. Les démarches pour l'obtenir son à faire auprès du gouvernement canadien, après avoir été admis au sein d'une université canadienne et avoir reçu la lettre d'admission. 

 

Les candidatures pour l'obtention du permis peuvent se faire en ligne ou par courrier, bien qu'il soit bien entendu conseillé de faire les démarches en ligne pour se faciliter les choses. A votre arrivée au sein de l'université, vous aurez trois semaines pour fournir les documents à l'université prouvant votre obtention du permis.

 

Les démarches pour obtenir son "Study Permit" pour partir au Canada :


 

Il est conseillé d'entamer les démarches dès que vous avez été accepté au sein d'une université afin de ne pas manquer de temps, les formalités devant se faire normalement 3 ou 4 mois avant pour s'assurer que tout se déroule sans difficultés.

Pour obtenir votre permis de résidence étudiant, vous devez :

 

  • Prouver que vous avez les moyens nécessaires de payer les frais d'inscription
  • Prouver que vous avez les moyens nécessaires pour vivre sur place sans travailler
  • Prouver que vous n'avez aucun passé criminel
  • Certifier que vous reviendrez bien en France à l'expiration de votre permis

 

Vous pouvez effectuer les démarches en ligne ou par courrier, sachant qu'il faut en moyenne 16 jours pour que votre dossier soit validé en ligne contre 27 jours pour un dossier envoyé par papier. Plus d'informations sur les délais sur le site de l'immigration canadienne.

L'ensemble des démarches à effectuer pour obtenir votre permis de résidence est disponible à cette page (en anglais). Vous devrez télécharger un dossier à remplir, puis par la suite choisir de l'envoyer par la voie qui vous convient le plus. Les frais pour envoyer votre candidature sont de 125$ canadiens en 2012.


Après avoir postuler pour son permis de résidence étudiant au Canada :



Le student residence permit pour étudier au CanadaIl est possible de suivre le statut de votre candidature en ligne, via la page d'inscription en rentrant les coordonnées de votre compte. Le gouvernement peut vous demander de passer un examen médical pour justifier votre condition physique, mais cela n'est pas systèmatique. Une fois votre dossier traité, vous recevrez une lettre, cette fois bien physique, pour vous informer que votre demande a bien été acceptée et dans le cas contraire, pourquoi celle-ci a été refusée.

 

Lors de votre arrivée au Canada, ce document peut vous être demandé. Une fois sur place, si vous souhaitez étendre la période du permis pour étudier sur une durée plus longue, vous devez vous y prendre au minimum 120 jours auparavant et suivre les démarches suivantes.


Si vous souhaitez plus d'informations, n'hésitez pas à consulter nos articles pour étudier au Canada, ou encore "Les formalités pour s'inscrire aux universités canadiennes".






Quels sont les avantages et les inconvénients de partir étudier au Canada ?


 

Les avantages à étudier au CanadaLes étudiants français sont de plus en plus nombreux à vouloir partir étudier au Canada pour améliorer leur anglais mais aussi pour profiter de l’excellence de leurs programmes académiques. Le Canada fait partie des nations investissant le plus massivement dans leur éducation et ceci explique la forte notoriété et le prestige des universités et établissements canadiens dans le monde ainsi que la reconnaissance de leurs diplômes auprès des plus grands groupes au monde.

 

De nombreux étudiants veulent partir étudier au Canada mais ce choix doit être réfléchi car malgré les avantages évidents d’un séjour d’étude au Canada, il existe aussi des inconvénients qui peuvent ralentir ou décourager certains. Il est également important de garder à l’esprit que le Canada est avant tout un pays anglophone dont seulement 7 millions d’habitants parlent vraiment le français (essentiellement au Québec) c’est pour cette raison qu’il est impératif de maitriser l’anglais.

 

Avantages :

  • Investissement massif de l’état canadien dans l'éducation.
  • Qualité de l’enseignement et diplômes prestigieux reconnus dans le monde entier.
  • Formalités pour les VISA peu contraignantes pour les français
  • Proximité et accès facile vers les Etats-Unis

 

Inconvénients :

  • Sélectivité plutôt importante pour intégrer les universités.
  • Coût des études plus importants qu’en Europe
  • Distance vis-à-vis de l’Europe

 

Avant de partir faire ses études au Canada, il est impératif d’y prendre assez tôt car les démarches sont souvent longues, il faut également avoir des objectifs précis pour faire de ce séjour une réussite. Cette destination est une excellente alternative pour les étudiants qui n’ont pas à obtenir de VISA pour étudier aux États-Unis.  Il existe de nombreuses opportunités d’emploi au Canada, car ce territoire immense est en perpétuel développement et est ravi d’accueillir des français ayant un profil bilingue et un bon diplôme.

 

Visa étudiant au Canada

Les formalités pour obtenir un visa étudiant au Canada :


 

Le Canada ne faisant pas parti de l'Union Européenne, tout étudiant français doit être en possession d'un passeport et faire la demande d'un visa étudiant pour pouvoir étudier au Canada. La demande du formulaire d'inscription peut se faire via internet, ou bien près de l'ambassade canadienne la plus proche.

 

La demande de visa étudiant se fait une fois que vous avez reçu par courrier une lettre prouvant votre admission dans une université canadienne. C'est uniquement une fois cette preuve d'admission obtenue que vous pourrez entamer les démarches pour obtenir votre visa étudiant.

 

Les documents nécessaires à l'obtention du visa étudiant canadien :


 

Lors de votre inscription , il vous sera demandé les documents suivants dans le dossier de candidature :

  • Photocopie des six premières pages du passeport
  • Deux photos d'identité
  • Original ou copie certifiée de la lettre d'acceptation de l'université ou de l'école
  • La preuve de moyens financiers (environ 6000 euros)
  • Les frais de dossier

 

Le montant des frais de dossier pour la demande de visa étudiant s'élevait environ à 90 euros début 2011, mais peuvent être amenés à changer.

 

Les délais pour l'obtention du visa étudiant :


 

Visa études canadienIl faut en moyenne deux semaines pour que l'ambassade vous envoie une réponse, positive ou non, pour l'obtention de votre visa. Ce délai peut atteindre un maximum de 5 semaines durant les périodes les plus importantes, c'est pourquoi il est conseillé d'entamer la demande de visa dès que possible, une fois la preuve d'admission à l'université en votre possession.

 

Des organismes comme Study Experience peuvent vous aider dans vos démarches.

 

 

 

 

Comment trouver un logement étudiant au Canada ?



Logement étudiant au Canada


En tant qu'étudiant international, le passage par la recherche d'un logement au Canada est quasi-obligatoire. S'il est possible pour vous de commencer les recherches une fois sur place, il est conseillé de trouver une chambre étudiante ou une colocation avant votre départ, pour éviter trop de stress ou de problèmes une fois sur place.

Par chance pour vous, les universités au Canada disposent de nombreux partenariats avec des résidences étudiantes privées, avec des offres correspondant à tous les budgets. 

 

La recherche du logement au Canada :



De nombreux sites internet ont été mis en place pour aider les étudiants à trouver un logement au Canada, ou plus généralement l'ensemble de la population. N'oubliez pas non plus que votre université peut vous aider dans vos démarches, et que celle-ci propose bien souvent des logements universitaires.

Voici une liste de quelques sites pour trouver un logement au Canada :

http://www.toutmontreal.com/logement-a-louer/

http://www.cherchetrouve.ca/Logement-a-louer.html

Sites dédiés aux étudiants :

http://www.canada-annonces.com/Chambre-etudiant-s_1975.shtml

http://canada.accommodationforstudents.com/

Les logements étudiants au Canada :



Les logements au Canada sont décrits selon le nombre de pièces dont ils disposent, auquelles s'ajoute la salle de bain qui correspond à une demi pièce. Ainsi un deux pièces avec salle de bain sera un 2 ½ alors qu'un 4 pièces avec salle de bain s'appelera un 4½.

Lors de votre recherche, il vous faudra aussi faire attention aux charges de l'appartement, qui ne sont pas toujours comprises dans le loyer. Ainsi, internet, l'eau et l'electricité ont de fortes chances d'être un poids supplémentaire sur votre budget. Cependant, les offres évoluent de plus en plus vers des solutions "tout inclus".

Dans les charges indirectement liées au logement, on retrouve aussi le coût de transport ! Un appartement éloigné du centre ville ou de votre université a de fortes chances de vous inciter à prendre les transports. Dans les grandes villes canadiennes, il faut compter en moyenne 70$ pour un abonnement mensuel au réseau de transport ! Ce critère peut justifier à lui seul la location d'un appartement dans le centre ville, et faire la différence lors de votre choix.

 

Pourquoi prendre une assurance pour partir travailler au Canada?


 

Partir en Visa Vacances travail au Canada : l'assuranceLe Visa Working Holiday ou Visa Vacances-Travail pour le Canada s'adresse aux jeunes de 17 à 35 ans souhaitant partir travailler et voyager au Canada. Le but de ce visa est de permettre aux étudiants et jeunes travailleurs de découvrir le Canada et de voyager tout en finançant ce projet en travaillant sur place.

 

L'intérêt est double, vous apprenez l'anglais en voyageant, et vous vous créer une expérience enrichissante qui sera valorisante sur votre C.V.

 

L'Assurance PVT, un indispensable pour partir au Canada :


 

L'un des points les plus importants à ne pas négliger lorsque vous partez au Canada dans le cadre d'un Visa Vacances-Travail, c'est bien l'assurance qui vous couvrira tout le long de votre voyage. En effet, celle-ci est OBLIGATOIRE, comme l'indique la page officielle de l'ambassade Canadienne. Comme pour les étudiants, la protection sociale au Canada varie d'une province à l'autre, et son accès pour les étrangers aussi. 

 

Comme il est indiqué sur le site de l'ambassade canadienne, vous devrez avoir souscrit au contrat d'assurance avant votre arrivée au Canada, et celui-ci devra vous couvrir pour la maladie, l'hospitalisation et le rapatriement sur l'ensemble du territoire Canadien au minimum (Amérique du Nord, Canada et USA, ou bien une assurance englobant le monde entier) et sur la durée totale de votre permis vacances-travail au Canada. Il vous sera demandé à votre arrivée de prouver que vous avez soucrit à une assurance à un agent canadien.

 

Nous vous conseillons particulièrement l'offre de notre partenaire Chapka Assurances. Assureur spécialisé dans la couverture des jeunes expatriés, il propose un contrat spécial pour les jeunes voyageant dans le cadre d'un Visa Working Holiday. Ce contrat vous couvre partout dans le monde et vous assure en cas de rapatriement, vous offre une assistance 24h/24 et 7 jours/7 et vos frais médicaux et d’hospitalisation sont illimités et remboursés dès le premier euro. Vous êtes aussi couvert lors de l'exercice de votre activité professionnelle sur place et l'assurance inclut également une assurance bagages, et une responsabilité civile à l’étranger. En tant qu’expatriés vous ne bénéficiez plus de votre assurance responsabilité civile incluse dans votre assurance habitation.

 

Présentation Cap Working Holiday pour partir travailler et voyager au Canada :


 

Assurance études à l'étrangerL’assurance Cap working Holiday a été créée spécialement pour les possesseurs du visa vacances travail. Si vous partez au Canada via ce Visa, c'est l'assurance qu'il vous faut !

 

Une assurance santé est nécessaire lors d’un visa vacances travail, en effet une opération de l’appendicite au Canada peut coûter plus de 12.000 € et un rapatriement médicalisé plus de 35.000€ et ce dans n’importe quel pays. L’assurance Cap Working Holiday de Chapka Assurance vous rembourse à 100% pour vos frais médicaux et d’hospitalisation et ce dès le 1er euro et sans franchise. Elle inclut une assistance rapatriement 24h/24 et 7j/7 assuré par l’un des plus grands assureurs mondiaux. Vous êtes couverts également si vous voyagez dans d’autres pays pendant la durée de validité de votre visa vacances travail.

 

C’est l’assurance la plus complète et l’une des moins chères du marché (à partir de 37€/mois seulement). Ainsi, vous partez en visa vacances travail au Canada l’esprit serein.

 

 

 

Articles en relation