Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Angélique est partie pendant 6 mois en stage aux Philippines :


 

Peux-tu te présenter en quelques lignes? Quelle formation ? Quel parcours ?

Je m’appelle Angélique, je suis actuellement étudiante au sein d’une école de commerce en Master Grande Ecole. Avant cela, j’ai obtenu une licence en Langues étrangères Appliquées Anglais/Allemand/Russe et une licence d’English Business. C’est durant cette formation que je suis parti en stage à l’étranger.

Quand es-tu partie aux Philippines? Dans quelles conditions ?

Je suis partie aux Philippines et à Hongkong dans le cadre de ma licence LEA. Je devais effectuer un stage de fin d’étude à l’étranger afin de valider ma licence, j’avais déjà voyagé/travaillé un peu en Europe dans different pays et je voulais partir dans un endroit dépaysant qui aurait un impact aussi bien d’un point de vue personnel que professionnel….l’Asie me semblait être le lieu idéal répondant à ces deux critères.

Nous étions totalement libres de partir dans le pays de notre choix si ce dernier respecter un seul critère : celui de la langue étudiée. Mon stage était en anglais donc il répondait parfaitement à la demande de mon université. Niveau recherche de stage, j’ai épluché internet….tout simplement !

Qu’est ce qui t’as incité à partir ?

Cela fait quelques années que je suis intriguée par l’Asie notamment par l’Asie du Sud, c’était l’occasion de découvrir la vie asiatique dans toute sa splendeur, et pas seulement la vision que l’on pourrait avoir durant un voyage touristique. Je n’avais pas de cible précise pour le pays, j’étais ouverte à n’importe quel pays d’Asie du Sud et c’est tombé sur les Philippines , un pays peu touristique comparé à d’autres pays d’amérique du sud à l’autre bout du monde.


Les démarches pour partir en stage aux Philippines :


 
Angélique, 6 mois de stage aux Philippines

Quelles ont été tes démarches avant et une fois sur place ?

Trouver le stage en lui-même fut assez long, je voulais un stage en Supply Chain (qui reste un domaine tres vaste) , de préference en agroalimentaire et en Asie (je n’avais pas restreint mes recherches à un seul et unique pays mais à toute l’Asie). Il m’a fallu 8 mois pour trouver mon stage chez WFTO Asie en cherchant sur internet. C’est une organisation en commerce équitable qui gère toute la plaque asiatique. Les formalités pour le stage en lui-même étaient classiques, entretien téléphonique et skype.

Concernant le visa, j’avais un visa touristique. Le stage n’étant pas rémunéré, je n’ai pas eu à prendre un visa étudiant/stage, j’ai obtenu ce visa une fois sur place. il n’y a pas besoin de le prendre en avance, sur place on m’a donné un visa touristique pour 30 jours.

As-tu trouvé les formalités difficiles ?

Non c’était relativement simple, il n’y a pas besoin de beaucoup d’anticipation, il faut une convention de stage classique, un visa ( touristique pour ma part), une assurance , personnellement j’avais souscrit celle de la LMDE et un billet d’avion.

L'arrivée aux Philippines, les premiers jours, la vie sur place :


 

Comment s’est déroulée ton arrivée? Comment était l’accueil de l’entreprise ?

Angelique, son arrivée aux PhilippinesJ’étais assez anxieuse en arrivant au sens où c’était la premiere fois que je posais un pied en Asie et j’étais seule ! Malgrès toutes les infos que j’avais pu lire, voir, entendre, je me sentais un peu désarmée. Je ne parlais pas le Tagalog, la chaleur était étouffante et ça groullait de partout dans l’aéroport. Ma tutrice avait eu un contretemps et n’avait pas pu m’acceuillir à l’aéroport , elle m’avait donc envoyé l’adresse du logement où je devais me rendre. Chose relativement simple à faire quand on connait les uses et coutumes d’un pays…mais nettement plus compliquée dans la réalité.

En sortant de l’aéroport, j’ai été acceuillie par le « Where do you want to go Mam’ » ou encore « I can drive you to Makati Mam’» d’une horde de taxidrivers. Pour le même trajet, les prix allaient de 3000 pesos à 1000 pesos et j’ai finalement réussi à le négocier pour 800 pesos (le véritable prix pour les Filipinos étant de 500 pesos….). Après cette étape, c’était parti pour quasi 3 mois de négociation intense, à marchander pour une course en tricycle, en moto ou acheter de la noix de coco ! Quasiment tout se négocie, hors supermarchés, c'est donc un passe temps à pratiquer de manière assidue ! 

Une fois arrivée à l’ONG ( ce qui allait être ma maison pour un mois environ) non pas sans mal , car le taxidriver qui connaissait Manila et Métro Manila par cœur ne connaissait visiblement pas l’endroit où je devais me rendre. Le trajet fut long , le traffic etait très dense (il est dense de manière générale et les transports sont inadaptés aux 21 millions d’habitants) mais ce fut une première approche assez intéressante, j’ai pu m’imprégner de la vie aux Philippines, les bus surchargés, les motos avec 2/3/4 personnes, les jeepneys multicolors, et les klaxons.

Concernant l’entreprise, j’ai été très bien acceuilli, le précédent stagiaire était aussi Français, ils étaient très attentifs et ouverts, je me suis rapidement adaptée au rythme de travail Filipino.

Comment as-tu ressenti tes premiers jours ? 

Au début j’étais à la fois intriguée, impressionnée et émerveillée, je m’etais pas mal renseignée avant de partir mais je n’avais pas imaginé les philippines de cette manière. C’est un pays très américanisé que ce soit au niveau de la langue qu’au niveau du style de vie. La plupart des gens parle anglais même si le tagalog est très présent (basé sur de l’espagnol), il y a énormément de fast food et les centre commerciaux sont à l’américaine.

Les filipinos sont très chaleureux et abordable. J’avais choisit de vivre dans un veritable quartier filipino avec très peu d’occidentaux et je me fondais difficillement dans la masse…Après deux/trois jours d’adaptation, j’avais pris le rythme. De manière générale, les filipinos sont très lents mais ils tiennent leurs engagments.

Je prenais le jeepney pour aller avec eux sur mon lieu de stage, je prenais mes repas dans des « bouibouis » dans les rues avec mes collegues, j’allais au karaoké avec eux… j’ai comparé avec la France au début et puis j’ai arrêté, car ce sont deux pays complement differens !

L’immersion était t’elle rapide ou un temps adaptation a t’il été nécessaire ?

L’immersion a été très rapide, c’est un pays certes asiatique mais aussi très américanisé. Makati est l’endroit le plus riche et développé.  C'est aussi le repère des occidentaux à Manille et plus généralement aux Philippines. Je n'étais donc pas seule sur place !

Et au niveau du logement ? Tu l’as trouvé comment ? 

Je vivais dans une ONG à Quezon (Metro Manila), « ISIS » , c’était un genre d’hôtel qui acceuillait uniquement des femmes, la base de cette ONG étant la lutte pour les droit de la femme en Asie.

As-tu rejoins des associations ou des groupes en particuliers à Manille ?

Il y a des des associations, des groupes, des évènements spécifiques aux étudiants internationaux dans ta ville d’accueil ? Je me suis inscrite au groupe de couchsurfing de Manille, il y en avait deux à l’époque ,maintenant je ne sais pas... C’était le meilleur moyen pour moi de rencontrer des gens, j’ai pu faire des randos, de la plongée dans des lieux insolites que seul les Filipinos connaissent.

 La vie d'Angélique aux Philippines

Comment a évolué ton niveau de langue ? Difficile à comprendre au début ?

Au niveau de la langue, mes collègues parlaient quasi tous anglais, en revanche j’ai eu la chance d’assister à 2 conferences et là, à chaque fois le naturel revient , et ils parlaient tagalog….Il suffit de s’adapter à l’accent et quelques expressions sinon il n’y a pas de problème.

Comment as-tu trouvé ta ville? Quels étaient les coins sympas ? 

Manille est une ville ultra polluée sans interêt particulier, que cela soit au niveau de l’architecture que de l’art en général. Le Rizal Parc est plutôt sympa en revanche,

On a aussi Davao qui est la deuxième plus grande ville des Philippines mais qui est  complètement différente de Manille. Il y a beaucoup plus d’espaces verts et c’est moins étouffant.

Concernant les endroits à visiter : cela dépend ce que l’on recherche. En vrac, il faut faire :

  • Les plages paradisiaques : Boracay, Cebu ( ce sont les plus connues et les plus touristiques)
  • Les petites iles isolées que ce soit au Nord comme au Sud : par exemple Potipote island, Samal island.
  • Treks : Chocolates island, le volcan Pinatubo, le Mount Apo !
  • Se balader à travers les bananiers….


Dans les destinations proches, Hongkong fut un veritable coup de cœur ! C’est une ville qui ne dort jamais, à n’importe quelle du jour comme de la nuit , tu trouveras toujours un endroit où aller.

La vie de stagiaire d'Angélique aux Philippines

 

consultez notre forum