Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Interview Philipp, étudiant en médecine en AllemagnePhilip, actuellement interne en deuxième année d'anesthésie en Allemagne :


 

Présentation de Philip, étudiant en médecine :

 

Je m'appelle Philip, j'ai aujourd'hui 28 ans et je suis interne en deuxième année d'internat d'anesthésie. J'avais 19 ans lorsque j'ai obtenu mon bac franco-allemand avec une mention bien. En ce qui concerne les études de médecine en Allemagne, le premier "diplôme" est le Physikum, la barrière avant la "Clinique" au bout de quatre semestres.

 

J'étais un étudiant comme les autres, c'est-à-dire que je devais bosser pour subvenir à mes besoins, même si j'avais un peu d'argent de mes parents. Le reste fut gagné par le biais de petits jobs.

 

Les démarches pour étudier la médecine en Allemagne :


 

Pourquoi avoir choisi l'Allemagne afin de faire des études de médecine ?

 

Pourquoi avoir choisi l'Allemagne pour faire médecine... Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d'abord il n'y a pas le concours de première année qui fait échouer près de 85 à 90% des étudiants lors de la première année. Ces rejetés n'ont qu'une seconde chance pour réussir le concours. Si échec il y a, les deux ans passés à la fac auront été en vain, car ils ne sont pas reconnus.


En Allemagne il faut passer par un organisme qui distribue les places, la ZVS (Zentrale Vergabestelle für Studienplätze). La ZVS gère certaines études et matières, surtout les études avec un diplôme d'état à la clef. Le facteur le plus important est le numerus clausus, la moyenne à la virgule du bac français. Il faut calculer la moyenne française et la convertir en une moyenne allemande. A savoir que les notes vont de 1 à 6 voire même de 1 à 15. Pour les facteurs de conversion il faut se renseigner au ZAB, www.anabin.de


Étudier en medecine en AllemagneEnsuite il y a de plus en plus de facs qui organisent des entretiens en allemand bien sûr qui peuvent compenser une moyenne pas trop bonne et ce avec un important coefficient. Il est donc fortement conseillé d'y participer. C'est là que l'on comprend l'importance de maîtriser la langue... Vous aurez plus de renseignements auprès du DAAD (www.daad.de).


Il faut savoir que le numerus clausus varie d'une ville à l'autre. Les villes du sud étant plus convoitées, le "NC" y est plus bas (en sachant que la note 1 est la meilleure en Allemagne, 6 la moins bonne. En ce qui concerne le système à 15 points, c'est exactement l'inverse). Pour ce qui des Allemands, la ZVS tient aussi compte du lieu de résidence, qui peut s'avérer être un petit bonus si ce dernier est à proximité de la fac souhaitée, car l'on doit indiquer sur le feuille d'inscription au moins six facultés.


La deuxième raison sont les loyers qui sont nettement moins chers qu'en France. Même dans les grandes villes il est possible d'avoir soit une chambre dans une résidence universitaire (le bail peut aller de deux, trois ans et avec un peu de chance jusqu'à la fin des études... chez moi à Ulm c'était trois ans, ensuite il fallait que je me trouve une chambre chez un particulier). Les loyers sont abordables. Il y en a pour toutes les bourses.

 

Étudier en médecine en AllemagneQuelles sont les démarches pour s'inscrire en médecine en Allemagne ?


Pour l'inscription j'ai déjà fait une petite description ci-dessus. Il faut donc envoyer le bac à la ZVS et demander les documents d'inscription, bien évidemment si la matière souhaitée dépend de la ZVS. Les autres matières / places sont accordées par les facultés respectives de l'université désirée. Sinon il y aussi le site hochschulSTART.de
Depuis peu il n'est plus demandée de titre de séjour pour les ressortissants de l'UE, ce qui était le cas pour moi en 2001. Il suffit d'avoir un compte en banque allemand. Pour ce dernier il est utile d'avoir déjà une adresse en Allemagne.

Pour ce qui est des études à proprement parler, chaque université règle les choses à sa manière. Les matières ne sont pas enseignées dans le même ordre, mais toutes les matières seront enseignées avec, à la fin, l'examen d'état.
En ce qui concerne l'alternance entre les deux pays, je n'ai pas fait de vraies études en France. Je m'y suis rendu pour faire des stages de médecine à partir du cinquième semestre. Ces stages sont reconnus par les facs allemandes. Par contre je n'ai pas fait d'études réelles en France par exemple, car la majorité des stages ne sont pas reconnus. Il y a par contre des universités qui ont un partenaire en France, comme Bochum et Strasbourg par exemple qui travaillent main dans la main et où les cursus sont reconnus.

 

Les diplômes de médecine allemands par rapport à l'Europe :


 

Et concernant la reconnaissance des diplômes au sein de l'Europe ?


Pour ce qui est de la reconnaissance des diplômes, il vaut mieux terminer ses études dans l'un ou l'autre pays, car les cursus ne sont absolument pas les mêmes. Une fois le Comment étudier en médecine en Allemagne?diplôme allemand ou français obtenu, il est facile de s'inscrire dans l'UE. Mais là aussi il y a une différence qu'il ne faut pas négliger. Si jamais un étudiant d'un pays X veut faire sa spécialisation en France, il doit passer par l'ECN, l'épreuve classante nationale qui est très difficile pour quelqu'un qui n'a pas fait ses études en France et même pour les Français c'est un défis. Petites anecdote: Je me suis placé parmi les 4500 premiers sur près de 8000 étudiants de toute la France... Le système allemand n'est donc pas trop mauvais.


Par contre l'Allemagne redevient attractive une nouvelle fois pour les étudiants issus de l'UE, car il suffit de postuler avec son diplôme d'état ou un diplôme équivalent. L'Allemagne ne demande pas de concours comme en France, là-bas c'est l'offre et la demande qui régulent le marché des places. Et il y en a assez. Peut-être pas toutes à Berlin, mais sinon un ressortissant de l'UE trouvera au moins une place dans sa spécialité voulue, contrairement aux Français qui doivent s'avouer vaincus et à qui il ne reste que la possibilité de retenter leur chance une seconde et dernière fois à l'ECN. Et je ne sais pas si cela est un honneur de travailler en France pour plus de 1000 Euros de moins par rapport à l'Allemagne... car les impôts de ce salaire misérable n'ont pas encore été déduits!!!!


Une fois la spécialité terminée, il est très facile de faire reconnaître le diplôme dans l'UE. Pour la France, il suffit de s'inscrire à la Chambre des Médecins du département souhaitée, avec une traduction des diplômes assez coûteuse, mais là, pour la première fois, la France redevient intéressante sur le plan pécunier (du moins le fossé salarial est moins prononcé).
Un diplômé français peut faire la même chose en devenant membre d'une Ärztekammer d'un Bundesland, ce qui se produit llorsque l'on obtient un emploi dans un hôpital.

 

Si tu devais comparer le système allemand et français, quels seraient les points forts et points faibles de chacun ?

 

Pour se faire une opinion des deux systèmes, il aurait fallu que j'y étudie moi-même. Mais je n'ai jamais regretté d'avoir quitté la France pour l'Allemagne, car l'ambiance qui règne en France ne laisse pas beaucoup d'espace pour de l'amitié, car chacun doit battre l'autre et cette procédure d'écrémage est plus que nocive. J'exagère un peu, mais le système est injuste et ne produit dans la majorité des cas que des caractères narcissiques. Je me suis inscrit à l'ECN car j'avais un peu d'espoir qui s'est vite volatilisé. On pourrait croire qu'un élément bon à l'ECN soit un médecin en herbe prêt à "l'emploi", mais il n'en est rien. Les Français n'apprennent que stupidement pour régurgiter ensuite, sans grande réflexion. C'est ainsi que sont basées la majorité des études en France, cela commence à l'école. Moi-même j'ai pu en faire l'expérience.


Je conseille donc le système allemand, bonheur à ceux qui se sont bien placés à l'ECN ou qui font médecine générale, domaine pour lequel le résultat à l'ECN est plus que secondaire, vu le nombre impressionnant de places qu'il y a. Le gouvernement français essaie par ce biais de réduire le nombre de vraies spécialités (sur 8000 places, 4000 sont allouées à la médecine générale) afin de faire baisser les coûts de la santé.

 

Des conseils à donner pour finir ?

 

Pour clore ma petite histoire, je veux mettre l'accent sur l'importance de la maîtrise linguistique. Il est capital de parler l'Allemand ou la langue nationale du pays. Autrement il est impossible de pouvoir comprendre grand-chose lors des conférences. Il ne faut pas avoir le niveau de Goethe, les bases rudimentaires suffisent, j'ai moi-même appris les termes techniques en moins de six mois en France lors de mes 18 mois d'internat en médecine générale qui ont été très bénéfiques, même si je voulais faire anesthésie ce que je fais aujourd'hui en Allemagne à Berlin.

 

consultez notre forum