Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Pourquoi partir étudier en Asie ?


 

Étudier en Asie : pourquoi partir étudier en Asie ?

 

L'Asie est le nouvel eldorado des jeunes en formation ou fraîchement diplômés. Et pour cause, les puissances montantes que sont la Chine ou l'Inde attirent les regards, alors que des pays comme le Japon, la Thaïlande ou Singuapour continuent de s'imposer sur la scène mondiale. Mais l'Asie, c'est aussi des villes de plus en plus multiculturelles, bondées de jeunes expatriés européens et américains, et une culture à mille lieux de ce que vous avez vécu jusqu'à présent.

 

Nous allons donc nous intéresser aux avantages principaux de réaliser tout ou en partie son cursus universitaire en Asie !

 

Des formations asiatiques à la renommée montante 


 

La politique de la plupart des gouvernements asiatiques est aujourd'hui de mettre l'accent sur le développement de l'éducation supérieure et des formations. De nombreux établissements sont créés afin de répondre à la demande nationale et internationale, alors que les plus anciens consolident leur position de leader. Cette accent sur le développement des institutions universitaires se voient déjà dans les "rankings" mondiaux : la Chine, Singapour, ou encore l'Inde apparaîssent déjà avec des dizaines d'établissements dans le top 500 mondial.

 

Rejoindre un cursus universitaire en Asie n'est donc pas anodin, et peut vous permettre d'accéder des formations de qualité et surtout reconnues à l'international !

 

L'Asie, une source de dépaysement inépuisable


 

Les différents pays d'Asie sont un rassemblement de cultures et de langues que vous ne verrez nul part ailleurs, et dont les points communs avec l'Europe sont très peu nombreux. Le dépaysement est garantie pour votre séjour en Asie, et ce quelque soit votre future destination d'études !

 

Les possibilités de voyages sur place sont multiples, et vous ne regretterez pas la petite dizaine d'heures de vol nécessaire pour rejoindre le continent.

 

L'expérience valorisante des pays en voie de développement asiatiques


 

Les entreprises européennes et mondiales recherchent aujourd'hui des jeunes prêts à s'expatrier à l'étranger dans des pays où l'économie est en croissance forte. L'expérience de pays en voie de développement tels que l'Inde ou la Chine est un plus inestimable sur votre parcours professionnel, qui saura attirer l'attention des recruteurs.

 

C'est aussi un passeport d'entrée pour les entreprises asiatiques directement sur le territoire !

 

Des langues de plus en plus indispensables et recherchées

 

Apprendre le Mandarin, le Japonais, ou l'Anglais en Inde est un avantage certain. Le Mandarin est requis pour beaucoup de postes professionnels en Chine, alors que le Japonais est toujours utile pour participer aux échanges avec la 4ième puissance mondiale ! Mais attention, ces langues demandent un investissement particulièrement important, et de vivre sur place pendant plusieurs années pour être pleinement maîtrisées.

 

Quand à l'anglais en Inde, l'accent un peu particulier des indiens les rend parfois difficiles à comprendre de tous. Une expérience prolongée en Inde garantira votre abilité à travailler avec eux !

 

 

 

 

Maximilien, étudiant en école de commerce, est parti un semestre en Chine à Pékin.


 

Interview de Maximilien, étudiant à Pékin pour un semestre

Bonjour, je m’appelle Maximilien et suis étudiant au sein d’une grande école de commerce. Dans le cadre de mon cursus, j’ai aussi l’occasion d’effectuer un semestre à la « Centrale University of Finance & Economics » de Pékin.

Cet échange s’est fait dans le cadre d’un programme spécial permettant aux étudiants de partir vers plusieurs destinations sur différents continents au cours de leur formation.

Pourquoi avoir choisi de partir en échange en Chine ?

Je voulais absolument partir en échange, c’était l’une des raisons pour lesquelles j’ai rejoint une école de commerce. Enormément attiré par l’Asie, la Chine était idéale comme point de départ. Il faut savoir que contrairement à des villes comme Hong Kong ou Shanghai, Pékin n’est pas autant une ville d’expatriés. Le cœur de Pékin est donc très représentatif de la Chine., et permet une immersion importante dans sa culture .

 

Le fait que l’établissement d’accueil était plutôt bien positionné dans les classements mondiaux a aussi influencé mon choix. Il est plus facile de partir quand on sait que l’on va recevoir un enseignement de qualité à l’arrivée.

Comment s’est déroulée ton inscription au programme ?

Lorsque je suis arrivé au sein de l’école de commerce, il y a très vite eu une communication autour de cette possibilité d’échange. Celle-ci représentait un choix d’orientation entre le passage du cycle « Bachelor » au cycle « Master ».

Au niveau du dossier et de l’inscription, j’ai été sélectionné sur la base des notes obtenues lors de mon premier semestre dans l’école. Aucun entretien n’a été effectué, l’ensemble était donc très simple.

Au niveau de l’accueil global de cette possibilité au sein des étudiants de l’école, la majorité voulait principalement vivre pleinement la vie associative au sein de l’école de commerce. Poursuivre une année supplémentaire au sein du campus en France leur permettait de participer et d’organiser de nombreux évènements, et cela les attirait énormément.

De mon côté, je souhaitais absolument partir étudier à l’étranger. J’ai donc saisi cette opportunité et j’ai postulé.

Un semestre en échange à Pékin


De quels documents était constitué ton dossier ?

Pour la constitution du dossier, j’ai dû fournir les documents suivants :

  • Les notes sur les deux derniers semestres au sein de l’ESC

  • Mes notes obtenues durant le cours de chinois – J’avais suivi des cours à l’ESC, et j’avais plutôt un bon niveau avant de partir. Aujourd’hui, je suis capable de parler chinois, bien que ça se perde très vite. Ecrire par contre c’est une autre histoire !

  • Photocopie du passeport avec une date valide pour toute la durée du séjour

  • Certificat étudiant français


Et concernant les démarches extérieures à l’école ?

Parmi les démarches supplémentaires, j’ai dû m’occuper de l’obtention du visa étudiant. Je me suis tourné vers un visa J-1 qui est un visa touriste. Dans la mesure où je partais un semestre uniquement, cela suffisait. Avec un visa touriste, on dispose de 3 mois voire un peu plus. Même si l’échange s’étalait sur 4 mois, l’université m’a affirmé que ce n’était pas grave de dépasser légèrement la durée de séjour.

L’obtention du visa est claire et très facile. Je me suis rendu directement sur les Champs Elysées pour obtenir mon visa. Il faut déposer son dossier avec les documents requis, et attendre deux à trois semaines selon la période avant de venir récupérer son passeport avec le nouveau visa.

Une fois le visa obtenu, il ne me restait plus qu’à prendre mon bille t d’avion Paris-Pékin et j’étais prêt à partir !



L'arrivée de Maximilien à Pékin, sa vie d'étudiant en Chine :



La vie étudiante à Pékin en Chine

Comment s’est déroulée ton arrivée en Chine ?

Lorsque je suis arrivé en Chine, cela a été un véritable dépaysement. Malgré tout, la première sensation se rapprochait plus de la frustration. Dès mon arrivée à l’aéroport, je me suis fait accoster par un taxi noir sans le savoir. Je l’ai donc suivi jusqu’à un parking avec toutes mes valises avant de me rendre compte de mon erreur. Il ne me restait plus qu’à refaire le chemin en sens inverse afin de trouver un « Vrai » Taxi,.

Globalement, les premières sensations ont été très déstabilisantes. Lorsque tu arrives en Chine, tout est nouveau, différent. Tu arrives dans un endroit dans lequel tu n’as aucun repère, où tu as l’impression de ne jamais savoir ce qui va se passer ensuite.

Une fois installé, tu as plus de temps pour regarder autour de toi. Tu es alors émerveillé par tout ce qui se passe, et surtout l’effervescence l de la ville. Je remarquais l’animation, la circulation, les gens qui parlent forts. La ville est très animée, c’est vraiment impressionnant et loin de ce que l’on peut voir en Europe.

Comment as-tu trouvé ton logement à Pékin ?

J’ai choisi d’être logé dans un Super 8, une chaîne d’hôtel connue. Avec un loyer de 400 euros par mois, on disposait de bonnes conditions de vie, et de beaucoup de liberté. On a souhaité éviter les logements universitaires car ils avaient trop de contraintes : chambre à 6, couvre-feu … On cherchait malgré tout une solution près du campus, et on a finalement trouvé cet hôtel à 10 minutes qui correspondait parfaitement à ce que l’on attendait.

On était dans une chambre double à deux, très classique et très sobre.


S'adapter à la vie en Chine en tant qu'étudiant

Comment se sont déroulés tes cours au sein de l’université ?

Je suis arrivé à Pékin la veille des cours, j’ai donc commencé dès le lendemain. Le premier cours a été dans une classe spécialement aménagée pour les étudiants internationaux. Un professeur américain nous a accueilli et nous a expliqué le système universitaire sur place, et comment notre semestre allait se dérouler.

Durant tout le semestre, j’ai eu des cours intensifs de chinois, un module « Business in China », et un module « Current Issues in China ». C’était donc très centré sur le pays, sa culture et son économie afin de mieux comprendre les problématiques actuelles.

Les cours se déroulaient dans de petites salles entre étudiants internationaux. On n’était malheureusement pas mélangé avec des étudiants chinois. En revanche, on a eu des professeurs de toute nationalité, avec un australien, un américain, un chinois …

Les cours étaient toujours dispensés en anglais, hormis les cours de langue qui étaient quasi-entièrement en mandarin. La professeur de chinois parlait peu anglais, ce qui nous forçait à faire l’effort de communiquer uniquement en mandarin. Globalement, tous les cours de chinois étaient vraiment bons. Je suis arrivé avec un niveau médiocre de langue, et lorsque je suis reparti je pouvais demander mon chemin, tenir une discussion, et communiquer sur toutes les choses de la vie courante.

Au niveau de la charge de travail, j’avais à peu près 25 heures de cours par semaine. L’emploi du temps était assez avantageux, avec cours toute la journée du Lundi au Mercredi, puis cours le Jeudi après-midi. Cela nous laissait des week-ends de trois jours pour voyager et profiter.

Au niveau des résultats, on a eu des examens et des partiels de milieu de parcours. L’examen de « Business in China » a été assez relevé, mais le reste était à un niveau plus accessible.



L'adaptation de Maximilien au mode de vie, ses voyages en Chine :



Voyager pendant ses études en Chine


As-tu pu t’intégrer facilement au sein des étudiants chinois ?

 

La plupart des étudiants étrangers essayent dès le début de discuter avec les étudiants locaux afin de s’intégrer. Le meilleur moyen pour rencontrer des étudiants chinois et de se tourner vers les activités sportives. Il y a énormément de structures pour le sport sur le campus, et particulièrement pour le basketball car ils adorent ce sport.

Dans les faits, il est cependant très difficile de créer des liens avec des étudiants chinois. Tu fais du sport avec eux, tu manges avec eux, mais tu as du mal à créer une vraie relation sur la durée. Il n’est pas rare que tu rencontres quelqu’un mais que tu n’arrives pas à garder contact par la suite. Dans ces conditions, certains « Exchanges » ont abandonné et se sont tournés uniquement vers les autres étudiants internationaux.

De mon côté, je pense avoir vraiment donné le maximum pour créer de vrais liens avec les étudiants locaux. Cependant en Chine, les vrais relations se créées avec le temps, et lorsque l’on ne reste que 4 mois, on en manque énormément.

Un aspect particulier que j’ai constaté est que les amis chinois que je me suis fait étaient assez portés sur le monde occidental, ce qui facilitait nos relations.

Les chinois plus traditionnels ont plus facilement peur des internationaux, principalement car on a un comportement trop direct qui peut les repousser.


Au final, on essuie beaucoup d’échecs, mais il existe des étudiants chinois prêts à nouer une véritable relation avec toi. C’est à vous de faire le maximum pour espérer les rencontrer !

Comment as-tu trouvé l’alimentation sur place ?

On allait à la cantine tous les midis pour le déjeuner. C’est un restaurant absolument gigantesque avec des plats chinois de toutes les régions possibles de Chine. Elle ouvrait pendant 2h30 tous les midis, de 11H à 13H30, et était toujours surpeuplée. Elle était même ouverte le matin et le soir, ce qui permettait de s’y rendre pour n’importe quel repas.

Au niveau de l’ambiance, c’est assez incroyable. Énormément d’étudiants qui se dirigent vers leurs plats préférés, une agitation constante. Une expérience à vivre plusieurs fois par semaine !

Au niveau de la nourriture en générale, de nombreux chinois n’ont pas de cuisinière chez eux. Manger dans la rue coûte souvent moins cher que de cuisiner soi-même

J’apprécie beaucoup la nourriture chinoise, je ne me suis donc pas lassé durant mon séjour. Cependant beaucoup d’étudiants internationaux avaient un peu de mal au bout de quelques mois et n’hésitaient pas à regarder les rayons dédiés à la nourriture occidentale.


As-tu eu l’occasion de voyager et de visiter la Chine ?

Au niveau de Pékin, il y a énormément de choses à voir. C’est l’une des villes les plus culturelles de la Chine, avec beaucoup de temples différents à visiter.

Au niveau des sorties, il y a un quartier étudiant pour sortir, ainsi qu’un quartier pour les expatriés. Globalement, cela reste une ville très chinoise et les expatriés ont très peu d’influence sur la culture sur place. La ville n’est cependant pas magnifique sous tout aspect, elle est polluée et parfois peu accueillante, mais c’est une expérience incroyable malgré tout. On peut très bien se trouver devant un temple magnifique au détour d’une rue.

En dehors de Pékin, j’ai pu faire pas mal d’excursions en groupe avec l’université. On a notamment pu visiter la muraille de Chine, mais aussi un magasin de l’enseigne « Carrefour » qui s’était installé à Pékin.

On a visité le magasin avec le directeur, un expatrié français. Il nous a expliqué comment l’enseigne s’était adaptée à ce nouveau marché, à quel point le « Category management » était différent, quelles étaient les difficultés qu’il pouvait rencontrer avec la clientèle, ses fournisseurs et ses employés. C’était vraiment intéressant et c’était une occasion supplémentaire de comprendre les différences majeures entre les marchés chinois et européen.

En dehors de l’école, j’ai aussi réussi à pas mal voyager. Je suis notamment parti à Hong Kong, Shanghai, Suzhou, et dans la région de l’Anhui. Des destinations variées avec chacune quelque chose d’intéressant à apporter à mon séjour !

Que retirer d'une expérience en Chine ?
En conclusion, que dirais-tu de ton expérience en Chine ?

Je pense que la Chine est un pays qui divise beaucoup. Certains adoreront inconditionnellement, d’autres se lasseront vite. Il n’est pas rare que les étudiants deviennent frustrés après un certain temps, ou sur une certaine période
J’ai eu certains moments où c’était parfois difficile de vivre en Chine, mais je suis passé outre et j’ai vraiment vécu une expérience exceptionnelle. Il faut savoir accepter les différences pour vivre pleinement cette expérience unique.

Au niveau de l’intégration, tous les chinois sont très différents et il est impossible de généraliser tant les différences d’un individu à l’autres sont importantes. Ils ont des héritages variés, des coutumes qui ne s’appliquent qu’à une partie de la population, et il est nécessaire d’en apprendre un maximum pour mieux se familiariser avec cette diversité peu apparente aux premiers abords.

C’est ma compréhension de la Chine. Chacun a une réaction différente face à une telle expérience, et n’arrive pas forcément à la même conclusion. Mon seul conseil, ne vous refermez pas sur les expatriés aux premiers échecs. Continuez à essayer de vous intégrer et vous finirez par réussir !

Vous souhaitez recruter un jeune manager aux multiples expériences internationales ? Retrouvez Maximilien sur son profil Linkedin.


Louise, partie étudier un an en Inde en année de césure :


 

Louise, partie étudier un an en IndeJe m’appelle Louise, j’ai 23 ans et je suis partie en Inde à l’âge de 21 ans dans le cadre de mes études à Science Po Strasbourg. Le parcours au sein de Science Po se déroule sur 5 ans, et la troisième année se fait à l’étranger, que cela soit pour un stage ou des études.

Quand est-ce que tu as pensé à partir à l’étranger ?



Je suis partie en Inde quand j’étais plus jeune avec mes parents et j’avais vraiment adoré le pays ! Lors de mon cursus à Science Po, j’ai donc décidé d’y faire mon échange universitaire pendant un an.

Malheureusement, Science Po Strasbourg ne disposait pas de partenariats avec les universités en Inde malgré les dizaines d’échanges possibles ! J’ai donc décidé de faire les démarches par moi-même afin de pouvoir partir en Inde dans le cadre d’un projet personnel, à la Jawaharlal Nehru University (JNU).

Quand as-tu commencé à planifier tes démarches ?



J’ai commencé à préparer mon inscription à partir de Octobre de l’année précédent mon départ dans la mesure où Science Po attendait un premier bilan de notre projet personnel dès le mois de Janvier.

 

Il y avait une étudiante de Science Po déjà sur place à l’époque qui m’a beaucoup aidée dans les démarches. Après avoir pris contact, elle m’a présenté son université en Inde et le cursus qu’elle suivait sur place. En m’inspirant de son projet, j’ai préparé un dossier de projet personnel que l’école n’a pas hésité à valider dans la mesure où une autre étudiante l’avait déjà mené à bien avec succès.

Au niveau de l’université en Inde, il était possible de candidater dès mars. Mais les résultats n’étaient communiqués qu’en juin. Science Po demandait des preuves d’inscription dès le mois de Janvier. Afin de justifier de ma future inscription, je me suis servi des nombreux échanges par mail avec l’université indienne comme preuve de ma volonté de m’inscrire pour étudier en Inde. Après revue des différents documents que je leur avais fournis, ils ont accepté que je continue et j’ai pu candidater en mars. J’ai reçu la lettre d’admission en juin, ce qui m’a laissé un bon mois pour préparer mon départ (les inscriptions à JNU se déroulant en juillet-août).

Louise, son inscription aux universités en Inde

Quelles ont été les démarches que tu as effectuées pour t’inscrire au sein d’une université indienne ?



Au niveau des formalités, j’ai commencé les démarches dès le mois de Janvier à travers le portail d’inscription interne de l’université indienne. Après avoir rempli le dossier pendant plusieurs heures, j’ai eu quelques difficultés, notamment :

  1. Le système de notation ne correspondait pas à notre grille de notation, où ils demandaient des A ou A+ et je n’avais pas de grille de correspondance

  2. Des documents supplémentaires d’identification propres à l’Inde dont les étudiants internationaux ne disposent pas étaient demandés. Il a fallu que je remplisse les cases par des «N/A »


Au niveau des documents demandés, j’ai du fournir :

  • Les diplômes obtenus

  • Les notes obtenues depuis la Terminale

  • Les langues parlées et mon niveau dans chacune d’entre elles

  • Les expériences préalables à l’étranger

  • Les expériences professionnelles

  • Mon intention de travailler ou non durant mes études en Inde


Après avoir soumis l’ensemble de mon dossier en ligne, j’ai contacté l’université pour m’assurer que la candidature était validée. En réalité le site n’était pas opérationnel, et on m’a indiqué que je devais faire un dossier papier. Au final, le dossier reprenait les mêmes documents mais en beaucoup moins détaillés (alors que j’avais passé des heures à tout obtenir). Au final, j’ai envoyé le dossier papier directement par courrier à l’université.

J’ai senti dès le départ que le processus ne serait pas forcément simple. J’ai donc suivi régulièrement mon dossier en les relançant par mail et par téléphone de manière très régulière. Je voulais m’assurer que tout fonctionnait correctement. De son côté, l’étudiante déjà sur place est allée vérifier auprès de l’administration plusieurs fois que le dossier était bien en cours de traitement.

D’une manière globale, ils ont énormément de demandes même de la part des étudiants internationaux. Des pays asiatiques comme le Népal, la Thaïlande ou la Chine envoient un nombre impressionnant d’étudiants en Inde chaque année. Ils ont aussi beaucoup de partenariats avec les universités européennes, et ne manquent pas de candidats. Il est important de montrer sa motivation pour que votre dossier passe au-dessus de la pile.

Ils ont finalement envoyé une lettre pour confirmer mon admission vers la fin du mois de Juin, tout en me transmettant une version électronique par mail. A l’époque, cela avait suffi pour lancer les démarches de visa étudiant pour l’Inde. Aujourd’hui, il est indispensable d’avoir la lettre originale pour se rendre à l’ambassade.

Quelles ont été les démarches pour ton visa étudiant indien ?



Au niveau des démarches pour le visa, il faut impérativement la faire en ligne à travers un site web dédié : VFS Global

Au niveau des documents à fournir, voici ce qui m’a été demandé :

  • Formulaire en ligne à remplir et à imprimer indiquant les raisons du futur séjour en Inde

  • Une photocopie du passeport

  • La lettre d’acceptation à l’université

  • Le véritable passeport afin d’y apposer le visa étudiant


Il est possible d’envoyer la demande par courrier si vous n’êtes pas sur Paris, ou vous rendre directement sur place pour aller plus vite.  Pour ma candidature, il a fallu à peine trois jours pour recevoir le visa par la poste, mais il est conseillé d’avoir au moins 3 semaines de marge pour lancer les démarches.

Dans les cas extrêmes, il est possible de faire la procédure en urgence dans la journée même en cas de problème et moyennant finance.

Louise Decouvre l'Inde



Le départ pour l’Inde : comment s’est déroulée ton arrivée ?



Louise, la vie étudiante en IndeJe suis arrivée le soir à minuit à New Dehli, j’ai pris le taxi pour partir directement sur le campus. J’ai dormi dans la chambre d’une amie indienne de l’ancienne étudiante française en échange qui était prête à m’accueillir.

Au final, lorsque je suis arrivé au sein des chambres universitaires, impossible de trouver la chambre de l’amie en question. J’ai par chance rencontré une étudiante qui était dans une autre chambre. On a fait le tour des salles de la résidence, et on n’a trouvé personne. Après une demi-heure de recherches, elle a décidé de me laisser dormir dans sa chambre vu que sa colocataire n’était pas là.

Comment s'est déroulée l'inscription aux cours une fois sur place ?



Comme j’étais considérée comme auditeur libre (non obtention du diplôme en fin d’année), il fallait que je valide plusieurs documents avec l’administration, notamment des feuilles validant ma présence au sein de l’université.

Au niveau du choix des cours, des feuilles présentant chaque cours étaient affichées dans chaque faculté. J’ai pris connaissance des modules qui étaient affichés dans chaque bâtiment, et j’ai fait mon choix en fonction de ce que j’avais déjà appris à Science Po, mais aussi en fonction de ce qui pouvait être complémentaire à ma formation actuelle.

Point important à prendre en compte : il est important de choisir ses cours en tant qu’étudiant internationaux en prenant en compte le professeur ! En effet, certains ne font cours qu’en Hindi, malgré la présence d’étudiants internationaux. Il faut donc s’assurer que l’enseignement sera bien en anglais avant de finaliser son emploi du temps. Au final, j’ai principalement pris des cours en Relations Internationales et en Droit.

Par rapport au suivi de la part de Science Po, ils m’ont demandé de valider au moins la moyenne dans l’ensemble des cours que je suivais. Obtenir un résultat en fin de semestre était aussi la garantie pour eux que je suivais bien l’enseignement en Inde.

Concernant l’emploi du temps, j’avais 3 heures de cours par module, avec 4 modules par semestre. On avait donc un total de 12 heures de cours chaque semaine. Cela peut sembler peu à première vue, mais il est nécessaire de travailler en dehors des cours pour obtenir des résultats satisfaisants. Des « Lectures » sont à faire chaque semaine afin de préparer le cours, et il faut compter au moins une dizaine d’heures supplémentaires par semaine pour être capable de suivre le cours dans les meilleures conditions. Après, libre à chacun de travailler ou non ses cours en Inde !

Comment a évolué ton niveau d’anglais en Inde ?



Lors de mon départ pour l’Inde, j’avais un niveau très moyen en anglais. Ils ne m’ont pas demandé de passer le test du TOEFL ou de l’IELTS pour valider un niveau minimum lors de l’inscription, mais je me sentais capable de suivre des cours en anglais.

A mon arrivée, l’accent était très difficile à comprendre. Puis après un petit moment, l’oreille s’habitue et la langue se met à rouler les R. Les indiens ont gardé l’anglais qu’ils avaient lors de colonisation : ils ont donc un anglais de très bon niveau, plutôt soutenu, peut être mieux sur certains points que l’anglais européen ou américain.

Comment as-tu trouvé un logement ?



Louise, sa découverte de l'Inde


L’étudiante précédente avait réussi à obtenir un logement universitaire sur le campus, j’ai donc espéré pouvoir faire de même à mon arrivée. Le campus a un aspect rassurant : tu es entouré d’étudiants, la communauté d’internationaux est développée, et il y a la possibilité de rester en groupe au même endroit. En revanche à ton arrivée, la ville représente plus l’inconnu et il est moins rassurant de chercher un logement seul.

Point plus qu’appréciable, l’État indien subventionne les chambres universitaires ! Au final, la chambre ne coûte que 50 roupies par semestre, soit l’équivalent de … 3 euros ! Oui 3 euros pour 6 mois de logement !

J’ai cependant eu beaucoup de mal à trouver un logement universitaire pendant deux mois. J’ai insisté auprès de l’administration de manière continue pour l’obtenir, avec des hauts et des bas, avant que cela se finisse par un non définitif de leur part.

Du coup, je me suis inscrit sur les réseaux sociaux indiens, notamment Yuni-net, un forum Yahoo qui est de plus en plus actif sur Facebook, et Expat Info Delhi sur Facebook. Les gens postent leurs offres d’appartements et de colocations dessus. J’ai donc posté une annonce pour indiquer que je recherchais un appart, et j’ai été contacté par une agence qui t’aide à trouver un logement et se rémunère à la commission.

Lors de mes recherches, j’ai rencontré un allemand nommé Tobias, lui aussi sans appartement. On a donc continué à chercher tous les deux et on a fini par trouver un logement au bout de 7 jours pour deux personnes. Les propriétaires ont alors acceptés de nous le louer au départ, mais les choses se sont compliquées par la suite. Dès que l’on a indiqué que nous étions un garçon et une fille qui n’étaient pas en couple mais simplement colocataire, ils ont refusés de nous le louer.

Du coup, on a continué à chercher et on a trouvé un appartement pour 3 après 3 jours. Une mexicaine s’est jointe à nous par la suite, et on s’est installé tous les 3.

Concernant le loyer, il était plutôt élevé comparé au niveau de vie en Inde. Pour l’appartement dans sa totalité, on payait 16 000 roupies par mois, l’équivalent de 200 euros. Pour ce prix, chacun avait une salle de bain avec une chambre de 20 m2 pour un appartement qui devait faire au total 150 m².

Comment se sont déroulés les premières semaines sur place ?



Les premières semaines se sont déroulées à merveille ! La découverte du pays était aussi magique que l’on pouvait l’espérer. New Dehli est le cliché indien dans certaines parties de la ville, et c’était vraiment incroyable à découvrir.

Dans mon quartier, j’allais faire mes courses, je me baladais, j’allais boire le thé avec ma vendeuse de gâteaux. J’ai choisi d’apprendre les bases de l’hindi pour pouvoir me débrouiller dans la rue avec les indiens qui ne parlaient pas anglais. Je suis arrivée en période de mousson. L’air était difficile respirable, très humide, j’avais tout le temps soif.

 

Il y a eu de l’intégration de la part des étudiants indiens qui s’occupait d’organiser des évènements pour l’université. Officiellement les cours commencent en Aout, mais au final, ils commencent vraiment en Septembre. Du coup, j’ai préféré partir en voyage pendant quelques semaines plutôt que de participer aux évènements.

Dès que je suis allé en cours j’ai rencontré des indiens, j’ai aussi traîné avec des étrangers parce que c’était plus facile de voyager avec eux. J’ai compris le concept du communautarisme en vivant dans un pays si différent. D’une manière globale, je sortais moitié avec des indiens et moitié avec des internationaux.

Je suis tombé malade dès la première semaine par rapport à la nourriture sur place, et cela ne s’est arrêté qu’à la fin de l’année une fois parti de l’Inde. Tous les internationaux avaient des problèmes, n’espérez donc pas passer outre ! Prenez des médicaments, et espérer que cela ne soit pas trop fort…

Louise voyage en inde pendant un an


Comment s'est déroulée ta vie en Inde pendant l'année ?



Louis en habit IndienJ’ai alterné les cours et les voyages chaque semaine, avec trois semaines de cours, puis 2 semaines de voyages qui se suivaient chaque mois.

Les profs n’étaient pas très regardant sur la présence en cours, il était donc possible de partir en périple de manière régulière pendant la semaine. Il était néanmoins important d’assurer une présence minimum et d’être là lors des examens. 

J’avais des amis indiens, qui m’invitaient à manger chez eux. J’avais aussi des amis français, allemands. Il y avait beaucoup d’expos dans la ville, j’en ai énormément profité.

Pour les voyages, tu as pu parcourir l'Inde régulièrement ?



Au niveau de l’Inde, j’ai vu énormément d’endroits qui peuvent faire rêver en un an. J’ai été du sud au nord, puis de l’Est à l’Ouest en traversant tout le pays.

Il ne faut pas hésiter à sortir des recommandations des différents guides parce qu’ils sont loin d’être exhaustifs.

  • Pour le tourisme « cliché » : le Rajasthan et ses fabuleux palais, et le Taj Mahal, évidemment !

  • Pour le tourisme « confortable » : Le Sud

  • Pour le tourisme « aventureux » : le merveilleux site archéologique d’Hampi

  • Pour le tourisme « sportif » : un trek dans le Ladakh

  • Pour le tourisme « anglais » : Calcutta


Concernant l'alimentation sur place, tu as pris tes habitudes ?



J’ai rarement eu à cuisiner sur place : il est possible de se faire livrer pour 2 euros le plat directement chez toi, et c’est absolument divin. L’Inde est un paradis au niveau de la nourriture. Entre les poissons de Calcutta, les Pains du Nord, les légumes du sud, les plats aux influences chinoises, on redécouvre la cuisine et on se ne se lasse jamais.

Pourrais-tu nous donner ton budget sur l'année ?



Voici un mon budget avec une estimation de chacune des dépenses :

  • Logement : 200 euros / Mois

  • Nourriture : 120 euros en étant large, très large

  • Transport : 1.2 euros tous les jours pour aller à l’université. J’habitais loin à Rickshaw, ce qui rendait le transport assez cher.

  • Voyage : le billet de train est peu cher. En fonction de la classe, tu payes rarement plus de 10 euros. Voyager 2 semaines par mois coûte environ 200 euros tout compris (la nuit à 2 euros dans des hôtels, mais à ce prix-là, il ne faut pas s’attendre à des palaces !)

  • Frais d’inscription : 700 euros par semestre

  • Billet d’avion aller-retour : 600 euros à l’aller et 500 euros au retour. J’ai pris un billet Open aller-retour, je pouvais changer la date comme je le souhaitais (Air France).

  • Cinéma : 4 ou 5 euros la place (cher comparé au niveau de vie, mais les films Bollywoodiens et le public communiquant ses émotions en valent la peine !)

  • Assurance étudiante : Au niveau de l’assurance, j’avais pris un pack avec mon assurance étudiante de Science Po.

  • Téléphone sur place : Plus cher qu’en France ! 1 roupie le SMS, il n’existait alors pas de forfait tout à volonté. Internet n’est en revanche pas terrible.


Quelle est ta conclusion sur ton année d'études passée en Inde ?



L’Inde ça passe ou ça casse. Les différences culturelles sont énormes, il faut bien en être conscient avant de se décider. L’élève qui est partie après moi n’est finalement resté qu’un semestre et elle est rentrée plus tôt que prévue. Cela peut être plus difficile pour une femme que pour un homme, la faute aux clichés et idées reçues, encore une fois !

 

Mais à condition de respecter des règles de sécurité (ne pas sortir le soir seule, s’habiller correctement…), l’Inde n’est pas un pays dangereux.

Si c’était à refaire, je le referais 1000 fois ! Rentrer au bout d’un an, c’était retrouver le confort à la française et arrêter de se battre constamment (pour acheter des tomates, négocier un rickshaw), mais c’était aussi tourner le dos à une expérience fantastique.

 Louise est partie etudier un an en Inde

Julien, étudiant pour un semestre à Séoul en Corée du Sud :



Je m’appelle Julien, étudiant en école de commerce à Kedge Business School Bordeaux au sein du programme Grande école.

Julien, étudiant en échange à Séoul en Corée du SudJ’ai eu l’occasion de partir étudier un semestre en Corée du Sud à l’université de Sungkyunkwan à Séoul (SKKU) dans le cadre de mon échange international de niveau Master pour mon dernier semestre d’étude.

Quand as-tu commencé à préparer ton départ à l’étranger ?



J’ai toujours voulu partir étudier à l’étranger ! Déjà, lorsque j’étais étudiant en DUT, je voulais faire un DUETI à l’étranger. Finalement, j’avais participé aux concours et rejoint une école de commerce en admission parallèle. Je savais à l’avance que celle-ci me permettrait de partir au moins 6 mois à l’étranger.

Une fois dans l’école, je voulais avant tout une destination vraiment éloignée, pour découvrir une nouvelle culture difficilement accessible depuis l’Europe. C’était plus particulièrement l’Asie et l’Océanie qui m’intéressaient.

Mon classement interne au sein de l’école, en fin de premier tiers de promotion, m’a donné l’opportunité de partir en Asie. J’ai longtemps hésité entre Bangkok et Séoul !

On entend beaucoup parler de la Chine, du Japon ou de l’Inde comme destination d’études, beaucoup moins de la Corée du Sud ou de la Thaïlande. Cet aspect assez nouveau m’a attiré et j’ai choisi la Corée du Sud après des retours très positifs de la part de ceux qui étaient partis précédemment.

La sélection pour les échanges se fait en temps réel, avec une semaine où l’ensemble de la promotion est convoquée afin de faire son choix. La première partie du classement obtient généralement son premier choix, alors que les possibilités diminuent au fur et à mesure de la semaine et que l’on descend dans le classement. Il y avait 10 places à Séoul pour l’année 2015, et j’ai dû être le 6ième ou 7ième à faire ce choix.

Quelles ont été tes démarches pour partir en Corée du Sud ?



Kedge a énormément simplifié le processus d’inscription et de départ à l’étranger. Les démarches étaient simples et rapides. J’avais un point de contact avec les relations internationales de mon université d’accueil en Corée du Sud pour poser mes questions.

Voici un aperçu de ce qu’il m’a été demandé de faire :

1. Passer l’examen d’anglais du TOEFL avec un score d’au moins 80 (j’ai obtenu 93). Les cours étant en anglais, un minimum de maîtrise de la langue était requis pour pouvoir partir.

2. Un dossier d’inscription papier à remplir et à renvoyer. L’université coréenne m’a envoyé un dossier à remplir, ainsi que les démarches pour obtenir le visa étudiant, le logement sur place, souscrire aux cours en ligne et préparer mon arrivée à travers un guide pratique.

On m’a aussi fourni un planning à respecter pour les différentes procédures afin d’éviter tout retard. En plus, le contact de l’université nous envoyait des emails pour nous tenir à jour. Il était donc difficile de rater quelque chose !

 
Séoul en corée du sud


As-tu obtenu des bourses d’études pour ton séjour en Corée du Sud ?



Suivant les conseils de Kedge, j’ai postulé à la bourse régionale d’Aquitaine « Aquimob », grâce à laquelle j’ai réussi à obtenir 1600 euros pour toute la durée du séjour, ce qui me faisait 400 euros par mois.


Cette bourse était attribuée en fonction de la durée de l’échange et des revenus des parents. A cela s’ajoutait les bourses du CROUS sur critères sociaux de 460 euros par mois que je percevais déjà lors de mes études en France.

As-tu du choisir tes cours avant ton départ ?



J’ai effectivement dû choisir mes cours en ligne avant mon départ. Ces choix n’étaient pas définitifs et avaient pour but de donner une première indication à l’université. Une fois sur place, j’ai d’ailleurs changé une bonne partie d’entre eux à cause de nombreuses contraintes et quelques surprises …

As-tu aussi réservé ton logement avant ton départ ?



Découvrir la ville de Séoul en CoréeJe suis passé par les logements universitaires liés à SKKU pour me loger. La réservation du logement était compliquée car il fallait faire un paiement international et ma banque ne le permettait pas. Au final, je suis passé sur une autre banque française pour pouvoir payer le logement et souscrire à une offre étudiante par la même occasion.

Les étudiants savaient qu'ils allaient être deux par chambres, alors que les logements étaient répartis sur trois bâtiments. On ne pouvait pas choisir la chambre ni le bâtiment dans lesquelles nous allions nous retrouver, mais ils étaient tous proches du campus.

Pour le logement, il fallait compléter un formulaire qui faisait partie du dossier qui nous avait été envoyé et leur transmettre la version scannée.

Les deadlines étaient assez serrées, on a reçu le mail et on devait avoir fourni le formulaire et envoyé le paiement dans les 10 jours qui suivaient. Sachant qu’un virement international prend environ 5 jours, et que ma banque ne me laissait pas cette possibilité, j’ai vraiment du trouver une solution en urgence.

Il était aussi possible de trouver le logement par soi-même une fois sur place. Les étudiants que j’ai pu croiser une fois en Corée et qui ont cherché directement sur place ont trouvé très facilement un logement dans la semaine de leur arrivée. J’avais peur que cela soit compliqué et je me suis donc tourné vers les logements universitaires, mais dans les faits aucun n’a eu de difficultés !

Le logement universitaire représentait un budget d’environ 400 euros par mois. Ceux qui avaient un logement privé avaient un budget un peu plus important de 500 euros.

Le logement était vraiment très bien, mais il y avait énormément de contraintes. On était séparés entre garçons et filles, il n’était pas possible d’inviter des personnes extérieures à la résidence, et on avait un couvre-feu de 1 heure à 5 heures du matin.

Ces contraintes ne s’appliquaient pas bien sûr aux étudiants ayant un logement privé ! A prendre en compte donc lorsque vous choisirez votre futur logement en Corée du Sud.

Quelles ont été tes démarches pour le visa étudiant sud-coréen ?



L’université m’a envoyé un papier avec les formulaires à remplir. J’ai ensuite du envoyer le formulaire rempli à l’ambassade de Corée du Sud, ainsi qu’une preuve que je disposais d’au moins 4000 euros sur un compte en banque pour pouvoir couvrir mes dépenses durant mon semestre sur place.

J’ai obtenu mon visa dans les trois semaines suivant le début des formalités.

Et pour le vol pour la Corée du Sud, des conseils ?



Pour le vol, j’ai juste pris un aller simple, et non pas un aller-retour. J’avais déjà prévu après mon semestre un road trip de 3 mois en Asie du Sud-Est, et je ne pensais pas repartir de Seoul. Cela me permettait d’être flexible et de ne pas avoir de contraintes concernant mon point de retour, bien que cela soit globalement plus cher.


Comment s’est déroulée l'arrivée en Corée du Sud ?



A mon arrivée sur place, c’était le dépaysement total ! Dans la mesure où c’était ma première expérience en Asie, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Et dans les faits, comme attendu, la culture est totalement différente. Les premiers jours, je me baladais émerveillé dans les rues, au milieu des gens déguisés en mascotte pour t’attirer dans les restaurants.

Julien découvre la Corée du SudJuste après mon arrivée à l’aéroport, je me suis rendu à mon logement, et j’ai rencontré mes premiers amis dont mon colocataire finlandais. J’ai dûarriver sur place 2 ou 3 jours avant le début des cours pour m’acclimater un peu, ce qui n’était pas de trop !

Au sein de l’université, on a eu une journée de présentation dans un amphithéâtre avec une soirée à la fin. La première semaine était très calme niveau ambiance, j’ai été assez surpris ! Il a bien fallu 10 jours avant que les gens commencent à se connaître et à sortir ensemble. Au final, au bout de 2 semaines, on sortait tous les soirs dans les 4 coins de la ville !

On était 400 internationaux pendant le semestre, avec 150 étudiants vraiment dans l’idée de profiter des avantages de la vie étudiante. C’est avec eux qu’un véritable esprit de groupe s’est créé ! Tout le monde était là pour rencontrer de nouvelles personnes et profiter un maximum de cet échange.

Comment se sont déroulés tes cours au sein de l’université SKKU ?



Que peux me dire sur l’université de Sungkyunkwan à Séoul ?

L’université de Sungkyunkwan à Séoul (SKKU) est la première université de Corée du Sud (Plus de 600 ans), et aussi l’une des plus réputées.

Les coréens accordent beaucoup d’importance à une bonne éducation et à la réputation d’un établissement. Lorsque l’on discutait avec les coréens, il était valorisant pour nous de dire que l’on venait de SKKU.

Comment devais-tu choisir tes cours à ton arrivée ?

Kedge m’a imposé de choisir 5 électifs en lien avec le management. On avait un énorme catalogue fourni par SKKU avec plus de 5000 cours toutes spécialisations comprises. En regardant de plus près, il y avait environ 200 cours de gestion / management. Sur ceux-là, seule une quarantaine était dispensée en anglais, ce qui représentait notre latitude dans le choix des modules.

Comment s’est déroulée la sélection de tes cours ?

La première semaine est une semaine de choix des cours : tu assistes à l’ensemble des cours qui peuvent potentiellement te plaire. Durant ce premier cours, le professeur présente le déroulement de son module au cours du semestre, et introduit les bases. A partir de là, à la fin du cours tu valides ou non ton inscription auprès du professeur.

Le choix des cours peut paraître assez simple, mais on a été pas mal d’entre nous à être confronté au fait que les professeurs coréens n’acceptaient pas les étudiants internationaux.

La plupart d’entre eux le font car ils savent par expérience que les étudiants internationaux fournissent un travail bien moins important que les étudiants coréens pour des travaux similaires. Les coréens se dédient à 100% à leurs études, et ils passent des heures et des heures chaque jour à travailler. La bibliothèque est toujours pleine à 22h, ce qui en dit long sur leur mentalité.

Il est vrai qu’à côté les étudiants internationaux n’ont pas du tout la même mentalité et sont beaucoup plus détendus et moins assidus …

A la fin de ma semaine d’initiation, je n’avais que 2 électifs sur 5 que je pouvais rejoindre à cause de ce problème. J’ai dû revenir vers mon école de commerce en France pour revoir les différents électifs sélectionnables afin d’élargir le scope.

Au final, j’ai réussi à prendre l’ensemble des modules en lien avec ma spécialisation Marketing et Management.

Julien au sein d'un groupe d'étudiants internationauxQue représentait la charge de travail liée à tes différents modules ?

1 électif représentait 3 heures de cours par semaine, ce qui me faisait un total de 15 heures/semaine. En termes de travail personnel, il fallait rajouter à peu près 6 heures de plus par semaine. Bien évidemment, les premières semaines étaient très calmes en termes de charge de travail, alors que les dernières étaient beaucoup plus stressantes.

Les cours étaient assez intéressants globalement mais cela restait du déjà vu par rapport à ce que j’avais fait en France. Cela ressemblait énormément à ce que l’on faisait en école de commerce, avec beaucoup de présentations à préparer, et un partiel à la fin du semestre. Selon les cours, il pouvait y avoir plus ou moins de travaux intermédiaires qui comptaient dans la note finale.

Il y a avait-il une mixité entre les étudiants coréens et internationaux ?



Pour la moitié des cours, j’étais uniquement avec des étudiants internationaux. Pour l’autre moitié, on avait des classes mixtes avec les étudiants coréens.

On avait un nombre importants de travaux de groupe avec des étudiants coréens. Ils prenaient l’ensemble des projets très à cœur et pouvait y passer des dizaines d’heures. En comparaison, les étudiants internationaux voulaient profiter de leur semestre en Corée du sud pour voyager et sortir. Cela a créé quelques sources de tension durant le semestre !

Comment s’est déroulée l’intégration avec les étudiants coréens ?



Il faut savoir que les sud-coréens sont des gens très ouverts et très gentils. Ils peuvent venir te voir dans le métro juste parce qu’ils sont heureux de parler avec toi. Des inconnus sont toujours prêts à t’aider, et prendre 10 minutes de leurs temps pour t’expliquer quelque chose si tu te retrouves bloqué ou perdu quelque part.

Au niveau des étudiants, avec l’université il y a de nombreuses associations que l’on peut rejoindre pour rencontrer des coréens. J’ai fait du Taekwondo depuis que je suis petit, et il se trouve que c’est le sport national ! Ils ont tous un très bon niveau et sont très contents de voir qu’un européen partage leur passion. J’ai donc pu faire plein de rencontres chaque semaine grâce à ce sport.

En revanche, il était difficile de rencontrer des coréens pendant les cours car ils étaient bien trop concentrés sur l’enseignement.

J’ai aussi une rejoint l’association d’échanges étudiants entre la France et la Corée du Sud « Kimchi-Camembert ». Chaque semaine, on faisait une sortie culturelle suivie par un dîner, et cela permettait de rencontrer beaucoup de monde de toutes les nationalités.

La nourriture en Corée avec des amis du monde entier !



Comment a évolué ton niveau d’anglais ? Les coréens ont-ils un niveau suffisant pour communiquer efficacement ?



Cérémonie dans les rues de Séoul
A première vue on peut penser que les coréens sont assez mauvais en anglais, mais c’est plus de la timidité de leur part que des lacunes importantes. Ils ne sont pas toujours très à l’aise, et peuvent préférer affirmer qu’ils ne parlent pas anglais que prendre le risque de le parler. Dans les faits, en les poussant un peu, on se rend compte que la très grande majorité d’entre eux sont capables de s’exprimer correctement en anglais.

On parlait toujours anglais entre étudiants internationaux, ce qui m’a permis de progresser très vite à l’oral. Je suis parti d’un niveau correct, et je suis revenu avec un niveau bon voir excellent, au moins à l’oral.

Comment as-tu fais pour voyager durant ton semestre ?



Il se trouve que j’avais beaucoup de chance avec mon emploi du temps, je n’avais cours que 3 jours d’affilés durant la semaine ! J’étais donc en weekend du Jeudi soir au Lundi soir. A cela s’ajoutait la possibilité de manquer 3 fois chaque module durant le semestre, sur un total de 16 semaines de cours.

Grâce à ces deux possibilités, j’ai beaucoup pu voyager !

J’ai d’abord fait un premier voyage au Japon qui est le pays voisin pendant 8 jours avec 3 amis, pendant la période des cerisiers en fleurs. On avait atterri à Kyoto, la ville impériale avec de nombreux temples. Ensuite, on a continué au Japon avec Osaka, puis Tokyo. L’avion nous avait coûté à peine 150 euros aller-retour, et le budget global pour les 8 jours était de 700 euros.

J’ai fait deux autres voyages au sein de la Corée du Sud : un à Busan, deuxième plus grande ville de Corée du Sud juste pour 4 jours. Le second, à la fin du semestre, avec une quinzaine de personnes, dans les îles« Jeju Islands », les iles paradisiaques coréennes. C’est une île à visiter avec un volcan, des plages, et des journées randonnée.

Il est aussi possible de rejoindre facilement les Philippines, même si je n’ai pas eu l’occasion de le faire.

Quel a été ton budget pendant le semestre en Corée du Sud ?



Mon budget s’est découpé approximativement comme suit durant mon semestre :

Logement : 400 euros par mois

Nourriture : 180 euros par mois. En Corée du Sud, les prix en hypermarchés sont très élevés, alors que les restaurants sont très accessibles. On pouvait avoir un bon repas pour 7 euros, 24h sur 24h, du coup on cuisinait très peu et on mangeait tout le temps dehors.

Transport : 120 euros par mois. C’est cher car il n’y a pas de carte d’abonnement à Séoul, il faut donc payer chaque voyage indépendamment.

Assurance : 30 euros par mois. J’ai pris un pack offerte par ma mutuelle étudiante avant de partir.

Vol aller-retour : J’ai pris un aller simple pour 600 euros à cause de mon road-trip qui suivait. L’aller-retour se trouve autour des 800 euros. De mon côté, le retour me coûtera aussi 600 euros en partant de l’Indonésie.

Sorties : 200 euros par mois, on sortait beaucoup du coup cela coûtait cher.

Voyages : Environ 250 euros par mois, bien que cela varie sur la période en fonction du voyage.

A noter que j’ai réussi à financer quasiment l’intégralité du séjour grâce aux différentes bourses que j’ai reçu, ainsi que l’argent que j’avais réussi à mettre de côté après un an et demi de stages.

Qu’as-tu pensé de la ville de Séoul ?



Séoul est une énorme métropole, la 4ième la plus peuplée au monde. Il y a plus de 10 millions d’habitants, et ça se ressent ! Il y a toujours du monde partout dans les rues, et les gens sortent énormément.

 

C’est une ville de pays développé, on trouve absolument tout. La vie nocturne est très importante, notamment dans le quartier Gangnam. On y retrouve les plus gros clubs du pays, et notamment le plus gros d’Asie.

Il y avait un autre quartier que je préférais, plus posé. C’était un énorme parc avec plein de concerts live gratuits, des jeunes en groupe partout dans le parc, et des bars tout autour.

Les coréens sortent beaucoup aussi, ils passent des heures et des heures à travailler la journée, et ils se servent des soirées pour décompresser. La culture entreprise est très forte, et ils sortent entre collègues quasiment sur une base quotidienne après le travail pour boire une bière. Ils ont une culture de la boisson, ils boivent très vite et son soûls dans les deux heures qui suivent leur arrivée.

Ils rentrent ensuite chez eux vers 22h, et il n’est pas rare de voir des coréens en très mauvais état dès 21h dans les rues.

Les transports fermaient entre 1 et 6h du matin, il fallait donc faire avec lorsque l’on sortait et s’adapter en conséquences.

Quelle serait ta conclusion sur ton semestre d’études à Séoul ?



Ce semestre d’échange à Séoul était au-delà de toutes mes attentes ! J’ai été très agréablement surpris par la ville, par les coréens. J’ai aussi pu rencontrer de très nombreux étudiants internationaux, et prendre du temps pour moi afin de voyager. J’ai adoré la culture, et la Corée du Sud est vraiment une expérience à faire !

Les monastères en corée du sud

 
 

Laetitia, étudiante à Singapour au sein de la Singapour Management University (SMU) pour un échange universitaire:


Laetitia étudiante à Singapour en échange


Salut, je m’appelle Laetitia et j’ai 24 ans. Après un cursus classique en classe préparatoire j’ai intégré l’école de commerce de Rouen, aujourd’hui appelée NEOMA. J’ai toujours aimé voyager et me confronter à l’inconnu, et dès mon premier stage j’ai choisi de partir à l’étranger pendant 6 mois à Londres.

En fin de master 1, dans le cadre de mon cursus, j’avais la possibilité de partir à nouveau grâce à l’échange universitaire : une occasion en or pour partir vivre à l’autre bout du monde et découvrir de nouvelles cultures.

Pourquoi as-tu choisi de partir étudier à Singapour ?



Au moment où j’ai fait mes choix, je savais que je voulais partir en Asie car je n’avais encore jamais été sur ce continent, mais j’hésitais entre 3 grandes villes : Bangkok, Shanghai et Singapour.

Après réflexion, j’ai mis en premier choix Singapour ; c’est une nation melting pot avec 4 langues officielles (Anglais, Chinois, Malay, Tamoul) dont la localisation permet de voyager partout en Asie assez facilement. C’est un état-nation aux multiples facettes, mélange d’occidentalisation et de cultures traditionnelles. L’excellence académique de l’école partenaire, Singapour Management University (SMU) était aussi pour moi un critère important. Pour finir, j’avais également eu beaucoup de retours positifs de mon entourage, des membres de ma famille ayant vécu 10 ans sur place. Ce sont toutes ces raisons qui m’ont donné envie de partir étudier à Singapour avant tout !

La destination est très prisée des étudiants, mais par chance je l’ai tout de même obtenue, étant classée dans le premier quart de ma promotion.

Dès que j’ai su que j’étais prise, j’ai commencé à me renseigner de toutes les manières possibles (sites web, articles de blog, contact de gens qui étaient partis là-bas, etc…)

Quelles ont été tes démarches pour partir étudier à Singapour ?



Avant de partir, tu dois déjà faire des démarches pour le Visa étudiant afin d’obtenir une pré-autorisation pour lancer les démarches. Tu dois suivre des procédures avec de très nombreuses dates limites. Il ne faut absolument pas rater l’une des deadlines au risque de voir ta demande de Visa stoppée.

L’école de commerce française nous avait fourni tous les documents nécessaires à l’avance pour être sûr que tout fonctionne. Dans la mesure où ils devaient faire face à cette situation chaque année, ils ont su nous donner des conseils appropriés.

As-tu obtenu des bourses d’études pour ton séjour à Singapour ?



J’ai cherché s’il y avait possibilité de financement externe, comme la bourse de la région Haute-Normandie ou de l’Ile-de-France (ma région d’origine), mais il n’y avait rien pour les étudiants partant hors d’Europe.

Il faut savoir que Singapour est une destination d’études assez chère, ce qui peut être un frein conséquent. Bangkok par exemple est réputée pour être beaucoup plus accessible financièrement. Heureusement je sortais d’un an de césure, où j’étais retournée habiter chez mes parents, ce qui m’avait permis de mettre de côté en prévision de mon échange.


As-tu dû choisir tes cours avant ton départ ?



Oui, on a eu la possibilité d’émettre des choix avant le départ, à travers le portail internet de l’université d’accueil.

J’ai énormément utilisé les témoignages des étudiants de mon école partis à Singapour précédemment afin de comprendre le fonctionnement de SMU. Cela m’a permis notamment d’apprendre que le choix des cours se faisait sur la base de la règle du premier arrivé, premier servi. Il fallait donc être présent dès l’ouverture du portail de choix des cours pour espérer obtenir ceux qui m’intéressaient !

Le seul problème étant qu’avec le décalage horaire entre la France et Singapour, le lancement du choix en ligne en pleine nuit. Je me suis donc mis un réveil pour espérer obtenir mes choix à temps. Mais même en me connectant à l’heure, en quelques secondes la moitié des cours étaient déjà pleins. Je n’ai donc pas eu tout ce que je voulais, et c’est une fois sur place que j’ai découvert leur solution assez originale au problème : un système d’enchères et de paris. J’ai à peu près obtenu les cours qui m’intéressaient le plus.

Partir en échange à Singapour en Asie

As-tu aussi réservé ton logement avant ton départ ?



J’ai un peu cherché avant mon départ pour trouver un logement, mais je me suis vite rendue compte que c’était impossible. Il vaut mieux réserver quelques nuits en auberge de jeunesse et visiter en arrivant.

De plus, je voulais rejoindre une colocation internationale et le meilleur moyen d’y arriver est de rencontrer des gens sur place pendant la première semaine. Au final, je me suis retrouvée dans une colocation internationale de 6 au total, avec un américain, une belge, un danois, une suédoise et une autre française, une amie, qui partageait ma chambre.

Lors de notre arrivée à Singapour, nous avons mis 9 jours à trouver le logement, en y consacrant plusieurs heures par jour. Les tarifs sont extrêmement élevés, et la demande est plus forte que l’offre puisqu’il y a 600 étudiants internationaux qui arrivent en même temps avec à peu près les mêmes critères de recherche. Cela ne facilite pas les choses pour trouver un logement satisfaisant et pas trop cher. J’ai privilégié la possibilité d’être avec plusieurs nationalités différentes, pour pratiquer l’anglais et vivre une expérience différente, et le fait d’être situé dans le centre de Singapour pour découvrir facilement la ville.

Je payais un peu moins de 700 euros par mois pour une chambre de 10m2 que je partageais avec ma colocataire française. L’appartement au total devait faire dans les 70m2, avec un grand salon, une cuisine et deux salles de bain. En revanche nous avions accès à une piscine olympique au sein même de notre résidence, ce qui est très appréciable vu les températures locales.

Quelles ont été tes démarches pour le visa étudiant?



J’ai lancé les démarches plusieurs mois avant le départ comme me l’avait conseillé mon école. C’est une procédure très encadrée par l’ambassade singapourienne. Concrètement, tu as un compte sur le portail officiel, et il est indispensable de se connecter régulièrement en ligne pour faire les démarches. A chaque nouvelle étape, et/ou validation de l’ambassade, tu reçois une notification pour t’informer des prochaines actions à effectuer.

Et pour les billets du vol vers Singapour, des conseils ?



Il ne faut pas se précipiter car les prix des billets fluctuent énormément. A quelques jours, il peut y avoir plusieurs centaines d’euros de différence. Réserver le plus tôt possible n’est donc pas forcément la meilleure solution. De mon côté, j’avais pris Swiss Airlines, l’une des compagnies européennes les moins chères avec plusieurs vols par jour vers Singapour. Il ne faut pas hésiter à prendre des compagnies du Moyen-Orient qui ont souvent des vols intéressants.

Je m’y suis pris 3 mois à l’avance et j’ai payé un peu moins de 900 euros au final pour l’aller-retour depuis la France.

Préparer son départ pour étudier à Singapour


Comment s’est déroulée ton arrivée à Singapour ?



Je suis arrivée à l’auberge de jeunesse avec une amie française deux jours avant le début de la semaine d’intégration. Grâce au système de buddy mis en place pour l’intégration des internationaux, mon buddy singapourien est venu me chercher à l’aéroport pour m’emmener à l’auberge de jeunesse. Un bel accueil !

L’arrivée a été un véritable choc physiquement parlant : entre le décalage horaire de 6-7 heures, la différence de température de 15°, et un taux d’humidité de 90%, on est littéralement assommé par l’air ambiant en sortant de l’aéroport surtout en Août.

Laetitia, étudiante en ESC partie à SingapourJ’ai beau avoir déjà pas mal voyagé, j’ai vraiment eu l’impression d’être dans une autre dimension. On se prend le dépaysement en pleine figure ! Si Singapour est plus occidentalisé que les autres pays d’Asie, la vie au quotidien, elle, est très différente de la France.

Physiquement, j’ai eu du mal à m’acclimater au début, principalement à cause de l’humidité !! De plus, à l’auberge de jeunesse, il est difficile de se poser. On voulait tout découvrir dès le départ alors que l’on devait aussi trouver un logement. On a alors enchaîné les visites et les heures de découvertes. Au final c’est génial mais tu fatigues beaucoup !

Que peux me dire sur l’université SMU à Singapour?



C’est vraiment une université d’excellence. Leur pédagogie est tournée vers la participation des élèves et c’est beaucoup plus interactif que ce dont on a l’habitude en France.

 

Le corps professoral est très impliqué. Par exemple, notre enseignante de sciences politiques a réussi à faire intervenir des ambassadeurs de Norvège et de Corée du Sud pour animer certains modules. Les professeurs sont très proches de nous, et il est possible de discuter avec eux en dehors des horaires classiques. Il y a moins de barrière entre les enseignants et les élèves.

Le campus est magnifique, tout est fait pour que l’on puisse travailler. Tu peux réserver des salles quasiment tout le temps quelle que soit l’heure de la journée ou de la nuit. Particularité singapourienne, il y a une vie parallèle souterraine entre les différents bâtiments de l’école, pour protéger les étudiants en cas de pluies torrentielles ou de chaleurs trop fortes.

En revanche, il n’y a pas de résidences universitaires directement sur le campus. Au niveau qualité des infrastructures, il y a du Wifi absolument partout, et des ordinateurs accessibles à tous les étudiants. Il y a aussi beaucoup de soutien apporté aux élèves comme une clinique gratuite pour les étudiants (accessible aussi aux étudiants en échange), une énorme bibliothèque, une librairie papèterie, ou encore un support informatique. Une des associations était dédiée aux étudiants étrangers.

Comment devais-tu choisir tes cours à ton arrivée ?



L’université singapourienne nous envoie par mail une liste de cours auxquels on peut s’inscrire, et ensuite il y a plusieurs étapes en ligne pour s’y inscrire.

 

Une fois passé le premier tour depuis la France où je n’ai eu que la moitié des cours que je souhaitais, le deuxième et le troisième tour ont directement eu lieu à Singapour.

Une fois sur place, ils ont un système complètement incroyable pour les seconds et troisièmes tours de sélection ! Concrètement, on disposait d’une monnaie virtuelle où on nous demandait à travers un système d’enchère de miser sur les cours qui nous intéressaient le plus. On pariait un certain montant en espérant que celui-ci serait suffisant pour obtenir le cours de notre choix. Les attributions se faisaient donc en fonction de l’offre et de la demande. Une vraie leçon d’économie en live !

Au final, au bout de 3 tours j’ai fini avec les cours suivants :

  • Management in China

  • Ethics

  • Introduction à la Politique

  • Advertising


Comment s’est déroulée la sélection de tes cours ?



Chaque module représentait environ 3 heures de cours, et je me suis arrangée pour les grouper sur quelques jours en semaine. Du coup, j’avais un milieu de semaine intense, et de longs week-ends. Il y avait en revanche un véritable travail de préparation pour les cours, avec des lectures, des cas à travailler, et des travaux de groupe. Au total, cela me faisait au moins 2 heures supplémentaires pour préparer chaque cours en travail personnel, allant même jusqu’à 3 ou 4 heures, en fonction de l’investissement personnel que je souhaitais y mettre.

 

La plupart de mes cours étaient vraiment passionnants : nous étions au maximum 5 étudiants en échange par module, et l’immersion était totale. Sachant qu’à SMU la participation était très importante, cela a donné lieu à des débats animés avec les étudiants singapouriens. Par exemple en cours de Politique ou d’Ethique, les points de vue variaient énormément entre locaux et internationaux, nous permettant de réaliser à quel point les différences entre nous étaient importantes. Pour les professeurs avoir des étudiants en échange permettait de stimuler leurs classes et ils nous faisaient donc énormément participer. J’ai eu l’occasion de faire une simulation d’élection présidentielle, de débat à l’ONU, d’échanger avec 2 ambassadeurs, etc…

Les singapouriens sont extrêmement investis dans les cours, ils souhaitent être les meilleurs dans leur domaine. Cela rend les travaux de groupe exigeants car tout le monde est motivé !

Au final, j’ai choisi des cours qui m’intéressaient, je n’ai donc pas trouvé ça particulièrement dur et je me suis investie dedans. J’ai privilégié l’aspect culturel aux matières plus classiques (comme la finance) pour faire quelque chose de différent par rapport à mes modules en France.


L'intégration au sein des étudiants à Singapour

Comment s’est déroulée l’intégration avec les étudiants singapouriens ?



L’intégration à SMU est rapide, autant grâce à l’accueil de l’administration qu’à celui des associations étudiantes ! Les singapouriens sont très sympas. Les 4ième ou 5ième année déjà partis en échange sont habitués aux étudiants internationaux, tandis que les plus jeunes qui ne sont pas encore partis en échange sont particulièrement curieux et n’hésitent pas à nous poser des questions aux pauses. En revanche comme on change de module et donc de classe pour chaque cours, il est difficile de dépasser le stade de « camarade de classe ».

En dehors des cours, je me suis fait quelques très bons amis locaux, notamment mon buddy qui m’a énormément aidé quand j’étais sur place. Il m’a fait découvrir des spécialités culinaires, il m’a fait visiter la ville et s’est occupé de ma valise quand je suis partie en roadtrip à la fin de mon séjour. Ce programme de parrainage est organisé par l’association de SMU qui gère les étudiants en échange.

Plus globalement, les gens sont très gentils, mais ils gardent une certaine réserve et une certaine distance. Nous étions énormément d’étudiants en échange (plusieurs centaines), et 4 mois sur place cela reste très court… du coup on n’a pas forcément le temps de s’investir dans une véritable relation avec les singapouriens et inversement. C’est un peu dommage !

 

Comment a évolué ton niveau d’anglais ? Les singapouriens ont t’ils un niveau suffisant pour communiquer efficacement ?



Il n’a pas évolué parce que j’avais déjà habité en Angleterre pendant 7 mois, 2 ans auparavant, et que l’anglais Singapourien est très particulier. Ils ont des expressions bien à eux.

En revanche tout le monde parle anglais sur place, cela facilite l’échange et il est très facile de communiquer et de se déplacer en Asie, même au-delà de Singapour !

Comment as-tu fais pour voyager durant ton semestre ?



J’ai fait plusieurs types de voyages : des longs-week-ends dans les pays proches (Indonésie, Malaisie, Thaïlande), 10 jours de « break » à backpacker en Thaïlande et à Bali, et un long roadtrip d’un mois à la fin de mon séjour à Singapour pour découvrir le Vietnam et la Birmanie.

Cela a notamment été possible parce que j’avais décidé de privilégier les voyages aux sorties et aux soirées (hors de prix sur Singapour). Il est possible de voyager pour très peu cher en s’y prenant bien : il faut se renseigner sur les bons plans (il est par exemple beaucoup plus avantageux de prendre un bus local de Singapour jusqu’à la frontière, et ensuite de prendre un bus malais que l’on paye en ringgit, que de réserver un bus en ligne de Singapour jusqu’à l’endroit désiré en Malaisie… on peut payer jusqu’à 3x moins cher !). Il faut accepter de se laisser un peu de marge de manœuvre et d’incertitude, et privilégier le fait de réserver sur place tout ce qui est guide, excursion ou autres.

Comme beaucoup d’étudiants étrangers voyageaient dans les pays alentours, j’ai glané des informations au fur et à mesure en me renseignant autour de moi. Nous nous échangions conseils et bonnes adresses, ce qui a été très utile pour préparer certaines destinations un peu plus reculées et pour lesquelles il est difficile de se renseigner sur internet.

Être en échange à Singapour, c’est vraiment une occasion unique pour découvrir toute la région ; pour donner un ordre de grandeur, un A/R en avion pour Bangkok m’a couté 80€. C’est bien moins cher qu’un billet de TGV pour le sud de la France !

Concernant les moyens de transports, pour les longs trajets j’ai utilisé l’avion lorsque nécessaire (avec principalement Air Asia, Tiger Air et Jetsar) et sinon le bus. Dans les villes : pied, taxi (peu chers en Asie), vélos, etc. Lorsque nous voyagions à plusieurs, il était parfois plus rentables de louer une voiture avec chauffeur (il est peu conseillé de conduire soi-même, surtout en Indonésie par exemple).

Dans les sites « connus » je recommande Tripadvisor, tripinasia.com et Booking.com qui m’ont été fort utiles.

Vous aurez le wifi quasiment partout, que ce soit en Malaisie ou en Thaïlande ou ailleurs, ce qui est assez pratique pour contacter les gens avec WhatsApp.

Quel a été ton budget pendant le semestre à Singapour ?



J’avais fait un budget estimatif avant de partir, basé sur les témoignages des étudiants partis l’année d’avant en échange.

Billet Paris-Singapour : 900 euros (car date d’arrivée imposée)

Loyer : environ 700 euros pour une chambre de 12m2 partagée à deux dans un « condo ». Les loyers sont hors de prix à Singapour et beaucoup sont en colocation voire partagent leur chambre. En revanche nous étions en plein centre, dans une résidence avec piscine et salle de sport… les « facilities » proposées par les résidences sont souvent impressionnantes. Pour payer moins cher, il faut vraiment s’excentrer ou trouver une chambre dans un appartement qui n’est pas en « condo ».

Globalement ce sont les deux principaux postes de dépenses ; en dehors du logement, il est possible de très bien s’en sortir à Singapour.

Nourriture : si tu manges local, il est possible de manger pour 3 ou 4 euros max par repas. Tout le monde mange dans les food courts où il y a des petits stands, cela revient peu cher ; c’est déjà cuisiné et super pratique. J’ai pu tester plein de spécialités différentes de toute la région asiatique. En revanche dès qu’on sort des plats asiatiques, tout est hors de prix. 10€ le camembert et 8€ le kilo de fromage blanc : on change vite ses habitudes !! Faire ses courses soi-même revient plus cher.

Transport sur place : environ 50 euros par mois. J’avais une carte de transport où tu payes à la distance à chaque trajet.

Sorties : plutôt chères à Singapour. Les prix sont supérieurs à ceux de Paris pour un verre. En revanche pour les filles il y a le « ladies night » un soir par semaine : les entrées dans les bars sont gratuites avec parfois un ou plusieurs verres offerts.

Qu’as-tu pensé de la ville de Singapour ?



C’est une ville à la fois très réglementée, très propre, qui parait occidentalisée, mais aussi très proche de la culture asiatique et assez dépaysante.

On s’y sent bien, la ville est assez verte et n’est pas étouffante, il est facile de se repérer et de circuler. Le fait que l’anglais soit parlé par tout le monde ou presque facilite la communication.

Il y a beaucoup de balades à faire et de chose à tester, comme la cuisine locale.

 

Quelle serait ta conclusion sur ton semestre d’études à Singapour ?



Allez-y, vous ne le regretterez pas !

La Singapour Management University
 

Le TRKI : test de russe en tant que langue étrangère :



Le test de langue russe TRKILe TRKI, aussi nommé TORFL en anglais (« Test of Russian as a foreign language ») est le test officiel de Russe reconnue dans l’ensemble de l’éducation supérieure en Russie.

 

Il a pour but de déterminer si un étudiant étranger maîtrise suffisamment le Russe pour pouvoir suivre des cours au sein d’une université sur place.

Le TRKI, les différents niveaux :



Le TRKI est divisé en six niveaux différents afin d’évaluer précisément la capacité de compréhension mais aussi d’expression de l’étudiant en Russe. Le niveau TRKI-1 est nécessaire pour être accepté au sein d’une université, et correspond au troisième niveau du diplôme. Les différents niveaux du test sont :

  • Le niveau débutant
  • Le niveau de base
  • Le TRKI-1
  • Le TRKI-2
  • Le TRKI-3
  • Le TRKI-4


Le TRKI-4 est nécessaire pour rentrer des formations comme la médecine, ou la recherche.  Globalement, le niveau TRKI-1 correspond à une capacité de compréhension et d’expression permettant à l’étudiant de communiquer et de se faire comprendre dans la majorité des situations sans pour autant maîtriser la langue parfaitement. C'est souvent le niveau demandé pour la plupart des formations, bien que cela puisse varier pour une même formation selon les universités.

 

Les épreuves du test TRKI :



Test de russe TRKILa durée du test dépend du niveau choisi, mais il prend en moyenne entre un à deux jours, selon la durée des épreuves.  Le test est divisé entre 5 épreuves, la compréhension écrite (lecture), orale, la grammaire, l’expression écrite et orale.


Il existe de nombreux stages de langue disponibles afin d’améliorer votre niveau de russe et vous préparer au test. On retrouve les stages linguistiques gratuits en été, mais aussi des stages payants au sein des universités russes tout au long de l’année. Le centre culturel Russe à Paris vous accueillera aussi volontier pour des cours de langue russe.

 

Étudier en IndeÉtudier en Inde, une des puissances mondiales de demain :


Étudier en Inde permet de découvrir un pays en croissance constante depuis près de 20 ans, et qui rivalisera avec l’Europe et les États-Unis d’ici une quinzaine d’années.

 

Le système universitaire proche du système anglo-saxon propose des formations de plus en plus qualitatives, dans des universités de plus en plus modernes. Étudier en Inde, c’est faire un pari sur l’avenir !

 

Les démarches, les préparations, les infos pour partir en Inde :


 

S'inscrire pour étudier en indeS'inscrire aux universités indiennes / Le DASA, inscription en ligne

Les démarches pour s'inscrire aux universités en Inde en ligne ou par dossier. L'ensemble des documents importants ainsi que les délais à respecter sont présentés !

 

Les frais d'inscription pour étudier en IndeLes frais d'inscriptions aux universités / L'année universitaire en Inde

Le coût moyen pour s'inscrire et étudier dans une université en Inde, ainsi que les dates clées durant l'année universitaire, de la rentrée jusqu'à l'année suivante.

 

Les bourses d'études pour étudier en IndeLes bourses d'études pour étudier en Inde

Quelles sont les bourses d'études accessibles aux étudiants souhaitant étudier en Inde ? Voici des aides financières auxquelles vous pouvez être éligible.

 

Les documents pour partir étudier en IndeLes documents nécessaires pour partir étudier en Inde

Les documents nécessaires une fois accepté dans une université indienne à préparer avant votre départ, pour s'assurer de ne rien oublier !

 

 

 Votre arrivée en Inde, les démarches sur place, la vie étudiante :


 

Les avantages et inconvénients à étudier en IndeLes avantages et inconvénients à faire ses études en Inde

L'Inde est un pays particulier qui présente beaucoup d'avantages mais aussi des inconvénients pour les étudiants étrangers. A vous de vous faire un avis sur votre projet.

 

Trouver un job étudiant en IndeTrouver un job étudiant pendants ses études en Inde

Est il possible pour un étudiant de trouver un job sur place ? Si les jobs étudiants pendant les études ne sont pas autorisés par la loi, d'autres solutions existent.

 

Les logements étudiants pendant ses études en IndeLes logements étudiants en Inde

Les différentes possibilités offertes par les universités indiennes aux étudiants étrangers, mais aussi les conseils pour trouver un logement privé une fois sur place.

 

Louise, étudiante partie un an en IndeLouise est partie étudier un an en Inde dans le cadre de son cursus à Science-Po.

Découvrez son expérience incroyable de son arrivée aux nombreuses découvertes qu'elle a pu faire pendant 12 mois !


Rejoindre un programme MBA au Japon :


 

MBA au JaponLe Japon attire de plus en plus d’étudiants français de par sa culture et son opposition totale au mode de vie européen. Ainsi, de nombreux managers et diplômés souhaitent découvrir le monde de l’entreprise japonais, réputé pour s’éloigner complètement de nos standards. Et la réalité est très proche de ce qui vous est décrit, le Japon est différent !


Dans ce contexte, préparer un programme MBA au Japon peut être une des meilleures solutions pour quiconque souhaite orienter sa carrière professionnelle vers ce pays. Il est même possible pour les plus courageux d’apprendre le japonais en parallèle de ses études sur place !

 

La reconnaissance internationale des MBA japonais :


 

La plupart des universités japonaises ont une excellente réputation … au niveau national. En effet, sorti du pays, peu d’établissements sont connus du monde professionnel. Et la plupart des classements internationaux n’y remédieront pas, les programmes japonais étant par exemple absents du classement 2012 des MBA selon le Financial Times.


Pourtant, les programmes sont de qualité et offrent de réelles opportunités pour travailler en Asie. L’obtention d’un MBA au sein d’un pays tel que le Japon peut permettre de vous différencier des autres candidats auprès des employeurs qui y sont sensibles.

 

La structure des MBA japonais :


 

Les programmes MBA au Japon sont de plus en plus proposés en anglais, bien que la langue majoritaire reste globalement le japonais. En réalité, seul les établissements ayant un rayonnement international offrent des formations en anglais et/ ou japonais, ce qui facilite indirectement votre choix.


Le MBA typique au Japon se déroule sur deux ans, bien qu’il soit possible de trouver des programmes en un an.


Les différents cours et modules dispensés au sein des formations japonaises donnent chacun droit à un nombre spécifiques de crédits. Chaque étudiant doit sélectionner ses modules et obtenir des résultats permettant de valider suffisamment de crédits pour obtenir son diplôme à l’issue des deux ans de formation.

 

Le dates clés et l’envoi de votre dossier :


 

Rejoindre un MBA au JaponLes démarches doivent être commencées en moyenne 10 à 12 mois avant la date de rentrée prévue. Attention, les dates clés au Japon sont différentes des autres pays, avec un début d’année universitaire en Mars.


Selon que vous souhaitiez suivre le programme en japonais ou en anglais, il vous faudra passer le test de langue correspondant pour valider votre niveau (TOEFL pour l’anglais). 

 

Dans le cas où vous êtes sélectionné, la plupart des universités vous demanderont de réaliser un entretien, rarement en face à face mais plutôt par téléphone ou via un service de visioconférience.

 

Le coût d’un MBA au Japon :


 

Les MBA au Japon sont un cas légèrement à part dans la mesure où les frais d’inscription « brut » au programme sont plutôt élevés, mais que de très nombreuses bourses d’études sont accessibles. Celles-ci peuvent réduire drastiquement le coût du programme, voir même le rendre gratuit pour les plus doués ou les plus chanceux.


C’est d’autant plus vrai qu’au moins 70% des étudiants internationaux en MBA reçoivent une bourse, voir près de 90% dans certains établissements !


L’ensemble des établissements proposent une réduction des coûts proportionnelle à votre score au GMAT. Ainsi, un score supérieur à 720 vous assure 60% de réduction des frais d’inscriptions au NUCB.

 

Quelques exemples de programmes MBA au Japon avec leur coût total en 2012 :

 

GLOBIS Business School – Full Time 1 an: 40 000 euros
Doshiha Business School – Full Time 2 ans : 32 000 euros
Nagoya University of Commerce and Business – Full time 1 an : 25 000 euros

 

Étudier à Singapour, découvrir l'un des 4 dragons asiatiques :


 

Étudier à Singapour

Singapour est à l'heure actuelle le 4ième centre financier du monde et une des économies asiatiques connaissant le plus fort développement. Centre des échanges entre l'Asie, l'Europe et l'Amérique du Nord, le pays propose de nombreuses opportunités professionnelles. 

 

Dans ces conditions, rejoindre une formation au sein de l'un des nombreux établissements réputés à Singapour est une excellente initiative, profitable sur le long terme, d'autant plus valable pour les étudiants souhaitant orienter leur carrière vers les marchés asiatiques.

 

Les études à Singapour, les infos, les démarches, les conseils :


 

S'inscrire aux universités à SingapourS'inscrire aux universités à Singapour

Les démarches pour partir étudier à Singapour peuvent s'avérer relativement longues, découvrez donc ce qui vous attend, que cela soit de manière générale, au niveau bac, après une Licence, ou après un Master !

 

Programmes de formations à SingapourLes programmes Bachelors / Les programmes Masters

Les formations de niveau Bachelor et Master représentent les deux premiers cycles universitaires dans les établissements à Singapour. Apprenez-en plus sur les requis pour y accéder, la reconnaissance de ces formations et le coût moyen !

 

MBA et PhD à SingapourLes MBA, formation d'excellence / Les PhD, la recherche universitaire

La poursuite d'études après avoir été diplômé offrent de nombreuses possibilités à Singapour, que cela soit dans le cadre d'une formation professionnelle (MBA), ou dans le cadre d'une formation dédiée à la recherche (PhD).

 

Le calendrier universitaire à SingapourLe calendrier universitaire à Singapour

Les différentes dates clés pour envoyer vos dossiers et préparer votre arrivée sur place. Le calendrier est sensiblement similaire au calendrier universitaire français, mais présente quelques surprises et spécifités !

 

Les frais d'inscription à SingapourLes frais d'inscription aux établissements

Basé sur le modèle anglo-saxon, le système universitaire Singapourien implique des frais d'inscriptions aux différentes formations bien plus élevés qu'en France. Mais des plusieurs solutions de financement existent !

 

 Votre arrivée à Singapour, les démarches sur place, la vie étudiante :


 

Le Pass étudiant à SingapourLes démarches pour obtenir le "Pass étudiant"

Chaque étudiant international à SIngapour doit se faire enregistrer auprès des autorités et obtenir son "Pass étudiant". Découvrez les différentes démarches nécessaires et ce que l'obtention du Pass vous apportera sur place.

 

Trouver un logement à SingapourTrouver un logement étudiant à Singapour

Il existe de nombreuses offres de logements destinées aux étudiant à Singapour, des classiques appartements et colocations aux hôtels appartements qui peuvent être une alternative plus qu'intéressante pour certains.

 

 

Pourquoi prendre une assurance lorsque vous partez étudier en Chine ?


 

Une assurance santé pour la ChineTout étudiant désirant étudier en Chine doit être couvert par une assurance santé, afin d'éviter le moindre imprévu mais surtout car le gouvernement chinois l'impose. Bien que les frais d'hospitalisation sont bien moins importants en Chine, les étudiants étrangers sont dans l'obligation d'être couvert par une assurance santé qui permettra de payer à coup sûr les frais de santé. 

 

Sachez que les assurances santé chinoises sont aussi accessibles aux étudiants étrangers, pour une somme comprise entre 600 et 900 RMB par semestre d'études, ce qui représente en moyenne 90 euros. Elles vous couvrent à hauteur de 4000 RMB en moyenne en cas d'hospitalisation, mais difficile de s'assurer de leur sérieux. Il vaut donc mieux prendre une assurance privé française dont vous connaîtrez parfaitement les termes du contrat, encore plus si vous ne maîtrisez que peu le chinois.

 

Le développement de la Chine étant encore loin d'atteindre celui des pays d'Europe, il existe encore quelques rêgles à respecter en Chine pour éviter tout problème de santé, à commencer par ne pas boire l'eau du robinet, où que vous soyiez, que cela soit dans une grande ville ou en campagne. Il vous faut aussi toujours bien cuire vos aliments afin d'éviter tout risque, et ne pas hésitez à se protéger des moustiques, bien qu'aujourd'hui les maladies comme le paludisme ne se retrouvent que très profond dans les terres de la Chine. 

 

Dans ces conditions, et même si les risques d'attraper une maladie grave sont très faibles aujourd'hui, il est conseillé de souscrire à une assurance santé vous couvrant un maximum, éviter donc de prendre la moins chère mais aussi la moins efficace...

 

Présentation de l'assurance "Cap Student" de Chapka Assurances pour étudier en Chine :


 

Assurance Cap Student ChapkaL’assurance Cap Student est l’assurance de tous les étudiants et stagiaires à l’étranger. Si vous partez en stage, en trimestre ou en semestre d’études en Chine, il vous faut une assurance, surtout en Chine où les risques sont plus importants que dans d'autres pays.

 

Dans l’assurance Cap Student de Chapka Assurance vous avez une responsabilité civile à l’étranger incluse qui est indispensable lors de vos déplacements. Vous bénéficiez également d’une assistance rapatriement 24h/24 et 7j/7 gérée par l’un des plus grands assureurs mondiaux ainsi que le remboursement de tous vos frais médicaux et d’hospitalisation illimités et sans franchise.

 

Vous pouvez souscrire en ligne et renouveler en quelques minutes depuis n’importe où via notre site internet.

 

 

Étudier en Russie, découvrir une autre puissance émergente


Étudier en Russie

 

Les études en Russie sont très certainement une opportunité de se différencier sur le marché des diplômés. La Russie est un pays revenant progressivement sur le devant de la scène économique mondial tout en ayant faits des progrès très importants dans l'enseignement supérieur.

 

Aujourd'hui, de très nombreux chercheurs renommés viennent de Russie, dans des universités s'ouvrant de plus en plus à l'international. 

 

Étudier en Russie, les infos, les démarches, les conseils :


 

Les formalités pour étudier en RussieVous souhaitez vous inscrire à une université en Russie ? Afin de pouvoir étudier en Russie, être admis dans une université est obligatoire pour pouvoir vivre sur place, pour en savoir plus sur les démarches, rendez-vous sur "Les formalités pour étudier en Russie".

 

Les diplômes pour étudier en RussieVous ne savez pas quelles sont les équivalences avec les diplômes français ? Nous vous présentons chacun des diplômes russes selon le niveau d'études, afin de vous repérer plus facilement, plus d'infos dans "Les diplômes pour étudier en Russie".

 

Les différents types d'établissements dans l'enseignement supérieur RusseComment faire la différence entre les établissements de l'enseignement supérieur russe ? Chacun des différents types d'établissements est décrit dans "Les universités et autres établissements pour étudier en Russie".

 

Le visa étudiant RusseL'obtention d'un visa étudiant est nécessaire pour pouvoir entrer en Russie. Les démarches sont à réaliser une fois la lettre d'admission à l'université reçue, et sont décrites dans "Les démarches pour obtenir un visa étudiant russe".

 

Santé étudiante en RussieQuelles sont les démarches de santé à faire avant de partir étudier en Russie ? La souscription à une assurance santé complémentaire ainsi qu'un test du VIH sont nécessaires, pour en savoir plus : "La santé étudiante en Russie"

 

Les logements étudiants pour ses études en RussieVous souhaitez connaître les différentes possibilités de logement en Russie ? Logements universitaires, logements privés, ou même vivre en famille d'accueil, chacune des possibilités est présentée dans "Le logement étudiant en Russie".

 

Stages linguistiques pour apprendre le RusseVous souhaitez partir apprendre le Russe à moindre coût ? Une alternative ou un moyen de se préparer aux études en Russie est de postuler pour partir en stage linguistique gratuit pendant deux mois à Moscou ou St-Petersbourg.

 

 

Partir étudier en Russie, nos partenaires :


 

Chapka Assurances, partenaire pour les études en Angleterre

Chapka Assurances est un assureur spécialisé dans les départs à l'étranger, notamment pour les étudiants partant étudier en Russie grâce à sa sa formule CAP Student.

 

 

Les logements étudiants en Inde : que choisir ?


 

Les logements pour étudiants en IndeChaque université en Inde possède des logements étudiants mis à la disposition des étudiants internationaux chaque année. Mais il est aussi tout à fait possible pour un étudiant étranger en Inde de trouver une location privée, que cela soit seul où en partageant votre appartement avec quelqu’un d’autre.

 

Attention, les prix sont souvent faibles pour les logements « à l’indienne », mais si vous recherchez un logement avec un niveau de vie européen, les loyers grimpent alors très vite pour atteindre ceux des grandes villes européennes !

 

Les logements universitaires en Inde :


 

Les frais liés au logement peuvent paraître dérisoires pour les étudiants français, et effectivement, vous pourrez facilement vous loger pour un coût très faible tournant aux alentours de la centaine d’euros par mois.

 

Il est toujours plus facile de vous tourner vers les logements universitaires, dans la mesure où l’université s’occupe de l’ensemble des démarches nécessaires à votre installation et que vous savez où loger avant d’arriver, et dans des conditions décentes. Cependant les places sont souvent limitées, avec une centaine de places disponibles pour les étudiants internationaux en moyenne. Pour combler ce manque, les universités n’hésitent pas à entretenir des partenariats avec des auberges de jeunesse ou des résidences privées situées non loin du campus afin de permettre aux étudiants de se loger à des prix avantageux sous la direction de l’université.

 

Les logements privés en Inde :


 

Les logements étudiants en IndeLes logements privées ont l’avantage d’être souvent un peu moins chers, et ne sont pas particulièrement difficiles à trouver, surtout dans les grandes villes.

 

Attention cependant au quartier ou à la partie de la ville dans laquelle vous souhaitez habiter, tous les coins ne sont pas toujours recommandables, et il vaut mieux payer plus cher et habiter dans un environnement sans risques, car l’Inde reste un pays en voie de développement, bien que cette affirmation soit loin de s’appliquer à tous les quartiers des villes, certains étant particulièrement développés.

 

Quelques sites pour vous aider à trouver un logement étudiant en Inde :


 

http://india.accommodationforstudents.com/ : Le site présente les offres des grandes villes de l’Inde. En anglais, il permet de faire des recherches par quartiers ou par université, ce qui rend la navigation très intuitive.

 

http://www.studentindia.com/content/hostels : Vous pouvez trouver de nombreuses informations sur les auberges de jeunesse en Inde ainsi que leurs offres. Idéal si vous souhaitez vous loger temporairement et faire les recherches de logements sur place !

 

Thibault, étudiant en Master à l'université de Tokyo :


 

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?


Je m’appelle Thibault CLÉMENT, j’ai 23 ans et suis actuellement un cursus de Master à l’Université de Tokyo. Je suis aussi le webmaster du blog "2 Years in Tokyo", où vous pourrez retrouver un maximum de détails sur mon séjour au Japon.


L'université de Tokyo TodaïQuand es-tu parti au Japon ?


Je suis parti au Japon en octobre 2011. L’année universitaire commence normalement en avril au Japon, mais dans l’objectif d’attirer plus d’étudiants étrangers, de nombreuses universités proposent une rentrée alternative en octobre, afin de s’aligner sur le calendrier universitaire des pays occidentaux.


Qu’est ce qui t’as incité à partir ?


Évidemment, je suis attiré par la culture japonaise. Cependant, c’est à la suite d’un séjour de deux mois en famille d’accueil à Tokyo durant l’été 2010 que j’ai décidé de tenter l’expérience d’un cursus en université au Japon. Ma première motivation était d’internationaliser mon parcours.

 

Le Japon est le pays le plus avancé d’Asie et offre des formations de pointe dans de nombreux domaines. De plus, la barrière de la langue et l’éloignement culturel font qu’étudier au Japon est un challenge. Pour moi, il est beaucoup plus valorisant, sur le plan professionnel comme personnel, de partir étudier au Japon plutôt qu’aux Etats-Unis ou dans un pays européen par exemple.

 

Tokyo n’est pas une destination commune pour effectuer un séjour universitaire et c’est à coup sûr un atout majeur sur un CV.

 

Les démarches pour partir au Japon :



Quelles ont été tes démarches avant et une fois sur place ?

 

Les démarches pour postuler à une université japonaise et surtout à la bourse MEXT offerte par le gouvernement japonais sont assez longues et complexes. C’est premièrement pour décrire ces démarches et faciliter la tâche à de futurs étudiants se retrouvant dans la même situation que j’ai décidé de créer mon blog. Tous les détails sont disponibles dans la section « Étudier au Japon » de mon blog "2 Years in Tokyo".


Une fois sur place, les démarches ont été assez aisées et particulièrement bien encadrées par l’université dans mon cas. Je pense que cela est commun à tous les établissements et non propre à l’Université de Tokyo. L’université d’accueil accompagne en général les étudiants pour trouver un logement, ouvrir un compte en banque, ou toute autre démarche nécessaire.


As-tu trouvé les formalités difficiles ?


Les formalités peuvent sembler compliquées au Japon, où la bureaucratie fait que les démarches sont parfois longues et nécessitent de remplir de nombreux documents. De plus, la quasi-totalité des démarchent se font en japonais exclusivement, et le personnel bilingue est assez rares dans toutes les institutions (hormis les services d’immigration).

 

En tant qu’étudiant cependant, l’université d’accueil désigne en général un ou plusieurs tuteurs (« senpaï »), des étudiants japonais, afin de faciliter les démarches et en particulier pour aider à remplir toutes sortes de formulaires.

 


 

La vie de Thibault une fois arrivé à Tokyo :




2 ans à TokyoComment s’est déroulée ton arrivée ?

 

Lors de mon arrivée, deux tuteurs désignés par mon université, étudiant dans le même département que moi, m’attendaient dans une gare afin de m’aider à transporter mes bagages. Nous nous sommes rendus directement à l’université où je devais compléter quelques formalités.

Mes tuteurs m’ont également fait visiter les lieux, mon laboratoire et mon bureau, et m’ont présenté au personnel du département ainsi qu’aux autres étudiants.


Comment se passe ta vie étudiante au sein de l’université ?


La vie étudiante à l’Université de Tokyo est très riche est variée. L’emploi du temps académique est partagé entre cours et travail de recherche. Chaque étudiant choisi les cours auxquels il participe parmi un large catalogue, et construit son emploi du temps tel qu’il l’entend. Le seul requis est de valider un certain nombre de crédits sur la période du programme (deux ans pour un Master).

 

Le projet de recherche est un travail personnel qui s’effectue au sein d’un laboratoire. Une fois encore, l’étudiant définit son emploi du temps et ses objectifs de manière plus ou moins autonome selon les laboratoires. Certains laboratoires ont des heures de travail fixes alors que d’autres (la plupart) laisse les membres organiser leur travail à leur gré.

 

À côté de ça, l’université offre de nombreuses installations sportives ainsi que des cours de sports ou des activités culturelles. De nombreux cous de japonais sont évidemment offerts aux étudiants étrangers. Il existe à l’Université de Tokyo une forte communauté d’étudiants internationaux, organisant de nombreux évènements sorties.


Comment fonctionne ton programme et tes cours ? Qu’en penses tu ?


Tous les programmes de Master à l’Université de Tokyo ont la même structure : sur une période de deux ans, les étudiants doivent obtenir un certains nombre de crédit en assistant à des cours. Le nombre de crédits varie selon les départements mais se situe en général entre 20 et 30.

Cela ne représente pas un grand nombre d’heures, et la plupart des étudiants obtiennent tous leurs crédits en un ou deux semestres. Les étudiants sont également libres de suivre tout cours dans quelque département que ce soit.


Globalement, l’accent est mis sur la recherche plutôt que sur les cours. Les étudiants ont deux ans pour mener à bien leur projet qui aboutira à la rédaction d’un mémoire et devra être soutenu afin de valider le Master. Ce système est très différent su système français où les masters ne comprennent en général pas de projet de recherche.

 

Personnellement, le système japonais me convient parfaitement car il laisse beaucoup de liberté aux étudiants et leur permet d’organiser leur travail de manière autonome, ce qui est très épanouissant. Un petit bémol cependant en ce qui concerne les cours, dont la qualité laisse parfois à désirer, notamment pour les cours dispensés en anglais.


Comment a évolué ton niveau d’anglais ? Difficile à comprendre au début ?


Mon niveau d’anglais avant mon arrivée au Japon était probablement plutôt bon (TOEFL iBT : 114/120) mais mes capacités d’expression se sont nettement améliorées depuis lors. Dans le cadre des cours aussi bien que de la recherche, les étudiants sont régulièrement amenés à effectuer des présentations orales.

 

Les échanges avec les autres étudiants internationaux ont également eut pour effet d’améliorer mon niveau d’anglais « de tous les jours ». Je n’ai pas eu de difficulté particulière à comprendre lors de mon arrivée. L’accent japonais nécessite un certain temps d’adaptation mais ne soulève pas de problème majeur.


Et au niveau du logement ? Tu l’as trouvé comment ? C’est une colocation ?


J’ai passé les cinq premiers mois dans une résidence universitaire, un logement que j’ai trouvé par biais de l’Université de Tokyo. J’ai ensuite déménagé en collocation avec deux autres étudiants internationaux. Trouver un appartement à partager n’a pas été très difficile, mais il vaut cependant mieux être accompagné d’une personne parlant japonais couramment.

 

La vie au Japon en dehors de l'université :



La vie au Japon en dehors des cours ?

 

La vie étudiante à l’Université de Tokyo est riche d’évènements et soirées organisés par les étudiants eux-mêmes. Tokyo est une ville immense qui laisse toujours à découvrir. Il s’agit culturellement et artistiquement d’une des villes les plus dynamiques et éclectiques au monde. Les endroits pour s’amuser et faire la fête ne manque pas.

Tokyo est à mon avis une ville parfaite pour un étudiant, mis à part le prix de la vie qui est tout de même très élevé.


Comment as-tu trouvé Tokyo ?


Comme je le disais ci-dessus, Tokyo est une ville fascinante aux multiples facettes, offrant une vie culturelle et artistique très riche et variée. Je ne pense pas qu’il soit possible de connaître parfaitement Tokyo en y vivant seulement deux ans. Je découvre de nouveaux lieux et suis surpris de panière perpétuelle par cette immense mégalopole.


Ton avis personnel sur ton expérience ?


Si c’était à refaire, je le referais sans hésiter une seconde. Ce projet de Master à l’Université de Tokyo est probablement l’une des meilleures expériences que j’ai eues jusqu’à présent. La relative complexité et la longueur des démarches à effectuer en valent largement la peine !

 

Comment étudier à Singapour après un Master ?


 

Programmes Post-Master à SingapourSingapour est une puissance économique asiatique ayant un rayonnement mondial. De nombreux expatriés européens et américains choisissent d’y étudier et d’y travailler pour la qualité de vie sur place, mais aussi les opportunités professionnelles offertes par les nombreux grands groupes installés dans le pays.


Les universités, instituts ou écoles de commerce présentent à Singapour disposent de moyens importants leur permettant de proposé des programmes d’élite, et d’apparaître dans la plupart des classements mondiaux.


Étudier à Singapour après son Master, c’est aussi l’assurance de bénéficier de programmes de qualité à un coût moins important que des pays comme les USA ou l’Angleterre, tout en bénéficiant des nombreuses aides de financement mises en place par l’état.

 

Quelle formation à Singapour après un Master ?


 

PhD à SingapourRejoindre un PhD à Singapour
Les plus grandes universités publiques ou privées à Singapour proposent des programmes PhD dédiés aux étudiants souhaitant orienter leur carrière vers des fonctions de recherche et d’enseignement, que cela soit au sein d’organisme publics ou privés.

 

 

Master spécialisé à SingapourRejoindre un Master spécialisé à Singapour
Vous souhaitez orienter votre carrière dans un domaine particulier et précis ? Les Masters spécialisés ont pour but de faire de vous un spécialiste dans une activité particulière, et de vous donner l’ensemble des compétences nécessaires pour devenir un véritable expert.

 

 

MBA à SingapourRejoindre un MBA à Singapour
Le pays peut se targuer d’accueillir à la fois d’excellentes écoles de commerce nationales mais aussi des établissements européens de renommée mondiale. L’INSEAD et l’ESSEC, faisant toutes deux parties du top 10 européens des meilleurs « Business Schools » ont choisi d’implanter un cursus à Singapour, pour l’environnement d’études et les opportunités professionnelles que le pays propose.

 

 

Le système universitaire en Russie : les établissements


 

Le système universitaire en RussieIl existe comme dans la majorité des pays, deux types d’établissements dans l’enseignement supérieur russe. On retrouve l’enseignement supérieur public, à moindre coût, mais aussi l’enseignement privé, qui ne propose pas forcément des formations équivalentes, ni reconnues par l’Etat russe.

 

L’enseignement supérieur public en Russie :


 

Les lycéens russes rentrent à l’université à 17 ans, et s'y préparent en moyenne deux années auparavant, avec un test spécifique d’entrée dans l’enseignement supérieur russe nommée le EGE. Ce test permet de classer les étudiants selon les résultats obtenus, et ainsi distinguer les meilleurs élèves des autres futurs étudiants.

 

Obtenir d’excellents résultats à ce test signifie obtenir une scolarité quasi gratuite, des bourses d’études et un logement universitaire à moindre coût, ce qui permet aux meilleurs étudiants d’étudier en Russie dans des conditions optimales. La Russie favorise donc le mérite, et fait une sorte de pré-sélections relativement tôt. Mais attention, ne pas réussir ce test ne signifie pas arrêter les études ! Les étudiants Russe ayant eu des résultats moyens au test EGE devront juste financer par eux-mêmes leurs études supérieures.

 

L’enseignement supérieur privé en Russie :


 

L'enseignement supérieur en RussieIl existe deux branches dans l’enseignement supérieur privé en Russie, la branche similaire aux universités classiques qui sont reconnues par l’États Russe, et les branches plus technologiques dont les diplômes sont souvent issus de formations courtes, pas toujours reconnues par l’état, mais permettant malgré tout par la suite de rejoindre un cursus universitaire sur concours.

 

Les établissements les plus intéressants sont très certainement les Collèges, héritage du système universitaire américain, qui sont des formations techniques en trois ou quatre ans permettant par la suite de rejoindre une université. On compte aujourd’hui 680 établissements de ce type en Russie.

Les « Technikum » sont la deuxième solution pour préparer des diplômes professionnels. Ceux-ci s’effectuent en deux ans, et prépare à intégrer le marché du travail dans un domaine précis.

 

Les frais de l’enseignement supérieur privé russe vont aujourd’hui selon l’école de 360 euros à plus de 7600 euros pour une année d’études. A vous de trouver l’établissement qui vous convient en terme de formation mais aussi de coût.

 

Articles en relation