Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Index de l'article

Bérénice est partie étudier un an à Osaka au Japon, en année de césure :



Peux-tu te présenter en quelques lignes? 


Bérénice, étudiante pendant un an à Osaka au JaponJe m'appelle Bérénice, après le bac je suis entrée en classe préparatoire à l'ISCID-CO, l'école de commerce de Dunkerque. Je suis aussi la co-rédactrice et co-créatrice du blog "Jeunes à l'étranger".

Quand es-tu partie au Japon ? Dans quelles conditions ?

Je suis partie en 2009/2010 au Japon après mes deux années de classe préparatoires intégrées. Mon école avait créé un partenariat avec une université à Osaka (Osaka Gakuin University). Cette université ne proposant que des cours de japonais et de culture pour les étrangers, cette année d'études était en fait une année de césure. En gros, lorsque je suis revenue en France, j'ai repris mes études là où elles s'étaient arrêtées.

Qu’est ce qui t’as incité à partir à Osaka et prendre une année de césure ?

Ma passion pour la culture japonaise. Je voulais découvrir ce pays mais pas en tant que touriste. Je pense que visiter et vivre un pays sont deux approches totalement différentes. Quand on reste dans un pays pendant un an on a le temps de voir les "mauvais côtés" aussi et comprendre la culture et les mentalités.

Quelles ont été tes démarches avant et une fois sur place ?

Sur place mon université japonaise m'a très bien accompagnée. On était placé en famille d'accueil et ma famille s'est particulièrement bien occupée de moi. Avant d'y aller j'ai du postuler pour obtenir des bourses. Mon université française m'a accompagnée dans les démarches pour obtenir les bourses. Et une fois sur place il n'y avait que la carte de transport à acheter.

Quels étaient les requis internes à ton école pour partir en échange au Japon ?

J'ai du passer le test TOEFL avant de partir pour prouver que je pourrai me débrouiller en anglais sur place. Ensuite j'ai écrit une lettre de motivation et comme nous étions peu d'éléves intéressés par le Japon, et que mes professeurs connaissaient mon intérêt pour le pays, j'ai tout de suite été acceptée.

As-tu trouvé les formalités difficiles ?

Le test d'anglais n'était pas facile. Pour les démarches administratives c'était très simple. Les universités fournissent tous les documents nécessaires.

consultez notre forum