Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Index de l'article

Etudier au Japon : Interview de BillyBilly, étudiant en LEA est parti étudier 4 mois et demi au Japon en 3ième année : 


 

Pourquoi être parti étudier au Japon, qui est un pays assez atypique ?

 

J'avais 20 ans et j'étais en troisième année de Licence LEA. Je voulais partir super loin et mon université me proposait de partir là bas, j'ai donc accepté sans hésiter. C'est le côté complètement différent qui m'a attiré. 

 

Comment es-tu parti ?

 

Ma fac possède un partenariat avec deux universités au Japon, une à Kobe et une à Osaka. Je me suis rendu sur celle d'Osaka, qui s'appelle "Momoyama gakuin St Andrews". C'etait une université privée assez chère, environ 8000 euros par an, bien que pour nous elle ait été gratuite. Elle est assez connue dans la région, il y avait des publicités dans le métro ou dans la ville. 

 

Quelles ont été les démarches pour partir étudier au Japon ?


 

Les démarches pour étudier au JaponJ'ai du faire la demande d'un certificate of eligibility pour pouvoir étudier au Japon à l'ambassade Japonaise de Paris. Je suis allé directement à l'ambassade avec les papiers nécessaires que j'ai préalablement trouvé sur ce site. Il y avait un certains nombre de papiers à fournir :

 

  • Faire une radio des poumons
  • Le dossier de candidature avec l'Application Form
  • Une photo d'indentité 4cm x 3cm
  • Une enveloppe avec timbre d'une valeur de 380 yens (3.21 euros)
  • Un document prouvant votre statut d'étudiant

 

La procédure prend entre 1 et 3 mois à se terminer selon la période, et si vous avez des difficultés à constituer votre dossier, vous pouvez contacter ou vous rendre à l'ambassade du Japon pour demander de l'aide.

 

Tu avais obtenu une bourse d'études pour partir ?



J'avais la bourse FSDIE LEA, d'un seul versement de 800 euros et aussi la bourse Mobicentre hors Europe de 260 euros par mois, et 400 euros par mois de la bourse CMB. Et à cela il faut ajouter la bourse nationale du CROUS sur critères sociaux. De plus, j'avais travaillé avant pour payer les loyers sur place que j'ai pu régler en trois versements. Mes parents ont finalement payé deux des trois versements, j'avais donc pas mal d'argent pour moi.

 

Arrivée au Japon pour un étudiant Français

Comment s'est passée ton arrivée sur place ?

 

J'ai atteri à Osaka, aéroport du Kansai international. Une fois sur place, une étudiante japonaise (assistante) est venue me chercher. Elle avait été selectionnée avec 4 autres étudiants japonais pour s'occuper de tous les étudiants étrangers de la fac. Ces étudiants devaient venir nous chercher, organiser les fêtes, organiser les événements divers. Ils savent très bien te recevoir et sont très doués pour gérer les différents types d'évènements.

On a eu une première semaine d'orientation Week, où ils nous ont présentés la ville : la gare, le métro, la poste, le magasin le plus proche, les centres commerciaux, les banques. Ils nous ont expliqués comment ouvrir un compte en banque, comment payer ses factures, etc ...

 

Premières impressions vis à vis de l'université ?

 

Absolument énorme, l'université est très technologique et très très moderne. Tout est Hight-Tech, des portes qui s'ouvrent seules, aux toilettes hautes technologies, jusqu'aux ordinateurs présents partout.


 

La vie sur place lors de tes études au Japon, comment s'est elle déroulée ?


 

Un étudiant français au Japon

Comment se sont passés les cours ?

 

Nos cours étaient en anglais. Nos profs venaient des États-unis ou d'Angleterre, mais vivaient au Japon depuis des années. J'avais 9h de cours de Japonais par semaine et 1h de "comparaison des cultures" entre les différentes nationalités présentes dans la classe et le Japon. Le prof étant de nationalité anglaise, il pouvait nous expliquer les choses avec du recul. Pour les cours, tu choisis ceux que tu veux, mais tu dois avoir au minimum 7 modules. J'avais pris le minimum, mais en moyenne les étudiants japonais ont une quinzaine d'heures de cours.

 

J'avais donc seulement 10h de cours par semaine, le Lundi, Jeudi et Vendredi avec la fin du semestre des exams assez faciles. Pour les cours de Japonais, au début ils étaient en anglais, puis à partir des deux mois sur place, ils étaient uniquement en Japonais. A chaque cours, qui durait 3h, on avait un quizz au début pour évaluer notre niveau et ce que l'on avait appris pendant le cours. Cela comptait dans la moyenne finale, donc cela force à apprendre et être attentif pendant l'ensemble de la session.

 

Par rapport à ma moyenne en France, les résultats obtenus au Japon comptaient pour 5 points sur 20, le plus important étant le rapport final, représentant 15 points sur 20.

 

La vie étudiante au JaponComment se déroule la vie au Japon en tant qu'étudiant ?


 

Ils ont énormément de complexes sportifs qui sont gratuits pour les étudiants, j'en ai donc beaucoup profité. Il y avait un emploi du temps pour chaque sport afin que les complexes soient réservés seulement à quelques sports selon les heures. Une fois que t'es en cours, tu vas dans l'International Center,  tu te poses avec ton ordinateur, tu te prends un truc à manger et tu parles avec les gens.

 

La vie était pas chère sur place, la nourriture ne coûte rien, alors que le choix est monstrueux, il y a absolument tout et les rayons sont énormes. Ils boivent énormément de thé, surtout en bouteille, bien plus que l'eau. Ils vont même jusqu'à vendre "UN" oeuf dur. Le choix de nourriture est vraiment incroyable, souvent très sain, et j'avoue ne jamais en avoir vu autant. Vu que l'euro est plus fort que le Yen, j'étais vraiment avantagé et j'avais un pouvoir d'achat assez monstrueux.

 

Comment faisais-tu pour payer ses factures au Japon?

 

Tu reçois une petite facture en japonais dont la seule chose que tu comprends est le numéro correspondant au montant. Tu dois ensuite aller dans un magasin de proximité pour payer, le "Lawson", un convenient store, et tu payes tes factures de la même manière que tu vas dans un bureau de tabac en France.

 

Et par rapport au logement sur place ?

 

C'était une résidence universitaire uniquement pour les étudiants étrangers, seuls quelques japonais étaient là, c'est à dire les assistants qui aidaient les étudiants étrangers. C'était à 25min à pied de la fac et les appartements étaient plutôt grands, environ 19m² pour une seule personne, complètement équipés, avec machine à laver, balcon, frigo, salle de bains, autocuiseur (pour le riz) ... C'était petit pour tout mettre, mais extrêment bien organisé. 

 

Je payais 240 000 yens pour 6 mois de loyer, divisé en 3 versements. Même si je ne restais que 4 mois et demi. En revanche, tu n'as pas l'électricité, l'eau ni internet compris dans le loyer. Pour Internet on s'était arrangé avec ma voisine du dessous qui partageait avec 3 personnes, et on avait des cables très longs qui passaient par dehors pour avoir un seul abonnement pour 5 ... Étant donné que c'était la fibre optique, on a eu aucun problème de vitesse et je ne payais que 1200 yens par mois.

La télévision, je ne l'utilisais pas, tout était en japonais et il y avait essentiellement des programmes de cuisine à ce que j'en ai vu. 

 

Les restaurants au JaponPar rapport au restaurants, boîtes de nuits et autres activités ?

 

Les restaurants c'est le paradis, le principe est simple, tu payes une certaine somme et tu manges à volonté pendant 1h ou 2h, et tu bois ce que tu veux en boissons softs et parfois des alcools forts. 

Les Japonais ne sont pas trop alcool, la plupart ne tiennent pas l'alcool. Les Japonaises prennent énormément soin d'elles donc elles sont plutôt belles, alors que les japonais beaucoup moins. Ils y a un gros problème de dents là bas vu que le dentiste coûte cher. 

 

Les boîtes de nuit sont assez spéciales. Il y a des offres promotionnelles du style "si les filles ont des talons hauts, elles ne payent pas". Le coût moyen était de 20 euros, avec certaines possèdant des offres particulières avec alcool à volonté.

Le métro s'arrétant à minuit, on ne pouvait plus rentrer, donc obligation de faire la fête toute la nuit jusqu'à 5h du mat ...

 

La ville d'Osaka était t-elle le cadre idéal pour tes études au Japon ?


 

La ville d'Osaka pour étudierLa ville où j'étais était une ville "dortoire" les gens vivaient dans la ville et allaient travailler ou étudier ailleurs. Les gens sont vraiments réglés, tu as ton propre espace personnel, tu suis ta ligne à toi, et tu ne débordes pas sur celle des autres. C'es très calme, et ils sont super respectueux. On a beaucoup à apprendre d'eux, au niveau de la discipline, mais ils ont aussi à apprendre de nous, surtout savoir se lacher un peu. 

 

Certains étudiants n'ont pas supporté la différence culturelle, surtout parce que la plupart étaient assez fermés. Ils ont préférés partir au bout de d'un semestre au lieu d'un an, ou d'autres sont partis à la moitié de leur séjour.

 

Les gens en général sont très disponibles pour toi. Un jour j'étais perdu, j'ai demandé à une dame de m'aider alors qu'elle faisait ses courses. Elle a laché son cadis et m'a accompagné jusqu'à la poste à 5 min à pied. Les étrangers sont vraiment très bien traités et on est des rois. C'est les étrangers qui dépassent quelques fois les rêgles, mais les japonais sont très patients, ils ont une culture qui évite le conflit, il y a très peu de chances qu'ils s'énervent. Si un japonais te fait une remarque ou t'engueules, c'est que tu l'as vraiment cherché. La seule fois où je me suis fait engueulé c'était dans le métro, après une soirée, j'étais allongé sur une banquette dans le métro, et un des japonais m'a demandé de me tenir correctement et de m'assoir. Je comprenais parfaitement que ce que je faisais n'était pas correct, mais les lendemains de soirée sont durs !

 

Et pour finir, quelque chose à ajouter ?

 

Je regrette pas, cela m'a apporté vraiment une énorme ouverture d'esprit, je m'adapte beaucoup plus vite aux situations nouvelles. Cela fait du bien de savoir qu'ils existent des gens comme ça, que l'on est pas tous pareil. 

 

Après, ça m'a developpé mon envie de voyager, quand j'ai eu ma licence j'ai pris une année sabbatique, j'ai bossé l'été et je suis parti un an en Australie dans le cadre du visa-vacances (Working Holiday). Puis je suis parti étudier un an en Écosse. Il faudrait vraiment que tout le monde voyage, c'est incroyable, cela te change la vie.

 

consultez notre forum