Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Quelle rémunération pour un VIE à l’étranger ?



Rémunération des VIE à l'étranger


Les candidats partant en VIE au sein d’une entreprise à l’étranger opèrent tous sous le statut de Volontaire, qui n’est pas propre au programme VIE. En effet, le statut de volontaire est clairement défini et utilisé dans d’autres formes de volontariat en France.

Nous vous invitons d’ailleurs pour plus de détails à consulter le décret encadrant le statut de Volontaire sur le portail Legifrance.  Que cela soit pour un VIE ou tout autre type de volontariat, le Volontaire ne touche pas de salaire à proprement parler mais des indemnités liées à sa mission.

Nous vous proposons donc un guide pour mieux comprendre le fonctionnement de ces indemnités, et les autres avantages liés au programme VIE.


Que sont les indemnités d’un Volontaire en VIE ?



Les indemnités perçues en tant que Volontaire international ne doivent pas être vues comme un salaire au sens propre. Une indemnité sert à compenser un volontaire pour sa mission plutôt que de le rémunérer avec un salaire pour son travail.

On parle d’indemnités pour tout type de volontaire en France, et pas uniquement pour les VIE. Le volontaire ainsi que l’organisme d’accueil ne peuvent pas négocier ou avoir un quelconque impact sur la rémunération versée, les montants étant fixés par décret et n’étant pas liés au profil du volontaire.

Si la différence peut sembler subtile, les indemnités ne sont pas soumises aux mêmes contraintes légales que les salaires comme mis en avant sur la page officielle du gouvernement, et présentent plusieurs avantages :

  • Elles ne sont pas assujetties à l’impôt sur le revenu en France

  • Elles ne sont pas assujetties à la CSG et la CRDS 


Il existe néanmoins quelques inconvénients liés aux indemnités des VIE :

  • Aucune cotisation ouvrant à des droits au chômage n’est effectuée

  • Aucune cotisation à la retraite générale ou complémentaire n’est effectuée

  • Vous êtes affiliés à la Caisse des français à l’étranger ainsi qu’à un assureur privé pour la couverture santé et invalidité et non plus à la sécurité sociale française 


L’absence de ces cotisations a un impact sur les droits ouverts à l’issue de votre VIE, comme nous allons le voir plus loin.

Au final, ces exonérations vous permettent de bénéficier d’un salaire net correspondant au montant des indemnités mis en avant sur le barème Civiweb. Ce que vous toucherez donc chaque mois correspond au montant énoncé pour votre destination.


Comment sont calculées les indemnités en VIE ?



Le barème des indemnités VIE est composé de deux variantes qui, ensemble, représentent le total de votre indemnité :

  • L’indemnité mensuelle : elle correspond à une indemnité fixe similaire à toutes les destinations de VIE et mise à jour chaque année par décret. Elle était de 723,99 € en 2018.

  • L’indemnité géographique : liée à votre destination de mission, elle prend en compte notamment le coût de la vie sur place, l’évolution du taux de change avec l’euro, ou encore l’éloignement géographique.


Le coût de la vie est un élément important dans le calcul de l’indemnité, et il prend en compte une qualité de vie équivalente à celle d’un jeune travailleur français travaillant en France.

Dans des pays comme l’Angola, le Turkménistan ou encore le Yémen, malgré un coût de la vie faible pour les populations locales, obtenir une qualité de vie similaire à la France coûte très chère. C’est pour cela que les indemnités pour certains pays en voie de développement dépassent la barre des 3 000 € mensuels.


Quels sont les autres avantages avec un contrat VIE ?



La rémunération d’une mission VIE ne s’arrêtent pas au montant des indemnités, et le Volontaire a le droit à d’autres avantages :

  • Les frais de transport aller-retour avec jusqu’à 150 kg de bagages

  • Une exonération de l’impôt sur le revenu

  • 30 jours de congés payés par an

  • Potentiellement, la prise en charge du logement par l’employeur contre une minoration de 20% du montant de l’indemnité géographique


Dans la mesure où certains pays disposent d’un nombre minimum de jours de congés par an inférieur ou inexistant par rapport à la France, le VIE est un réel avantage par rapport à un contrat local. A titre d’exemple, c’est le cas des États-Unis, du Japon ou encore des Pays-Bas.


Les indemnités d’un Volontaire International sont-elles valorisantes et suffisantes ?



Les indemnités d’un VIE ne sont pas liées au profil professionnel du Volontaire. Cependant, dans la majorité des cas, celles-ci correspondent à une indemnité plus que suffisante pour vivre correctement à l’étranger. Il existe néanmoins certains cas où un contrat local peut être plus profitable. Certains profils particulièrement recherchés, ou disposant déjà de 2,3 voire 4 ans d’expérience pourraient être lésés par rapport à la rémunération moyenne offerte dans le pays.  

Malgré l’exonération de cotisations sociales et d’impôts sur le revenu, certains pays peuvent être plus profitable avec un contrat local. On peut penser notamment à l’Angleterre, l’Allemagne, le Canada ou encore les USA qui valorisent particulièrement les profils Junior spécialistes de niveau Master, et offriront généralement de bien meilleures conditions à des jeunes de moins de 28 ans ayant déjà plusieurs années d’expérience.

En 2016, l’âge moyen d’un Volontaire International étant de 26 ans selon BPI France, une bonne partie d’entre vous risquent de rentrer dans cette catégorie. Mais le VIE propose aussi de nombreux avantages qui vous faciliteront la vie par rapport à un contrat local, et ces avantages doivent rentrer en compte dans votre décision lorsque vous cherchez une mission à l’étranger.


Que signifie l’absence de cotisations sociales et d’impôts pour les VIE ?



L’absence de cotisations au régime des retraites et au chômage implique plusieurs changements et inconvénients pour le Volontaire.

Premièrement, à l’issue de sa mission, un volontaire n’a le droit à aucune indemnité chômage si celui-ci se retrouve à la recherche d’un emploi. En effet, l’absence de cotisations n’est pas compensée, et seul le RSA vous sera accessible à la sortie de votre VIE si vous avez plus de 25 ans et êtes sans activité.

Deuxièmement, aucune cotisation à la retraite n’est effectuée. Les conséquences sont cependant bien moins importantes que pour le chômage : la période de VIE est bien prise en compte dans le calcul de vos droits à la retraite. L’absence de cotisations de votre part sera compensée par le Fond de Solidarité Vieillesse (FSV), et une année de Volontariat vous donnera bien droit à 4 trimestres validés !

Le seul inconvénient vient de l’impossibilité de cotiser à des caisses de retraite complémentaires sur cette période, qui permettent un gain appréciable sur le montant de votre retraite bien que l’impact de la période en VIE soit limité sur le long terme.

Troisièmement, votre santé n’est plus assurée par la sécurité sociale française mais par l’organisme d’assurance privé choisi par Business France. En 2018, April International s’occupe des contrats d’assurance VIE, et les conditions sont directement consultables sur leur site. 

En cas d’invalidité durant la mission suite à un accident du travail, le VIE bénéficiera de son indemnité pour toute sa période d’invalidité jusqu’à la date de fin de sa mission. Au-delà, il bénéficiera d’indemnités définies au cas par cas, ce qui peut poser un problème de montant comme le mentionne Le Monde.


Articles en relation