Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Trouver un logement étudiant en Belgique : mode d’emploi


 

Trouver un logement étudiant en Belgique

 

Les « kots ». Si vous n’avez jamais entendu ce mot, il signifie simplement les logements habités par les étudiants ! Mais avant de regarder plus en profondeur les types de logement, réfléchissez à ce que vous voulez avant de commencer votre recherche. Voulez-vous vivre près du campus ou dans un quartier totalement éloigné et différent ? Quel est votre budget ?

 

Une fois que vous avez une petite idée, ce guide vous présente les différentes options liées au logement étudiant en Belgique, en passant par vos droits sur place. On pourrait même renommer cet article « Où koter en Belgique » !

 

Sommaire

1. La situation du logement étudiant en Belgique

2. Comment trouver un logement étudiant ?

3. Connaître ses droits en tant que locataire

 

1. La situation du logement étudiant en Belgique :


 

Est-il facile de trouver un logement pendant vos études sur place ?

 

Vous le savez peut-être déjà, la Belgique est divisée en plusieurs régions, mais également en 3 langues différentes.

 

Plus précisément, pour le découpage géographique, vous avez la Wallonie, la Flandre et la région de Bruxelles-Capitale. Concernant les langues, c’est également divisé en 3 communautés : flamande (qui parle néerlandais), française et germanophone.

 

Si vous habitez dans une région non-francophone, il faudra donc naturellement parler un minimum le néerlandais ou l’allemand (minoritaire), auquel cas la recherche pourrait s’avérer plus compliquée !

 

Vous pouvez commencer à chercher dès la période d’avril, en sachant que la période forte est en juillet après les examens. Autrement, les villes universitaires comme Bruxelles, Liège, Louvain la Neuve, Namur, ou encore Mons sont habituées à recevoir des milliers d’étudiants, et elles ne manquent donc pas d’offre.

 

Quel est le loyer moyen pour une chambre étudiante en Belgique ?

 

Bien entendu, cela dépend avant tout de la localisation, de la période et du type de logement. Pour vous donner un ordre d’idée une chambre d'environ 12m² coûte environ 400€ par mois charges comprises. Pour une chambre avec douche privée ou un studio, le prix moyen passe de 450€ à 500€.

 

La Région de Wallonie a par exemple mis en place un calculateur de loyer. Pratique pour vous donner un ordre d’idée !

 

Quelle est l’évolution des loyers ces dernières années en Belgique ?

 

Selon Business AM, les loyers ont largement augmenté en 2020, notamment à Bruxelles et en Flandre.

 

Une hausse d’environ 6% en 1 an a été constatée sur les appartements, alors que les 3 dernières années combinées, la hausse était de 12%. Les appartements avec terrasses sont aussi de plus en plus plébiscités...

 

2. Comment trouver un logement étudiant en Belgique ?


 

Comment chercher un logement en Belgique ?

 

Plusieurs possibilités s’offrent à vous au niveau du logement, mais également au niveau de la recherche. Ainsi, la plupart des solutions énoncées ci-dessous peuvent se réserver avant même d’arriver sur place.

 

C’est un gain de temps, et cela peut peut-être même vous rassurer d’arriver directement chez vous ! Cependant, attention aux annonces frauduleuses qui peuvent circuler.

 

Niveau vocabulaire, c’est très simple : on vous l’a déjà dit, en Belgique, un logement étudiant est appelé un kot. Un étudiant qui vit dans un kot est appelé un kotteur, et ceux qui kottent avec toi sont tes co-kotteurs. Tu as dont différents types de kots :

 

  • Le kot classique

  • Les résidences

  • Le studio et la sous-location

  • Le kot chez l’habitant

  • La colocation

 

Sites où trouver : Students, la référence qui liste par ville ou université, Erasmusu, Nestpick, Student.be, Brik et Mykot pour Bruxelles, Kotaliege pour Liège naturellement, ou encore la Plateforme logement étudiant.

 

Sites sécurisés: Housing Anywhere, Casita, Unicity et Spot a home.

 

Autres options : le bouche à oreille, les étudiants de votre université qui sont déjà partis en échange, les groupes Facebook étudiants sur place, ou bien le groupe « Étudiants français à Bruxelles » ou « Student@Namur » par exemple.

 

Un Kot classique

 

Souvent situé dans le quartier étudiant, c’est un lit, un bureau et une ambiance qui va avec.

 

En fonction du kot, tu peux ainsi être amené à partager les espaces communs comme la cuisine ou la salle de bain. Bien entendu, le kot peut te réserver les meilleures comme les pires surprises au niveau des autres kotteurs. Ceci dit, le grand avantage est de connaître du monde.

 

Une résidence universitaire ou privée :

 

Le principe c’est de vivre en communauté, dans le respect et le partage des tâches avec des autres. Ce n’est donc pas une option qui convient à tout le monde si vous êtes maniaque...

 

Par contre, les inscriptions aux résidences des universités se font en avance, car elles sont très fortement demandées par les internationaux comme les Belges. Par exemple, l’ULB ouvre les inscriptions du 1er mars au 31 mai, postulez donc avant même d’être inscrit officiellement à un programme !

 

Où trouver : regardez directement sur les sites des universités, ou bien passez par le service dédié au logement. Du côté des privées, regardez avec Xior par exemple et avec les partenaires de l’école, ou bien en passant par 365rooms à Bruxelles.

 

Un studio ou un appartement :

 

En comparaison avec le kot, c’est la version améliorée ! Tu bénéficies de tes propres espaces... A toi la liberté, que tu préfères étudier longuement ou inviter des amis, tu fais ce que tu veux ! Cette option est souvent privilégiée par les étudiants en Master qui souhaitent plus de calme par exemple.

 

Par contre, les loyers seront forcément plus chers. Selon vos critères et votre budget, certains studios à bas prix feront peut-être plus office de camping, avec une petite kitchenette et des petits sanitaires. Pensez à bien regarder et projetez-vous.

 

Une sous-location de chambre ou d’appartement :

 

Attention à ce modèle ! Très régulé en Belgique, n’hésitez pas à poser toutes les questions à la personne à laquelle vous sous-louez la chambre : le propriétaire est-il au courant, à quoi ressemble son bail, etc.

 

Cela vous permettra d’assurer vos arrières en cas de problème.

 

Un kot chez l’habitant :

 

Un kot chez l’habitant est souvent proposé par des parents dont les enfants ont quitté le cocon familial, des familles qui se font un revenu mensuel supplémentaire ou bien par des retraités. Cela peut être une option pour les jeunes étudiants qui souhaitent garder un espace familial et sécurisant par exemple.

 

Une expérience intergénérationnelle proposée par 1 toit 2 âges permet par exemple de cohabiter avec une personne prête à vous accueillir chez elle en échange de service et de votre temps !

 

Ce partage est formalisé par une convention personnalisée pour les deux parties, c’est bien souvent un échange gagnant-gagnant : un prix attractif pour vous, une compagnie pour la personne séniore.

 

Une colocation :

 

Entre amis, ou avec des étrangers, c’est la solution pour faire des rencontres, garder un environnement étudiant, et se faire des souvenirs pour toute la vie ! Ici, faites attention au type de bail que vous signez, individuel ou collectif.

 

Vous avez aussi une nouvelle forme de colocation avec un standing plus élevé, le co-living. Les sites comme Cohabs ou Ikohab proposent des maisons très bien équipées, dans un beau décor, avec plusieurs personnes.

 

Ce type de logement correspond plus à des étudiants plus âgés voire même des jeunes travailleurs, qui souhaitent vivre comme une petite communauté.

 

Un logement temporaire pour votre arrivée :

 

Dans les options citées précédemment, il ne se peut qu’aucune ne vous corresponde, vous préférez en effet visiter en premier lieu.

 

Aucun problème, vous pouvez dans ce cas rester dans un logement temporaire type Airbnb le temps de trouver votre petit chez vous ! Vous pouvez même réserver via Booking.

 

3. Connaître ses droits en tant que locataire en Belgique :


 

Vos droits en tant que locataire en Belgique

 

Où s’informer ?

 

Tout simplement au plus proche de vous : les universités possèdent très souvent des services dédiés au logement. En cas de questions, ils sont là pour vous répondre.

 

Autrement, vous pouvez également vous renseigner sur les sites des régions : Flandre, Bruxelles-Capitale, ou Wallonie. Vous pouvez également retrouver le Code Civil sur le Service Public Fédéral Belge.

 

Les principaux droits à connaître et quelques conseils :

 

La location, et les baux notamment, sont couvert par la loi sur la location de logements. Qui plus est, le pays a mis en place le contrat de location du logement étudiant.

 

Souvent d’une durée maximale de 12 mois, le contrat peut être renouvelé pour une période d'un an aux mêmes conditions de location.

 

Cela concerne majoritairement les kots. Vous pouvez annuler le contrat à tout moment, avec un préavis de 2 mois et sans compensation. Le bailleur, pour sa part, ne peut résilier le contrat qu'à la date d'expiration et avec un préavis de trois mois, selon la région de Bruxelles.

 

De plus, faites attention en signant votre contrat concernant le loyer. Ce dernier ne contient pas toujours les charges supplémentaires telles que l’électricité ou l’eau.

 

Elles peuvent être calculées de 2 manières : par provision (montant payé d’avance et adapté en fonction de la consommation finale) ou par forfait (montant fixe à payer chaque mois en plus du loyer). Arrangez-vous avec le propriétaire.

 

Vous devrez également verser une caution, dite garantie locative, allant jusqu’à 3 mois de loyer.

 

Autre chose, si vous ne passez pas par une agence, et si le contrat est conclu directement avec le propriétaire, il faut le faire enregistrer (à la charge du propriétaire dans un bureau d’enregistrement). Ainsi, vous bénéficier d’une protection légale (contre une expulsion par exemple).  

 

Pour plus de détails, et si vous voulez avoir une idée précise d’un bail correct où tout est détaillé, regardez un modèle type.

 

Comment se défendre en cas de litige ?

 

En espérant que vous n’ayez pas à passer par la case litige et tribunal, vous pouvez d’abord essayer de trouver un commun accord.

 

Autrement, il faudra passer devant un juge de paix :

 

  • Premièrement en lançant une procédure de réconciliation, qui ne nécessite pas forcément l’intervention d’un avocat. Si accord trouvé, il a la même valeur qu’un jugement.

  • Si aucun accord trouvé, en déposant une requête ou par convocation.

 

Si vous êtes lancé dans une procédure judiciaire, vous pouvez demander l’appui à une assistance juridique de première ligne avec des conseils gratuits. Vous pouvez trouver encore plus d’information avec les maisons de justice ou le Barreau.

 

Articles en relation

Accompagnement études à l'étranger

Vous recherchez un accompagnement pour vous inscrire au sein d'une université à l'étranger ?

Notre partenaire Study Experience est disponible pour vous aider !

Se faire accompagner par Study Experience

SantéAssuranceTransportVisa

Logement, Assurance, Banque, Cours de langue et plus encore !

Des réductions uniques pour nos utilisateurs. 

Bons plans séjours à l'étranger

consultez notre forum