Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Index de l'article

Interview de Nicolas, étudiant à Lodz en Pologne en "Bachelor Business Management"


 

Nicolas, étudiant en PolognePeux-tu te présenter en quelques lignes ?


Bonjour à tous, je m’appelle Nicolas, et je suis en dernière année de ‘Bachelor Business Management’ (cours uniquement en Anglais) actuellement à Lodz en Pologne. Il y a un an, j’ai créé mon blog liveabroad.fr, dont les sujets principaux sont les études à l’étranger, l’expatriation, et les missions humanitaires ou à caractères sociales. Je suis aussi en pleine préparation pour un nouveau projet web pour les personnes qui parlent français ou une autre langue et qui recherchent un travail en Pologne, le site se nomme jobpologne.com.

 

Quand es-tu parti ?


Je suis parti la première fois en Pologne à Wroclaw pour être plus précis en 2007 à l’âge de 19 ans lors de mon premier Service Volontaire Européen.


Qu’est ce qui t’as incité à partir en Pologne ?


En 2006 et début 2007, je vivais en Foyers pour Jeunes Travailleurs (FJT) et je bossais au McDonald en tant qu’équipier polyvalent. Le foyer me revenait assez cher, 460 euros pour une chambre (juste avec salle de bain, pas de cuisine, ville : Metz), heureusement que je percevais les APL, environ 150 euros par mois. Bref avec 700 euros de salaire en moyenne, il me restait 400 euros pour vivre. Et puis je suis arrivé à un stade où j’en avais marre, je voulais voir autre chose, changer de vie radicalement. Mon but était de partir à l’étranger, en Europe ou ailleurs. Mais j'avais un compte bancaire quasiment à sec, et la majorité des programmes étaient payants, et surtout pas donnés.

 

Puis, un jour, de passage à la mission locale du quartier, je suis tombé sur un paragraphe décrivant en quelques lignes le Service Volontaire Européen. En bref, cela permet aux jeunes âgés entre 18 et 30 ans de partir pendant une durée d’un mois à un an à l’étranger pour travailler en tant que volontaire dans une association.

Les avantages principaux : prise en charge des billets d’avion, du logement, de la nourriture, de l’assurance et en prime, on reçoit de l’argent de poche tous les mois. Quelques mois après avoir contacté l’association, on m’a proposé un SVE de 3 mois dans le milieu éducatif à Wroclaw. J’ai accepté de suite l’offre sans savoir comment était la ville. Bref, totale aventure, et puis je n’avais rien à perdre.


Lors de mon retour en France, je suis de nouveau repartis pour un SVE long terme dans le journalisme à Lodz (8 mois en tout). C’est sur place que j’ai découvert qu’il était possible d’étudier à l’université publique en Anglais. Sur le coup je fus vraiment étonné, mais en faite en Pologne c’est tout à fait normal d’étudier à l’université dans une autre langue comme le français, l’anglais, l’allemand..etc.

 

Donc j’ai postulé à l’université lorsque je suis revenu en France, c’était au mois d’août. J’ai envoyé tous les papiers nécessaires, et j’ai reçu une réponse positive début septembre par email. A vrai dire, je ne pensais pas être pris. Ce que j’ai vraiment apprécié, c’est le suivi dans les démarches par l’International Student Office, ils donnaient souvent des nouvelles et répondaient rapidement aux requêtes. Du côté des autres universités polonaises, il est possible d’y postuler jusqu’à fin août généralement.

 

La ville de Lodz en Pologne

 

Les formalités et démarches de Nicolas pour étudier en Pologne :


 

Quelles ont été tes démarches avant et une fois sur place ?


Avant : Il faut faire une lettre de motivation, envoyer son CV, remplir quelques documents, et passer un examen d’anglais (TOEFL, pas de TOEIC)


Sur place : Interview avec un professeur. Il faut faire aussi la Nostrification : C’est la traduction de son diplôme du BAC avec les notes (traducteur assermenté en Pologne – ne surtout pas passer un traducteur polonais basé en France car le document traduis aura aucune valeur). Il faut faire aussi une demande à l’ambassade de France concernant le fait que l’on puisse étudier à l’université après le BAC (traduire aussi ce papier).


As-tu trouvé les formalités difficiles ?


La Nostrification est une formalité longue, et il vaut mieux préparer tous les documents correctement car l’université vous impose une date de limite de dépôt de Nostrification. Dans le cas où vous ne donnez pas les papiers à temps, l’université a le droit de vous exclure.

 


 

L'arrivée en Pologne et la vie d'étudiant international sur place :



Comment s’est déroulée ton arrivée en Pologne?

 

La ville de Lodz pour vos étudesJ’appréhendais un peu la vie universitaire, car je ne savais pas du tout dans quoi je m’étais embarqué. La rencontre qui m’a le plus marquée est celle de mon professeur de management en organisation, un vrai leader, mais vraiment demandeur et exigeant. Chaque semaine on devait rendre deux essais, et faire des présentations à l’orale sans support (pas de papiers/powerpoint…etc.).

De plus, il ne fallait pas utiliser de mot non mesurable pour décrire un aspect particulier de l’entreprise ou de la vie en générale. Mon premier essai fut accompagné de nombreux traits et de remarques de sa part.


Citation de l’une de ses remarques :

« This is the LAST time when I say that (again). This section is for chapters (1-9) not a fragment of chapter 9th. Next time, I will take scissors and I will be cutting out irrelevant pieces of text, sorry! I do not have time for reading this, I don’t have time to write the comments either, and scissors will be faster. Share this message with the class, please. »


Interdiction d’arriver en retard, car il fermait les portes dès le début du cours, et qui dit retard, dit pénalité sur la note finale du semestre. Enfin, le point positif, c’est que tout le monde était très attentif durant ses cours, et de nombreux étudiants m’ont clairement dit que c’était le meilleur prof qu’ils ont eu dans leur vie. Il fallait toujours être préparé, si il vous posait une question sur l’un des chapitre du livre (organization and management 600 pages environ), on ne pouvait pas répondre par « I think or I don’t really know », car dans la minute qui suivait, il pouvait virer la personne de la classe (car non préparée).

 

Une fois, il nous a tous viré d’un coup car il avait posé une question à un élève, mais celui-ci n’a pas su y répondre, donc il a demandé à un autre, idem, puis à un troisième, même sort, et il en a eu marre, donc il a arrêté le cours. Au moins, ça marque, car le professeur en générale a ici de nombreux pouvoirs sur l’avenir académique de ses étudiants. J’ai surtout l’impression qu’il y a une grosse différence d’autorité entre la France et la Pologne aux niveaux des collèges, lycées, et universités.


Comment se passe ta vie étudiante au sein de l’université ?


La vie étudiante est très active, avec de nombreuses soirées. Honnêtement, il y a de quoi faire, l’ambiance est très ouverte, les gens dansent beaucoup, ils ne restent pas assis, et ce n’est pas très cher. Comptez 2 euros environ pour une bière 50 cl et 3 euros pour une vodka orange en boite de nuit. De plus, il est possible de sortir du mardi au samedi.

 

Généralement, je sors avec des amis étudiants ou des personnes qui travaillent ici dans des multinationales. Mon cercle d’amis est très mixte, et il est composé de dubaïotes, portugais, finlandais, espagnol, polonais, mexicains, américains, anglais, chinois (je suis le seul français). On joue parfois au poker, c’est assez drôle de voir ce mélange autour d’une table et les sorties en boites sont plutôt folkloriques.


Sinon, du côté associatif, il y en a aussi pour tous les goûts et couleurs. Enfin le point positif, ils poussent généralement à l’entreprenariat avec de nombreux concours comme "Startup of the year".

 

Les cours au sein de l'université, le rôle des langues :



Comment fonctionnent ton programme et tes cours ? Qu’en penses tu ?

 

Université en PologneLorsque l’on est étudiant hors programme Erasmus, on est soumis aux mêmes règles qu’un étudiant polonais. Chaque semestre il faut passer une dizaine d’examens, pour certains cas il faut valider des projets de groupe. Pour chaque matière, on doit avoir 50% ou 60% de réussite minimum. Si dans l’année on rate plus de deux matières, l’étudiant est recalé : soit il arrête, soit il recommence l’année. En première année, on était une soixantaine dans ma promotion (50 polonais/polonaise et 10 internationaux : Portugal, Finlande, Chine, Dubaï, Malaisie, Turquie, Nigéria..etc.).

 

Aujourd’hui, nous sommes une trentaine. Quelques étudiants de ma promotion ont déjà créé leur entreprise (école de langue, salon de thé, imprimerie spécialisée), ce qui permet d’avoir un échange intéressant au niveau du business. Certains d’entre nous travaillent déjà dans des multinationales ou comme trader.

 

Les cours sont généralement intéressants. C’est sûr, comme partout, certains cours sont ennuyeux. Généralement, c’est en fonction du professeur. Ce que j’apprécie particulièrement ce sont les guests lectures : l’université invite par exemple des personnes qui vivent de leur passions, ou des personnes qui ont créé des entreprises reconnues.
Au niveau des réseaux, les grandes entreprises (Finance, IT etc.) recrutent directement à l’université. J’ai déjà reçu plusieurs propositions d’embauche (temps complet), mais j’ai refusé car manque de temps.

 

Comment a évolué ton niveau d’anglais ? Difficile à comprendre au début ?


Mon niveau d’anglais a forcement évolué, même si je garde toujours mon accent français. Quoi qu’il en soit, je lis de nombreux livres en anglais, alors que j’en étais incapable il y a 3-4 ans. Concernant la langue polonaise, ce fut difficile au début de l’apprendre et surtout de la comprendre, mais actuellement, mon niveau est assez correct.

 

Combien te coûte ton année universitaire en Pologne ?

 

Les frais de scolarité ne sont pas élevés : environ 700 euros l’année. Dix fois moins chères qu’un programme post-bac Bachelor dans une ESC en France. De plus, des étudiants d’ESC viennent faire leur Erasmus ici, à mon université.


Et au niveau du logement ? Tu l’as trouvé comment ? C’est une colocation ?


Au niveau de logement, j’ai fait plusieurs colocations, toutes trouvées par le biais du site internet gumtree. L’avantage, bien sûr c’est le prix ! Je paye environ 150 euros par mois pour ma chambre (tout compris). Les studios restent assez chers, en moyenne 300 euros par mois. Il faut aussi prendre en compte qu’il n’y a pas d’APL ici.

 


 

L'avis de Nicolas sur la vie étudiante en Pologne :



La vie en Pologne en dehors des cours ?

 

Plutôt sympa, on peut se déplacer facilement à travers le pays sans se ruiner, le train et le bus sont très abordables. Lorsque l’on est étudiant, on a droit à 50% de réduction sur tous les trajets au sein du pays (la même chose pour les bus, tram, métro), et pas besoin d’acheter de carte 12-25 ans, car c’est d’office. Par contre, il faut être patient au niveau du trajet en train (ça peut être long). J’apprécie vraiment l’atmosphère polonaise, surtout l’hospitalité et le rapport humain.

 Centre commercial à Lodz en Pologne

 

Comment as-tu trouvé ta ville?


Lodz, 3ème ville de Pologne, est considérée comme étant la ville la plus dangereuse du pays, mais personnellement, je ne ressens pas cela. C’est sûr que d’un point de vue visuelle, la ville n’est pas très jolie, il y a de nombreux contraste entre quartier riche et pauvre. Il faut un temps d’adaptation plus long que dans les autres villes telles que Poznan, Krakow, Wroclaw, Gdansk et Varsovie. Une fois que l’on se fait de bons contacts sur place, Lodz change d’image au fur et à mesure.


Ce que j’apprécie vraiment ici :


- Les bus de nuit (toutes les demi-heure) qui desservent toute la ville. C’est top, je le prends souvent et je n’ai jamais eu de soucis.
- Les taxis pas chères
- La concentration des lieux de nuit au centre ville. Sur un kilomètre en plein centre (Piotrkowska street), on y trouve une cinquantaine de bars, de boites, généralement l’entrée et le vestiaire y sont gratuits, pas de prise de tête pour rentrer. Si l’ambiance ne plait pas dans un endroit, il suffit parfois de parcourir une vingtaine de mètres pour changer de discothèque. Et puis j’avoue que j’en ai marre du « Chemise obligatoire » à la française, ça donne la forte impression d’avoir que des clones.
- La nourriture pas chère
- Les sorties avec des amis du monde entier
- Le fait que les entreprises recrutent directement à l’université. Par exemple, l’université de Wroclaw travaille en collaboration avec Google. La mienne avec Fujitsu, Infosys, Ernst&Young..etc.
- Les magasins ouverts 7 jours sur 7 jusqu’à 22H00. Franchement c’est top de faire ses courses le dimanche. En faite, il n’y a pas de rush à la caisse.
- Les magasins ouverts 24/24, un concept génial, je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas démocratisé en France.
- Le côté international de la ville grâce aux grandes entreprises et aux universités, surtout celle ce médecine (bon nombre d’américain, d’anglais et de canadiens)


Ce que je n’aime pas :


- L’agressivité de certains polonais(e) en voiture
- Les ravages de l’alcool dans certains cas
- Le fait que l’état polonais aide très peu les personnes âgées ayant des difficultés financières.
- Le manque d’ouverture de certaines personnes (enfin c’est comme partout)
- La bureaucratie polonaise, qui peut s’avérer très lente et peu flexible.
- La difficulté dans certains cas de trouver un appartement du fait que l’on soit étranger.
- Le rythme de travail à la polonaise, 8 heures d’un coup, avec un mini break de 15 minutes pour manger un sandwich. De ce côté là, j’apprécie vraiment la culture française (break de 45 min jusqu’à 2 heures pour manger).

 

Ton avis personnel sur ton expérience en Pologne ?


Sans doute la question la plus difficile. Mon expérience est très particulière. Personnellement, je changerai juste un point : si j’avais su qu’il était possible de faire tout cela, j’aurai commencé plus tôt.

 

Articles en relation