Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Ingrid, étudiante en école d'ingénieur partie étudier 6 mois au Brésil dans le cadre de son programme :


Retrouvez tous nos articles pour partir étudier au Brésil !

Ingrid, étudiante à Rio au BrésilJe m’appelle Ingrid et je suis actuellement ingénieure dans le nucléaire après avoir fait une école d’ingénieur généraliste à Nancy. J’ai rejoint cette école en trois ans après deux années de cours préparatoires. C’est dans le cadre de mon cursus en école d’ingénieur que j’ai fait un échange de 6 mois pour partir étudier au Brésil lors de ma dernière année d’études.

Quand as-tu commencé à préparer ton départ à l’étranger ?



L’école a commencé à parler du séjour à l’étranger dès la première année, mais c’est seulement la deuxième année que le projet se concrétise et que l’on commence à parler des destinations et des programmes que l’on souhaite rejoindre. On part alors en 3ième année pour une durée de 6 mois.

Au niveau de la destination, je ne voulais absolument pas partir au Brésil au départ mais en Nouvelle-Zélande ! Cependant, le coût du programme sur place qui représentait plus de 3000 € pour le semestre m’a refroidi, et je me suis donc tournée vers des destinations plus attractives financièrement que l’école m’a proposé.

Elle avait relativement peu de partenariats lointains, et le Brésil était la seconde destination qui m’intéressait le plus. Le seul frein était que je ne parlais pas la langue du pays, mais il était possible de prendre un an de cours de portugais avant le départ. J’ai donc décidé de me lancer et de partir étudier au Brésil !

Quelles ont été tes démarches pour partir au Brésil ?



En début de deuxième année, on devait donner nos deux souhaits de départ à l’étranger à nos professeurs principaux, qui confirmaient ou non leur volonté de supporter le projet. Leur accord était indispensable pour pouvoir partir, il fallait donc que le projet soit en accord avec notre spécialisation et notre parcours académique. Il n’y avait pas exactement de condition de départ en fonction des résultats à proprement parler, il était simplement nécessaire de souhaiter partir, avoir un bon dossier et un projet d’études cohérent avec sa spécialisation.

Le départ restait conditionné par de bons résultats et l'image que les professeurs avaient de toi, sachant que l'école gardait une politique de sélection assez stricte.

J’ai fait le dossier d’inscription environ 6 mois à l’avance en fonction des attentes de l’école française, qui répondaient aux requis de l’université au Brésil.

J’ai aussi dû suivre des cours de portugais avant le départ pendant un an. C’était obligatoire si je devais partir étudier au Brésil afin d’avoir une compréhension minimum de la langue. C’est donc devenu ma LV3 au sein de l’école d’ingénieur, avec 2 heures de cours par semaine.

As-tu obtenu des bourses d’études pour ton séjour au Brésil ?



L’échange faisait partie du programme « Brafitec » entre les écoles d’ingénieur françaises et les facultés d’ingénierie au Brésil. Dans le cadre du programme, ils proposent 1000 euros pour couvrir les frais de déplacements ou tout autre frais durant le séjour. De mon côté, cela m’a financé mon billet d’avion aller-retour !

Cependant, je n’ai reçu la bourse qu’après mon retour du séjour d’études au Brésil, 6 mois après mon départ. Il ne faut donc pas trop compter dessus lorsque vous partez.

Autre avantage de l’échange, je n’ai pas payé de frais de scolarité non plus grâce au partenariat de mon école d’ingénieur française, alors que l’université au Brésil « Pontifica Universidade Catolica de Rio de Janeiro » était particulièrement chère pour les étudiants brésiliens et internationaux hors échange.

As-tu du choisir tes cours avant ton départ ?



Les professeurs en France valident les cours que tu choisis au Brésil, il est donc indispensable de choisir au moins 3 mois avant le départ pour être sûr d’obtenir l’accord de l’école.

L’université au Brésil disposait d’un portail en ligne pour s’inscrire aux cours, mais il était entièrement en portugais. Grâce à mes quelques mois de cours de portugais au sein de l’école d’ingénieur, j’avais une compréhension suffisante pour m’inscrire et choisir mes cours.

Les cours devaient forcément être en lien avec ce que j’avais étudié en France. Dans mon cas, je faisais l’option « Procédés Énergie Environnement ». J’ai donc dû choisir des cours dans cet ensemble au Brésil, et j’ai donc obtenu les modules suivants :

  • Récupération des zones polluées

  • Analyse de risque environnemental

  • Développement durable

  • Sources et contrôle de la pollution industrielle

  • Cours de Portugais sur place (4 heures par semaine)


As-tu aussi réservé ton logement avant ton départ ?



Trois mois avant le départ, l’université brésilienne a communiqué sur un programme offrant la possibilité de partir en famille d’accueil portugaise pendant toute la durée du séjour d’études. Cependant, vu que je souhaitais profiter de la vie étudiante sur place, je ne me voyais pas rejoindre une famille d’accueil qui aurait pu être un peu trop contraignante.

L’option restait cependant intéressante et de nombreux étudiants internationaux ont participé au programme. De mémoire, celle-ci revenaient aux alentours de 400 euros par mois pour être logé chez l'habitant.

Du coup, de mon côté, j’ai recherché un peu sur le Web afin d’avoir une idée du prix et prendre contact avec des opportunités de logement. Cependant, j’ai vite eu des difficultés car il semblait qu’il était indispensable de chercher sur place et de visiter, alors que la majorité des contacts se faisaient par téléphone ce qui coûtait plutôt cher avec un téléphone français. Après plusieurs échecs, j’ai donc décidé de chercher une fois sur place !

Partir en échange universitaire au Brésil

Quelles ont été tes démarches pour le visa étudiant brésilien ?



Pour obtenir le visa étudiant (« VITEM IV »), il fallait fournir pas mal de papiers et pas les plus évidents. En 2013, les documents nécessaires étaient les suivants :

  • Un extrait de casier judiciaire

  • La fiche d’impôts de mes parents

  • Une copie de mon acte de naissance

  • L’original de la lettre d’acceptation de l’université

  • Un formulaire de demande de visa

  • Mon passeport


J’ai aussi dû me rendre au consulat du Brésil en France à Paris, ce qui n’est pas franchement idéal quand tu n’habites pas dans la capitale.

Et pour le vol pour le Brésil, des conseils ?



J’ai pris uniquement l’aller pour le Brésil car je ne connaissais pas ma date de retour, d’autant plus que je voulais absolument faire un voyage à la fin de mon semestre d’études. Au final, c’était une solution relativement chère, mais cela valait le coup car j’ai pu voyager autant que je le souhaitais !

De nombreuses compagnies desservent Rio depuis la France. Il y a des vols directs de Paris à Rio mais également de villes françaises comme Lyon à Rio en faisant une escale à Lisbonne. Selon la compagnie cette option peut revenir moins cher.

Comment s’est déroulée ton arrivée au Brésil ?



Au début, je suis arrivée une semaine avant les cours afin de trouver un appartement. Ce n’est pas évident d’arriver dans un pays où tu ne comprends pas la langue et où tu dois chercher un logement.

 

Je suis restée dans une auberge de jeunesse pendant la première semaine et j’ai consulté les annonces sur le LebonCoin local, appelé Easyquarto.


Bon à savoir, pour chercher un logement, il faut absolument avoir un téléphone local afin de répondre aux annonces. Le problème, c’est qu’il est possible d’acheter une carte SIM en magasin mais il est impossible de l’activer ! Il est en effet indispensable d’être brésilien et d’avoir un numéro appelé CPF (« cadastro das pessoas físicas »). Sans ce numéro, impossible d’activer votre ligne !

Pour plus d’informations sur les démarches, vous pouvez vous rendre sur ce portail. Si tu ne le sais pas en arrivant, cela devient vite handicapant quand tu as prévu une semaine pour trouver un logement et que tu ne peux rien faire sans ce numéro. Heureusement, un français qui habitait sur place m’a activé ma carte SIM avec son numéro. J’ai donc pu répondre aux annonces en ligne et laisser un numéro de contact aux propriétaires.

Au final, comment as-tu réussi à trouver un logement sur place ?


 

Chambre étudiante au BrésilDès que j’ai eu des retours téléphoniques, les propriétaires ne parlaient que portugais. J’ai donc demandé de l’aide au gérant de l’auberge de jeunesse qui me servait de traducteur et qui m’a arrangé une visite pour mon appartement, que j’ai loué par la suite.

Autre point très important à connaître lorsque vous cherchez un logement : au Brésil, les gens ne sont pas forcément très portés sur l’intimité. La première offre lors de ma visite était un lit au sein d’une chambre double à côté de quelqu’un. J’ai dit non car je souhaitais avoir mon espace personnel, et il m’a proposé une chambre de bonne juste à côté que j’ai pris. C’était un vrai placard avec un lit simple situé dans un appartement pour 4 personnes. Il y avait deux autres grandes chambres, la première partagée par deux brésiliennes et l’autre avec un équatorien seul.

Très gros avantage du logement, j’étais très proche des plages de Copacabana et Ipanema, deux plages très connues. Il faut savoir qu’à cause de la proximité des grandes plages et la ville de Rio, les loyers sont relativement chers. Je payais 300 euros pour ma petite chambre, alors que l’équatorien dans la grande chambre payait près de 900 euros.

J’étais contente d’avoir des colocataires d’Amérique Latine, et j’ai pu parler brésilien avec eux. Mes deux colocs brésiliennes ont été super sympas pour m’aider à m’intégrer au départ, et super accueillantes. Quant à l’équatorien, c’est devenu l’un de mes meilleurs amis sur place, et on avait beaucoup de points en commun. Quand tu es 6 mois dans un pays, il faut vraiment se faire des amis rapidement, et cela m’a permis de me sentir bien dès le départ.

Comment se sont déroulés tes cours au sein de l’université Brésilienne ?



Tous mes cours sur place étaient en portugais. Certains professeurs avaient un accent très prononcé, et les premiers cours ont été difficiles. Après quelques semaines, le problème ne se posait plus, d’autant plus que les professeurs font tout pour être compris. Ils n’hésitent pas à rester après les cours ou te donnent leurs adresse e-mail pour que tu leurs poses des questions supplémentaires si nécessaire.

Au niveau de l’organisation des cours, chaque module durait à peu près 3 heures, avec une heure de cours magistraux et deux heures d’exercices appliqués. Il y avait aussi beaucoup de travaux de groupes et des exercices pratiques.

Que représentait la charge de travail liée à tes différents modules ?



J’avais 5 modules au total au Brésil, dont le portugais. Chaque semaine, cela représentait 4 heures de cours de langue, 3 modules de 3 heures, et le 4ième qui ne durait que 2 heures. Au final, j’avais environ 15 heures de cours par semaine.

Chaque module avait environ 1 heure de travail personnel à la maison, la charge de travail était donc assez légère sur place et je disposais de pas mal de temps libre.

Au niveau des évaluations, il y a eu quelques examens de milieu de parcours, et la très grande majorité des examens étaient à la fin du semestre. Ces derniers, à cause de leur coefficient plus fort que ceux de milieu de parcours, étaient souvent déterminants sur l'obtention du module, ou le passage au rattrapage. Il ne fallait donc absolument pas se rater, et j’ai passé les trois dernières semaines à réviser. Il y avait aussi des rattrapages après le semestre, mais comme je partais en voyage, je voulais absolument éviter d’y passer ! Heureusement, j’ai réussi à tout valider et je n’ai pas eu à revenir pour repasser certains modules.

Il y a avait-il une mixité entre les étudiants brésiliens et internationaux ?



Il n’y avait pas beaucoup de mixité entre les étudiants brésiliens et internationaux. Ils restaient globalement beaucoup entre eux, et même pendant les cours il était difficile de discuter. Pourtant, j’étais souvent avec les mêmes étudiants d’un cours à l’autre car cela correspondait au même programme. Ils gardaient globalement leur distance, mais j’ai pu connaître d’autres brésiliens en dehors des cours, notamment mes colocataires !

Que peux me dire sur l’université Pontifica Universidade Catolica de Rio ?



Le campus de l'université de RioL’université est incroyablement belle, avec des arbres tropicaux de 30 mètres partout sur le campus. Elle est aussi super moderne, avec des infrastructures de qualité, des ordinateurs partout, un service de restauration excellent, et de nombreux évènements sur le campus.

Il y a une forêt autour de l’université, avec des tables disséminées un peu partout. C’est un excellent moyen de se motiver à travailler en pleine nature !

Il y avait aussi beaucoup de soirées organisées par les étudiants, et ils ont même réussi une fois à installer un Skate Park en plein milieu du campus !

Comment s’est déroulée l’intégration avec les étudiants ?



Dans la faculté, la moitié des étudiants en échange étaient américains. 


Comment a évolué ton niveau de portugais ?



Je parlais très peu en arrivant car j’avais un niveau très scolaire. Pour l’université, ça n’a pas posé de problèmes car les mots « abstraits » sont quasiment les mêmes en français et en portugais (exemple : « contrôle de la pollution industrielle » -> « control da polução industrial »).

J’ai eu plus de mal à m’adapter à la vie quotidienne où le vocabulaire était très différent, mais ne parlant quasiment que portugais à longueur de journée, j’ai vite fait des progrès et parlais presque couramment au bout d’un mois.

Comment as-tu fait pour voyager durant ton semestre ?



Le Brésil étant immense, la plupart des destinations populaires (les plages du Nordeste, la forêt amazonienne, les villes de São Paulo ou Brasilia …) ne sont accessibles qu’en avion, ce qui est difficile tant au niveau du temps que du budget.

 

J’ai donc limité les voyages, préférant passer quelques jours à Ilha Grande (île à quelques heures en bus de Rio) et mes weekends à explorer l’agglomération de Rio (en 6 mois j’en ai à peine fait le tour !) et gardant mon argent pour aller visiter les chutes d’Iguaçu à la fin de mon séjour.

Il faut ajouter que grâce à l’université j’ai pu faire deux voyages dans l’Etat de Rio : l’un pour l’intégration des étudiants étrangers au cœur des anciennes plantations de café et l’autre dans le cadre du cours de Récupération des zones polluées, dans un parc naturel de l’Etat de Rio appelé Itatiaia.

Quel a été ton budget pendant le semestre au Brésil ?



Logement : 300€ par mois

Nourriture : environ 30€ par semaine (grâce au restaurant universitaire, où un repas très bon et complet agrémenté de jus de fruits coûtait entre 1 et 2€)

Transport : variable, j’allais soit à pied soit en bus à l’université ( 1€ le ticket)

Assurance : 30€ par mois

Vol aller-retour : 1000€ au total car j’ai acheté l’aller séparément du retour

Sorties : environ 30€ par semaine

Voyages : 350 € au total

Bon à savoir, le taux de change a beaucoup diminué depuis mon séjour lors du 1er semestre de 2013.

Qu’as-tu pensé de la ville de Rio ?



Bien sûr, tout n’est pas rose, notamment le réseau de transports en commun n’est pas pratique du tout et il faut privilégier un logement bien situé. Il faut également être un minimum vigilant comme dans toute grande ville.

Cela mis à part, j’ai adoré cette ville qui présente à la fois de très belles plages, des parcs naturels avec montagnes et cascades, des quartiers bohèmes ou festifs, une offre culturelle importante et des habitants chaleureux qui n’hésitent pas à discuter avec vous même si vous êtes un parfait inconnu.

Rio est devenue ma ville de cœur, même si en 5 mois j’en ai à peine fait le tour !

Quelle serait ta conclusion sur ton semestre d’études à Rio ?



Je recommencerais sans hésiter !

étudier à Rio au Brésil

consultez notre forum