Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Quelle est la réglementation du travail aux États-Unis ?



Réglementation du travail aux USA
Les États-Unis disposent d'un marché du travail répondant à des règles bien différentes de la France, alors que les valeurs et normes en place en sont tout aussi éloignées. Il est donc indispensable que vous preniez connaissance de la réglementation du travail en place avant de débuter vos recherches. 

A travers celle-ci, vous comprendrez en détails quel sera votre engagement en tant que salarié aux États-Unis, et à quels changements vous devez vous attendre par rapport à la France.


Les horaires de travail aux États-Unis



Un rapide détour par le portail du « Department of Labor », l’équivalent du ministère du travail en France, vous indiquera qu’aux États-Unis, la notion de travail à plein temps et à temps partiel n’est pas définie clairement et dépend de l’employeur.

Globalement, le temps de travail varie en fonction de votre poste, vos responsabilités ainsi que votre type de contrat. Les salariés de type « hourly workers » sont payés à l’heure alors que les salariés percevant un « Salary » sont payés pour occuper leur mission sans décompte de leur temps de travail. Il en résulte que généralement, la première catégorie dispose d’horaires fixes alors que la seconde profite d’horaires plus variables et flexibles mais généralement plus longs.

Malgré l’absence de cadre clairement défini, une semaine de 40 heures est considérée comme la norme aux USA. Les employés débutent leur journée aux alentours de 8h et terminent au plus tard vers 17h, avec une pause déjeuner de 30 minutes maximum.

Une étude de Forbes en 2014 a démontré qu’en moyenne, un employé à temps plein travaille près de 47 heures par semaine alors qu’un employé à temps partiel travaille près de 26 heures par semaine. Elle peut être complétée par l’étude annuel du « Bureau of Labor », indiquant qu’en 2016, les employés ont travaillé près de 42,8 heures par semaine à temps plein, contre 26,8 heures pour les employés à temps partiel.

Si les résultats varient légèrement selon les sources et les périodes, une chose est sûre, les salariés aux États-Unis disposent d’horaires de travail plus lourds qu’en France. En 2015, les français à temps plein ont travaillé près de 39,1 heures par semaine en moyenne, soit au minimum 3,7 heures de moins que les américains.


La rémunération minimum pour votre emploi aux États-Unis



Le salaire minimum ou « Minimum Wage » est entré en vigueur le 24 Juillet 2009 aux États-Unis avec un montant de 7.25$ de l’heure qui n’a pas évolué depuis. En 2017, quelque soit votre activité, votre employeur doit donc vous rémunérer au minimum 7.25$ de l’heure quelque soit l’État dans lequel vous êtes salarié.

Et si l’on parle d’État, c’est parce que chacun des États américains est libre de mettre en place un salaire minimum plus important que le montant appliqué au niveau national. Et c’est le cas de plus de la moitié d’entre eux ! Une carte intéractive repertoriant le salaire minimum de chaque État est accessible à tous sur le portail du gouvernement américain.  

Les congés payés aux États-Unis



En 2017, le droit du travail américain ne détermine pas de jours de congés payés minimum dans le cadre d’un contrat salarié. L’accord se fait uniquement entre l’employeur et l’employé, et le nombre de jours de congés payés accessibles chaque année sera déterminé à la signature de votre contrat.

Une étude sponsorisée en 2013 par l’US Travel Association a déterminé qu’en moyenne, un américain dispose de 21 jours de congés payés par an dans le cadre de son contrat. Cette moyenne varie néanmoins en fonction du poste et du statut occupé. Plus intéressant encore, il est désormais de notoriété internationale que les américains ne prennent pas l’intégralité de leurs congés payés ! Ainsi, sur les 21 jours obtenus annuellement, c’est près de 5 jours qui ne sont pas utilisés selon l’étude de l’Oxford Economics.

Cette culture du travail intensif se retrouve dans tout le pays, et les médias n’ont pas hésité à couvrir le sujet. TheGuardian n’hésite pas à parler de la « peur » des américains de prendre des vacances. En effet, dans une société qui met en avant la valeur du travail avant tout, les américains sont globalement recalcitrants à prendre des congés payés, voire même redoutent de les prendre car cela pourrait, selon eux, affecter la réussite de leur carrière.

Cette différence par rapport à l’Europe est importante à connaître avant votre départ, surtout si vous êtes habitué au 33 jours en moyenne en France, qui restent bien plus proches de la moyenne de l’OCDE.


Les congés maladies aux États-Unis



Tout comme les congés payés, le gouvernement américain ne garantit pas un nombre de jours minimum en cas de maladie. Seules les employés faisant partie d’une entreprise sujette au « Family and Medical Leave Act (FMLA) » disposent d’un minimum garanti et peuvent prétendre à 12 semaines de congés maladies par an sous certaines conditions et avec une rémunération non garantie. 

Dans le cas contraire, deux possibilités s’offrent à vous pour définir vos droits. Au niveau des différents États, de plus en plus d’entre eux adoptent un nombre minimum de jours de congés maladie à travers leur réglementation du travail, applicable uniquement aux employeurs de la région.

A cela s’ajoute votre contrat de travail qui doit encadrer ce sujet et définir vos droits en cas de maladie. L’accès à des jours supplémentaires par rapport à la réglementation en vigueur devient alors un avantage offert par l’employeur à ses employés.

Selon de nombreuses études, l’accès à des congés maladies varient alors grandement en fonction de votre statut, de votre contrat et de votre rémunération. Une étude du « Labor Department » américain a démontré que 84% des employés faisant partie des 25% les plus rémunérés du pays avaient accès aux congés maladies, contre 39% des employés faisant partie des 25% les moins rémunérés.

Avoir un contrat à temps plein, travailler en temps que salarié, occuper un poste dans des secteurs spécifiques comme la Finance ou le Commerce sont autan de facteurs favorisant vos chances d’avoir accès aux congés payés.

Cette absence de congés maladies auprès d’une partie de la population américaine est un véritable débat dans le pays. Le « New York Times » parle ainsi de coût important pour la société, et d’un phénomène facilitant la transmission de maladies. 

Certaines villes ont néanmoins décidé de prendre les choses en main. En 2016, c’est la ville de Los Angeles qui a imposé à l’ensemble de ces employeurs la mise en place de 6 jours de congés maladies minimum pour les salariés, soit le double de ce qui était en vigueur à travers la réglementation du travail en Californie.

consultez notre forum