Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Comment évaluer le coût d'un échange universitaire à l'étranger ?



Le coût d'un échange universitaire à l'étranger


Les études à l’étranger ont un coût, et les échanges universitaires avec un établissement français n’échappent pas à la règle. Ils permettent cependant la plupart du temps de bénéficier de plusieurs avantages non négligeables qui réduiront vos dépenses et vous permettront parfois de partir vers des pays autrement inaccessibles pour budget.

Nous allons donc vous présenter en détail à travers ce guide tout ce qu’il faut savoir sur le coût d’un échange universitaire à l’étranger.


Les frais d’inscription de votre échange à l’étranger liés à votre établissement en France



L’avantage majeur d’un échange universitaire est sans conteste les frais d’inscription à votre programme à l’étranger : ils sont généralement basés et équivalents à vos frais d’inscription à votre établissement en France.

Ainsi, un étudiant partant avec Erasmus ne devra financer les frais d’inscription qu’à hauteur du coût annuel de son cursus en France. Cela signifie qu’en 2018, pour un étudiant à l’université, vous pouvez compter sur des frais allant de 184 euros annuels en Licence jusqu’à 256 euros en Master.

C’est peu, voire même très peu selon votre pays de destination en Europe qui n’hésite pas parfois à demander près de 3, 5 voire 10 fois à leurs étudiants chaque année pour leurs permettre d’étudier dans l’enseignement supérieur.

Ainsi, un étudiant français partant en échange universitaire en Irlande ne payera que quelques centaines d’euros, là où les frais en Bachelor’s Degree vont jusqu'à 3000 € en 2018. Même constat pour les Pays-Bas, l’Allemagne, la Pologne, la Hongrie ou encore l’Espagne où les frais d’inscription sont plus élevés, même si la différence est loin d’être aussi importante.

Ce constat vaut aussi pour les échanges universitaires hors Europe. Peu répandus à l’université hormis pour le CREPUQ et le MICEFA, ils sont couramment proposés au sein des Grandes Écoles. Même pour un étudiant en école de commerce ayant un coût annuel de 8000 euros, un échange universitaire aux États-Unis, en Australie, en Angleterre, et dans une moindre mesure au Canada, sera bien plus intéressant financièrement qu’une inscription en candidat libre.

En effet, il faut compter au minimum 10 000 à 15 000 euros annuels pour les USA et l’Australie, alors que l’Angleterre et le Canada ne sont pas loin derrière.

Au final, tout le monde peut bénéficier d’un échange universitaire grâce à ce système et y gagner financièrement. L’inverse reste cependant vrai, et il est possible que la situation ne soit pas si simple pour certains cursus et destinations.


Des exceptions selon les partenariats et échanges universitaires à l’étranger



Si le coût des frais d’inscription lors d’un échange universitaire est généralement avantageux, ils existent plusieurs cas où la situation est plus complexe :

1. Pour les étudiants au sein de cursus avec des frais d’inscription élevés (École de commerce, Masters Spécialisés, Programmes spécifiques…), il est possible que votre pays de destination pour votre échange ne soit pas toujours avantageux. Par exemple, des pays comme l’Ecosse, le Danemark, la Suède ou encore l’Italie proposent des frais d’inscription très faibles pour les étudiants européens. L’intérêt est donc limité financièrement par rapport à un candidat libre qui aurait bénéficier de ces frais réduits dès son inscription.

2. Pour certains cursus, destinations et établissements, un complément de frais d’inscription peut vous être demandé afin de pouvoir partir. Cette pratique est notamment répandue au sein des IUT et Écoles d’ingénieur publiques dont les frais d’inscription très faibles et le nombre insuffisant d’étudiants internationaux en échange ne leur permet pas d’assurer un coût d’inscription faible à l’échange universitaire pour les étudiants français.

Il n’est donc pas rare qu’un complément vous soit demandé pour partir aux USA, Brésil, Chine ou encore Nouvelle-Zélande pour combler cette différence de coût.

3. Dernier cas de plus en plus répandu, les échanges universitaires payants ! De quelques centaines à plusieurs milliers d’euros, il est possible que pour une même destination à l’étranger et un même établissement, des places gratuites et payantes soient disponibles.

Cette pratique se répand notamment pour les destinations les plus demandées (Brésil, Canada, Argentine.. ), où un partenariat a été négocié afin d’obtenir plus de places afin de répondre à la demande. Cela permet aux étudiants moins bien classés ou non sélectionnés de disposer d’une nouvelle chance de partir moyennant finance, alors que les meilleurs étudiants disposent généralement des places gratuites.

Des bourses d’études pour couvrir en partie les frais liés à l’échange universitaire



Les étudiants en échange universitaire disposent d’un avantage non négligeable par rapport à aux candidats libres : l’accès aux bourses d’études française, ainsi que les aides financières liées aux programmes d’échange ! En effet, en tant qu’étudiant en échange à l’étranger, vous restez malgré tout inscrit dans l’établissement en France et êtes considérés comme un étudiant français.

Les bourses départementales, régionales, et nationales vous sont donc accessibles, tout comme les bourses sur critères sociaux que vous percevez peut être déjà qui subissent potentiellement une majoration lors de votre séjour à l’étranger.

Les programmes d’échanges proposent généralement aussi des bourses spécifiques permettant de financer en partie votre échange universitaire à l’étranger. Si elles n’ont pas vocation à couvrir l’intégralité des frais engendrés par votre projet, elles sont un soutien appréciable de quelques centaines d’euros, qui s’associent à des frais d’inscription aux universités à l’étranger souvent gratuits comme abordé précédemment.

À noter cependant que les bourses françaises proposés pour les séjours à l’étranger ont globalement diminuées en nombre ces dernières années, et que leur attribution est loin d’être automatique. Quant aux programmes d’échanges, si les étudiants à l’université disposent systématiquement d’une aide financière notamment avec Erasmus, la gestion en interne de ces aides au sein des établissements privés (Grandes Écoles, Écoles spécialisées…) rend leur attribution à tous les étudiants moins régulières.

Nous vous conseillons de consulter notre guide sur les bourses d’études à l’étranger pour en savoir plus.


Le coût de la vie sur place lors de votre échange universitaire



Un point important souvent négligé par les étudiants est le coût de la vie au sein de votre futur pays d’accueil en échange universitaire. Le coût d’un appartement, des sorties, de l’alimentation ou des transports peut varier de manière exponentielle selon votre destination, et un étudiant pourra aussi bien consacrer un budget mensuel de 1000 euros comme 250 euros en fonction de son lieu d’études.

Les pays développés sont généralement les plus chers, mais de grandes disparités existent au sein d’un même pays. Un échange universitaire à Londres aura un coût de la vie bien plus important qu’à Cambridge, alors que les deux sont situés en Angleterre.

Il va sans dire que quelqu’un souhaitant rejoindre New-York pendant 6 mois doit s’attendre à investir bien plus dans son projet que celui qui partira à Budapest.

Attention aussi aux « fausses » destinations accessibles, notamment dans les pays en voie de développement. Il n’est pas rare que certaines villes d’un pays donné ait un niveau de vie très important par rapport au reste du pays, rendant alors le coût de la vie beaucoup plus important que prévu. On peut penser notamment à Shanghai, Hong Kong, Manille, ou Sao Paulo qui peuvent surprendre les étudiants internationaux tant leur niveau de vie élevé n’est pas représentatif de la moyenne du pays.

Au final, selon votre destination, vous pouvez compter entre 250 et 1500 euros par mois pour vivre correctement, bien que pour la majorité des destinations, 800 euros suffisent amplement !


Les frais liées aux études à l’étranger : quelques surprises possibles !



Au-delà des frais d’inscription aux universités, des frais supplémentaires liés à votre éducation auront toutes les chances d’apparaître, notamment en début de semestre. C’est notamment le cas pour :

  • L’Achat d’ouvrages de cours : en particulier dans les pays anglo-saxons, un syllabus avec des ouvrages nécessaires ou optionnels vous sera donné. Ces ouvrages sont souvent indispensables pour se garantir une compréhension complète du module, mais représentent un coût important, avec un prix tournant entre 40 et 100 euros. Sur un voire plusieurs semestres, l’addition peut vite être salée !

  • L’inscription aux associations, évènements et clubs étudiants : BDE, weekend d’intégration, soirées à thème, club de sports ou activités intra-campus, autant d’occasion de rejoindre des évènements et se créer un cercle d’amis, mais aussi de dépenser un peu plus que prévu.

  • Les voyages dans la région : Une fois sur place, attendez-vous à partir voyager régulièrement les weekends et pendant les périodes de vacances scolaires afin de profiter. Cela peut vite représenter un budget très important !


Au-delà des bourses universitaires liés aux échanges, il existe d’autres possibilités pour financer son séjour à l’étranger. Vous pouvez compter notamment sur :

  • Les jobs étudiants sur camps ou hors campus

  • Le travail indépendant sur place ou pour des entreprises françaises

  • Un job d’été à l’étranger avant ou après votre échange

consultez notre forum