Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Comment trouver un emploi en Italie ? Notre guide:


 
Trouver un emploi en Italie


La famille étant très importante en Italie, obtenir un travail via sa famille est très commun (et oui, ça n’est pas seulement un cliché !). Le bouche à oreille ou les relations sont donc un moyen très efficace pour trouver un travail en Italie. 

Mais alors comment fait-on lorsque l’on est expatrié et que l’on n’a pas de relation en Italie ? Pas de panique : il est tout à fait possible de décrocher le poste de vos rêves via d’autres moyens (et nous ne parlons pas là de la mafia italienne !). Où et comment chercher un emploi ? Dans quel secteur ? Nous dévoilons toutes nos astuces dans cet article là !

 

Les secteurs en croissance Italie


 

Comme vous avez pu le voir dans l‘article « Comprendre les salaires en Italie », la rémunération est plus avantageuse dans le Nord qu’au Sud du pays.

Par conséquent, les régions du Nord de l’Italie sont plus dynamiques économiquement et connaissent une plus forte croissance qu’au Sud. Ainsi la Lombardie (Milan), le Piémont  (Turin), la Vénétie (Venise), la Toscane (Florence), l’Emilie-Romagne (Bologne) et les Marches sont les principaux foyers de croissance industrielle de la péninsule.

Chacune de ces régions ont leur levier de croissance: la Lombardie est une région particulièrement dynamique pour les services financiers, la Toscane et le Latium (Rome) pour le tourisme et la Ligurie (Gênes, Cinque Terre) pour les activités portuaires.

En d’autres termes les grandes villes du Nord telles que Florence, Gênes, Rome ou encore Turin sont réputées pour leur abondance d’entreprises privées ; c’est donc là que vous aurez le plus de chance de trouver un emploi.

En Italie on estime que 75% du PIB provient du secteur tertiaire. Les principaux secteurs qui recrutent sont la technique, l’ingénierie, les technologies de l’information et de la communication, l’administration, la gestion, la comptabilité, le service à la clientèle, l’enseignement, la restauration et le tourisme.

Les équivalences de diplôme en Italie


 

Notez que, pour certaines professions réglementées (avocat, greffier, opticien, podologue, diététicien, ingénieur, géologue, conseiller commercial, assistant social, enseignant etc), une reconnaissance professionnelle est nécessaire au préalable pour pouvoir exercer dans le pays.

Il s’agit ici de faire valider votre diplôme français par un autre état membre de l’Union Européenne. Si votre profession est concernée par cette réglementation vous devrez faire une demande auprès des ordres professionnels italiens.  

Pour savoir si vous êtes concernés vous pouvez consulter le site du centre d’information sur la mobilité et les équivalences académiques (CIMEA).  Le CIMEA est le bureau italien du réseau européen ENIC-NARIC d’informations sur la reconnaissance des diplômes et la législation relative à l’enseignement supérieur.

Le marché du travail italien est-il favorable pour les jeunes diplômés ?


 

Malheureusement, non. Le taux de chômage des jeunes en Italie environne les 33 %, soit le double de la moyenne européenne. La génération Y (personnes nées entre 1980 et 2000) bénéficie d'un revenu inférieur de plus de 15 % à la moyenne des habitants de la péninsule. 

Les jeunes diplômés italiens sont victimes d’inégalités et partent travailler à l’étranger en début de carrière. Actuellement il n’existe pas de réelle politique de discrimination positive à l’égal des jeunes diplômés en Italie. Pourtant, la méritocratie était l'axe majeur de la communication de Matteo Renzi lorsqu’il est arrivé au pouvoir en 2014. Il rêvait d'« un pays où l'on trouvera un travail grâce à ce que l'on sait et non pas grâce à ceux que l'on connaît ». 

Quel est le niveau de langue requis pour travailler en Italie ?


 

Savoir dire « pasta », « pizza » et « bella ciao » ne suffiront pas à décrocher un contrat en Italie ! La maîtrise de l’italien s’avère indispensable dans la plupart des professions citées précédemment pour les secteurs à fort potentiel.

En effet les formations « trop généralistes » (lettres, droit, art, journalisme) offrent assez peu de débouchées en tant qu’étranger ; il faut donc pour apporter des compétences bien précises et une maitrise de la langue irréprochable pour se différencier sur le marché.

On peut parfois vous demander des certificats de langue afin de valider votre niveau en italien. Il en existe plusieurs : le CILS (Certificat d’italien comme langue étrangère), la DITALS (Didactique de l’italien langue étrangère), le PLIDA (Connaissance de la langue italienne) et les Tests et diplômes de la Chambre de Commerce Italienne pour la France.

Le plus courant pour travailler en Italie est le PILDA « progetto lingua italiana Dante Alighieri » puisqu’il est reconnu par le ministère des affaires étrangères italien, le ministère de l’instruction publique et de l’enseignement supérieur. Son coût peut aller de 65 à 135€ selon le niveau passé.

Le CIC (certificat d’italien commercial) est également très populaire en France pour travailler en Italie puisqu’il s’adresse tout particulièrement aux professionnels et étudiants qui ont besoin de valider leurs compétences dans un contexte d’échanges économiques et commerciaux franco-italiens.

 

Les sites de recherche d’emploi généraux en Italie


 

Parmi les sites internet sur lesquels vous pouvez faire votre recherche d’emploi en Italie, on peut citer :

  • Clicca Lavoro: agrégateur d'offres d'emploi pour l’Italie par région et par secteur. Vous pourrez également trouver des offres pour de grands groupes italiens tels que Scuola&Lavoro. 

  • Cambio Lavoro : ce site propose près de 48.555 annonces, newsletters, CV en anglais et autres services pour dirigeants et managers, personnel d'encadrement, personnel qualifié et intérimaire.

  • Centro Impiego : est l’agence nationale pour l’emploi. Il faut s’inscrire auprès de la sezione circoscrizionale du lieu de résidence et enregistrer son permis de séjour et son code fiscal.

  • Trovolavoro : portail de l'emploi où vous pouvez trouver des offres d'emploi qui correspondent à vos besoins ainsi que des informations utiles pour les demandeurs d'emploi.

  • Indeed: portail incontournable pour rechercher des offres d’emploi dans tous les secteurs et dans toutes les régions

  • Glassdoor : site de recherche d’emploi toutes branches et toutes régions confondues

  • Monster: site de recherche d’emploi toutes branches et toutes régions confondues

  • EURES - Section emplois: (European Employment Services) portail européen sur la mobilité et l’emploi. Vous pouvez trouver des offres d’emploi pour l’Italie mais aussi des renseignements sur le marché du travail local.

  • Service de l’emploi de la Chambre française de commerce et d’industrie en Italie de Milan: la CCI France Italie publie quelques offres d’emploi

 

Comment postuler à un emploi en Italie ?


 

Après avoir éplucher les sites internet ci-dessus et avoir trouvé l’offre de vos rêves, comme pour la France, il est indispensable de faire un CV (curriculum vitae) et une lettre de motivation (lettera di motivazione). Sauf indication contraire, il est essentiel de les traduire en italien.

Vous devrez faire figurer dans votre CV votre état civil, votre formation, vos expériences professionnelles, vos compétences (informatiques par exemple), les langues que vous pratiquez, une rubrique « centres d’intérêts » ainsi que la phrase
« autorizzo il trattamento dei miei dati personali ai sensi della legge 675/96 » en bas du CV qui signifie « j’autorise le traitement de mes informations personnelles selon la loi 675/96 ».

Pour plus d’information concernant la lettre de motivation, voici
un article en italien, qui pourra vous aiguiller.

 

Quels sont les codes culturels à connaître avant un entretien ?


 

Vous avez envoyé votre CV avec votre lettre de motivation et vous avez été retenu pour un entretien ?! Bravo ! Voici quelques petits conseils culturels et comportementaux qui pourraient vous aider à réussir votre entretien.

Tout d’abord, pensez à soigner vos présentations, que ce soit votre tenue vestimentaire ou vos supports si demandés (carte de visite, book, présentation PowerPoint) puisqu’ils reflètent votre statut social. En effet les italiens sont très sensibles et attentifs à ces détails là ; du moins encore plus qu’en France.

Par ailleurs la ponctualité est, certes, primordiale pour un entretien d’embauche mais sachez qu’il n’est pas rare pour les Italiens d’arriver 5 ou 10 minutes en retard. Enfin misez sur le facteur humain plus que sur l’aspect « business ».

En Italie, et comme beaucoup d’autres pays européens, on cherche à connaître ses interlocuteurs avant d’entamer des négociations. Il peut être mal perçu de laisser un silence s’installer ou d’avoir l’air pressé lors des premiers rendez-vous.

Soyez avenant et intéressez-vous à vos interlocuteurs ;  une fois la relation de confiance et de respect installée, vous pourrez commencer à “entrer dans le vif du sujet”.

Les groupes de recherche d'emploi en Italie sur les réseaux sociaux


 

Notons également que de plus en plus d’entreprises publient des offres d’emplois sur leurs réseaux sociaux, tels que Facebook ou Linkedin. Il peut alors être intéressant pour vous de suivre la page de celles qui pourraient proposer des postes dans votre domaine Groupes Facebook :

Français en Italie – Italiani in Francia : groupe dédié aux italiens et aux français expatriés dans l’un des deux pays afin d’échanger sur les expériences de chacun, partager des informations sur l'installation et la vie en Italie/France, des bons plans, des offres d'emploi. Cette petite communauté de 500 personnes est plutôt active !

Français à Rome : communauté de 3400 membres avec en moyenne 2 publications par jour. Vous pourrez échanger les bons plans à Rome, poser des questions et parfois même trouver des offres d’emploi.

Français à Milan : petite communauté de 600 personnes avec en moyenne une quinzaine de publication hebdomadaire. Conseils, retour d’expérience et parfois même des offres d’emploi à Milan sont disponibles sur ce groupe.

Pour aller plus loin :

OECD-  étude en anglais sur les perspectives de l'emploi en Italie (2017)

Cliclavoro : site web du Ministère du Travail et de la politique sociale en Italie.

Lavorare.net : Emplois, concours ouverts, cours de formation, conseils et services pour ceux qui cherchent et offrent du travail.

Articles en relation