Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Comprendre les salaires en Espagne: le guide



Les salaires en Espagne
Un proverbe espagnol affirme que “a bien obrar, bien pagar” (littéralement à bien fait, bien payé). Oui, mais qu’en est-il des salaires en Espagne ? Un travail bien fait signifie-t-il bon salaire ? Quel est le salaire moyen auquel nous pouvons prétendre selon les professions ? Existe-il des primes et des bonus comme en France ? A quoi ressemble une fiche de paye en Espagne ? Quels sont les taxes et les prélèvements obligatoires en Espagne ?

Nous répondrons à toutes ces questions dans cet article !


Quel est le niveau de salaire moyen auquel je peux prétendre en Espagne ?



Certes vivre en Espagne est moins coûteux que vivre en France mais le niveau de vie des citoyens espagnols et les salaires sont globalement plus faibles qu’en France. En moyenne le salaire des espagnols est 20 à 30% inférieur à celui des français. A titre de comparaison, en 2015 le salaire moyen brut mensuel de l’Espagne est de 1640€ quand celui de la France est de 2250€ (Adecco/Barcelo & asociados sobre la base de INE y Eurostat).

Soulignons que ces chiffres sont une moyenne des salaires en Espagne et que ceux-ci dépendent de l’âge, de l’expérience, de la profession, des secteurs d’activités et des régions. Par exemple quatre communautés autonomes d’Espagne sont au dessus de la moyenne nationale en termes de salaire moyen mensuel brut : le Pays Basque avec 1 950€, la Communauté de Madrid avec 1946€, Navarre avec 1 748€ ainsi que la Catalogne avec 1725€.

Voici le salaire moyen annuel auquel vous pouvez prétendre pour ces deux grandes villes d’Espagne selon votre profession:

 

Madrid

Barcelone

Category manager

43 000€/an

51 391€/ an

Product manager

46 734€/an

36 419€/an

Data analyst

30 566 €/an

37 000€/an

Analyste financier

31 115€/an

34 184€/an

Business developer

26 281€/an

26 533€/an

Ingénieur

38 561€/an

30 257€/an

Programmeur informatique

36 000€/an

28 000€/an

Réceptionniste

15 601€/an

20 752€/an

Serveur

16 834€/an

14 400€/an

Community manager

20 607€/an

23 125€/an


Votre profession ne figure pas parmi ces exemples ? Pas de panique! Le site de Glassdoor vous donnera une idée précise du salaire auquel vous pouvez prétendre selon les villes et la profession que vous exercez.

Les primes et bonus de salaire en Espagne:



Tout comme en France, il existe un salaire minimum appelé le SMI (Salario Mínimo Interprofesional) dont le montant est fixé annuellement. En 2019 le salaire minimum est de 900 euros bruts sur 14 mois soit 1050 euros bruts sur 12 mois.

En effet en Espagne on calcule le salaire sur 14 mois car la loi prévoit que le salarié doit bénéficier de deux primes annuelles (en plus des 12 mois de salaire) : l’une en juillet et l’autre en décembre, chacune équivalente à un mois de salaire. Cependant la convention collective dont dépend le salarié peut prévoir le prorata de ces primes en 12 mensualités.

Le salaire de base est la rémunération minimum fixée par chaque convention collective. Viennent s’ajouter ensuite certains compléments selon : l'ancienneté, les compétences spécifiques (langues, diplômes...) et tout ce que l'entreprise peut inclure pour améliorer la rémunération de l'individu, mais également les primes de danger, pour le travail de nuit, ainsi que les primes de rendement, les primes de ponctualités, les heures supplémentaires etc.

Le système de versement des bonus et des primes pour objectifs en Espagne est sensiblement le même qu’en France (article 26.3 du Statut des Travailleurs). Les bonus et les primes doivent faire l’objet d’un accord entre l’employé et son employeur sur les objectifs à atteindre. De plus le salarié doit connaître le mode de calcul du montant de la prime. Toute modification de la prime constitue une modification du contrat de travail.


Quels sont les taxes et prélèvements obligatoires en Espagne ?



En Espagne, les prélèvements obligatoires sont l’IRPF (impôts sur le revenu) et la sécurité sociale. Les impôts sont directement prélevés à la source, c’est-à-dire sur les revenus mensuels. Ainsi le salarié reçoit un salaire net, après que son employeur ait effectuées les retenues des cotisations de sécurité sociale et prélevé l’impôt sur le revenu.

En effet l’entreprise paye l’IRPF de ses employés (impuesto sobre la renta de las personas físicas). En 2015, le barème d’impôt sur le revenu était le suivant :

Revenu 

Taux d'imposition

De 0 à 12 450 € 

19 %

De 12 450 à 20 200 €

24 %

De 20 200 à 35 200 € 

30 %

De 35 200 à 60 000 €

37 %

Supérieur à 60 000 €

45 %


Afin de régulariser les trop-payés ou les versements insuffisants d’impôt, l’Agencia Tributaria (équivalent du Trésor Public) a mis en place un dépôt obligatoire de la déclaration de revenus du contribuable, chaque année, auprès de l’administration fiscale espagnole. Le simulateur Renta Web Open permet d’avoir une estimation de ce que le Trésor Public espagnol vous doit ou, à l’inverse, de ce que vous devez à la Agencia Tributaria.

En Espagne, les cotisations sociales sur le salaire (part salariale et part patronale confondues) sont beaucoup plus faibles qu’en France puisqu’elles représentent environ 36% du salaire brut de l’employé. Les charges sociales obligatoires au 1er janvier 2019 se répartissent de la sorte :

 

Taux employeur

Taux salarié

Total

Cotisation générale (vieillesse, invalidité, maternité)

23,60%

4,70%

28,30%

Chômage :

CDD

CDI

5,50%

6,70%

1,55%

1,60%

7,05%

8,30%

Fonds de garantie salariale

0,20%

 

0,20%

Formation professionnelle

0,60%

0,10%

0,70%


Toutefois, l’assiette des cotisations est plafonnée : le montant des cotisations sociales reste fixe lorsque les salaires dépassent 4 070,10€. La base minimale mensuelle pour le calcul des cotisations est de 1050€.

Pour les personnes percevant des revenus en France et vivant en Espagne, il existe une convention fiscale entre les deux pays pour éviter la double imposition. Pour cela vous devez déclarer vos revenus français en Espagne. Plus d’information sur le site du gouvernement français.


A quoi ressemble ma fiche de paie en Espagne ?



La fiche de paye (ou nómina en espagnol) est divisée en trois parties distinctes :

  • La rémunération mensuelle qui correspond au salaire brut annuel en 12, 14, 15 ou 16 paies selon ce qui est décidé dans le contrat de travail ou la convention collective, auquel est soustrait les prélèvements obligatoires (déductions d’impôts et sécurité sociale).

  • La retenue de la sécurité sociale : 6,35% pour le salarié en CDD ; 6,40% pour le salarié en CDI et entre 29,9% et 31,1% pour l’employeur.

  • La retenue de l’IRPF (impôt sur le revenu)


Tout comme une fiche de paye française vous trouverez en en-tête les coordonnées de l’entreprise qui vous emploie, son nom, sa raison sociale et pour le salarié ses coordonnées, son numéro d’affiliation à la sécurité sociale ainsi que sa catégorie professionnelle, l’intitulé de son poste de travail et son ancienneté dans l’entreprise. En dessous figurent deux parties : ce que le travailleur reçoit et ce qui lui est retenu de son salaire. 

 

Certes, le proverbe “a bien obrar, bien pagar” (à bien fait, bien payé) n’est pas vérifié mais maintenant que vous en savez plus sur les salaires en Espagne on pourrait dire que vous valez deux fois plus cher puisque « un hombre prevenido vale por dos » (un homme averti en vaut deux) !

Articles en relation