Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Le système LMD et son intégration dans l'Union Européenne :


 

La réforme LMD dans les universités européennes

Le système LMD a commencé à être misE en place en 2002, et a pour but d'unifier l'enseignement supérieur européen et de faciliter les équivalences entre les pays afin de favoriser les déplacements des étudiants au sein de l'Europe.

 

Cette loi vise à homogénéiser l'enseignement supérieur en Europe, ce qui s'est traduit par plusieurs modifications.

 

L'apparition d'un nouveau schéma de diplôme LMD :


 

Tout les pays de l'Union Européenne doivent adopter un nouveau schéma, afin qu'il ne reste que 3 niveaux universitaires au final. Ces 3 niveaux ont donné le nom de la loi, LMD, ou Licence-Master-Doctorat, correspondant respectivement à un niveau bac +3, bac +5, et bac +8. Toutes les universités européennes ont des noms de diplômes relativement proches (Licence en français, Laurea en italien), du moins sur le papier. En effet, près de 8 ans après la mise en place de la loi, si tout les pays se rapprochent du système LMD, seule la France et l'Italie semble l'avoir parfaitement intégré.


Cependant, les progrés effectués à travers l'Europe grâce à cette loi sont impressionnants, et de plus en plus de jeunes peuvent partir étudier à l'étranger sans craindre pour la non-reconnaissance de leur diplôme par la suite et ce grâce à un autre système implanté avec la loi, les crédits ECTS.

 

L'apparition des crédits ECTS dans le cadre de la réforme LMD :


 

C'est un système d'accumulation des crédits d'études afin de rendre plus transparente l'éducation supérieure au niveau internationnal. Chaque Unité d'enseignement ou matière se voient attribuées un certain nombre de crédits en lien avec la quantité de travail nécessaire dans celle-ci.

 

La réforme Lmd et ses changements

La première rêgle simple à connaître est que 1 an d'étude correspond à 60 crédits dans tout les cas. Sur le papier, 1 crédit ECTS correspond à 25 heures de travail, alors que dans la réalité selon les formations le temps de travail peut varier du simple au double pour un même nombre de crédit. De plus, quelqu'un avec 180 crédit ECTS n'aura pas forcémment un diplôme de niveau bac + 3.

 

Si l'on veut vraiment simplifier, leur seul utilité et de faciliter le transfert des étudiants, le reste est quasi-inutile et rend les choses plus compliquées qu'elles ne le sont.

 

Si vous souhaitez plus d'informations, rendez-vous sur l'article " LMD késako?" de notre partenaire E-orientations.