Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Quelle est la barrière de la langue pour travailler à l'étranger ?



Niveau de langue pour travailler à l'étranger


Partir travailler à l’étranger implique s’immerger dans une nouvelle culture, et surtout intérargir dans une nouvelle langue. Hormis les pays francophones, vous avez toutes les chances de devoir travailler dans une langue étrangère une fois à l’international. Mais quelle est réellement la barrière de la langue selon les destinations ? L’anglais suffit t’il aujourd’hui à travailler dans le monde entier ? Comment progresser rapidement si nécessaire ?

Autant de questions que nous allons aborder dans notre guide sur le niveau de langue pour travailler à l’étranger.

L’anglais, indispensable pour travailler à l’international



Le British Council planifie que d’ici à 2020, près de 2 milliards de personnes étudieront l’anglais afin de l’utiliser dans un cadre professionnel. Souvent mis en avant comme un avantage important pour votre profil, l’anglais est devenu une compétence de base pour les employés du monde entier interrargissant avec l’international. Si certains pays, notamment en Asie, restent relativement fermés et utilisent encore peu l’anglais dans leur communication quotidienne, le reste du monde considère aujourd’hui l’anglais comme le langage privilégié pour les échanges commerciaux.

Le sujet est abordé régulièrement par les médias, notamment le magazine en ligne Forbes, qui n’hésite pas à parler d’une compétence aujourd’hui indispensable pour la totalité des employés, et non plus un avantage réservé aux élites. Près de 56% de la population au sein des pays Européens est capable de parler anglais, ce qui en fait un requis pour n’importe qui souhaitant développer sa carrière en dehors de la France.

Malheureusement, la France est encore aujourd’hui à la traîne en termes de formation, et le niveau d’anglais reste très faible par rapport aux autres pays européens. Si l’on se réfère au classement EPI 2017 produit par l’organisme EF, le pays arrive en 32ième position, derrière l’intégralité de l’Europe exceptés quelques membres comme l’Italie.

En 2018, on considère encore en France que l’anglais est une compétence valorisante et non un prérequis. Pourtant, si vous souhaitez développer votre carrière à l’international, un excellent niveau sera indispensable !


La langue nationale, bien souvent plus indispensable qu’on ne le pense



Il est généralement admis que l’anglais peut vous permettre d’évoluer partout dans le monde, et qu’il est aujourd’hui possible de travailler partout grâce à sa maîtrise. Dans les faits, la situation est beaucoup plus complexe, et de nombreux pays seront difficilement accessibles si vous ne maîtriser par la langue sur place.

On pourrait penser que des pays comme le Danemark, les Pays-Bas, ou encore l’Allemagne disposant d’une excellente maîtrise de l’anglais ouvrent massivement leurs portes aux expatriés ne parlant pas leur langue. Pourtant, la barrière de la langue existe belle et bien, et pour ces destinations, ne pouvoir communiquer qu’en anglais vous fermera l’accès à 90% du marché de l’emploi.

Comment expliquer cet état des faits ? La volonté globale d’accepter uniquement les expatriés souhaitant s’intégrer dans le pays est souvent l’une des premières causes. Mais celle-ci n’explique qu’en partie la situation. Dans les faits, la majorité des entreprises recrutent dans la population locale, et les équipes constituées majoritairement d’expatriés constituent encore aujourd’hui l’exception, et non la règle. Ne pas maîtriser la langue du pays devient alors une véritable barrière entre vous, vos collègues et vos clients, et peut sévèrement affecter vos performances.

Pour aller plus loin, nous vous proposons plusieurs articles illustrant la vision de cette problématique pour plusieurs pays.


1. Les Pays-Bas : le hollandais avant tout !



Malgré leur première place selon le classement EF EPI 2017 pour leur maîtrise de l’anglais, les néerlandais apprécient énormément que les étrangers parlent leur langue. Si la question de savoir combien de temps le néerlandais pourra survivre apparaît parfois dans les médias, il est aujourd’hui impensable de pouvoir développer une véritable carrière sur place en communiquant uniquement en anglais, affirmation reprise par le portail spécialisé IAmExpat.


2. L’Allemagne : un marché de l’emploi fermé à 90% au non germanophone



L’Allemagne est un autre pays où la maîtrise de l’anglais au sein de la population est particulièrement avancée. Pourtant, selon les spécialistes de Employland.de, il est très difficile de développer votre carrière sans parler allemand. Certains d’entre eux iront même jusqu’à affirmer qu’il n’existe pas de jobs sans maîtrise de l'allemand en Allemagne ou que 99% du marché vous sera fermé.

De notre côté, on aura un avis moins tranché, tout comme le portail German Way : il est possible de trouver un emploi en Allemagne sans maîtriser l’allemand, mais si vous souhaitez développer votre carrière sur place, il est conseillé de prendre des cours !


3. Les pays nordiques : Suède, Danemark, Norvège ne vous ouvriront pas leurs portes facilement



Si l’on connaît tous la qualité de vie des pays nordiques, on connaît assez peu leur très grande difficulté d’accès pour les expatriés. Contrairement aux exemples précédents, la maîtrise de la langue nationale est obligatoire et inscrite dans la culture en entreprise. Les expatriés se font très rares, et beaucoup n’arrivent pas à trouver une mission sur place.

Prenons la Norvège par exemple. En consultant le portail Life in Norway ainsi qu’un blog dédié à l’expatriation sur place, une vérité ressort : a la barrière de la langue s’ajoute un véritable sentiment nationaliste. Les norvégiens souhaitent avant tout recruter des norvégiens, et les expatriés sont rarement acceptés au sein des entreprises.

Il en va de même pour le Danemark. Le portail « How to live in Denmark » n’hésite pas à affirmer que l’anglais ne suffit pas pour trouver du travail sur place, alors qu’à compétence égale, un employeur danois recrutera toujours un local à la place d’un étranger.

Ces exemples ne sont bien évidemment pas exhaustifs, et bien d’autres destinations vous feront comprendre que l’anglais ne suffit pas pour développer votre carrière. Mais à cette vision plutôt pessimiste, nous apporterons une nuance dans notre conclusion finale. Il est possible de trouver un emploi dans la majorité des pays en ne maîtrisant que l’anglais. Cependant, si vous souhaitez évoluer, vous intégrer, et rester plusieurs années ou toute une vie, l’apprentissage de la langue locale sera indispensable.

La maîtrise du français, un atout indéniable



Chaque année, le CBI, organisme anglais représentant près de 190 000 entreprises du pays, présente une étude annuelle mettant en avant les compétences et valeurs clés recherchées par les employeurs au Royaume-Uni. En partenariat avec Pearson, une entreprise leader dans l’éducation, cette étude permet entre autres de comprendre quels languages sont les plus recherchés par les recruteurs anglais.

Dans la version 2016 de son « Education and Skills Survey », c’est le français qui ressort gagnant avec 50% des votes, devant l’allemand (47%) et l’espagnol (30%). Cette étude démontre clairement encore aujourd’hui la valeur du français en Europe, notamment pour l’un des premiers partenaires économiques du pays.

Partout dans le monde, le français restent une langue valorisée, et il suffit de travailler avec une entreprise à l’étranger ayant des liens avec la France pour pouvoir mettre en avant cette compétence que vous avez acquis naturellement.

C’est ainsi que l’organisme américain GoAbroad  et l’agence Europe Language Jobs n’ont pas hésité à mettre le français comme 4ième et 3ième langue les plus demandées par les employeurs . Même si leur méthodologie reste à clarifier, cet engouement global des médias et des employeurs vis-à-vis du français démontre que vous disposez d’un réel avantage sur le marché du travail à l’international.


Les cours de langue à l’étranger, un excellent moyen de progresser rapidement



Si vous avez des difficultés en anglais ou dans toute autre langue étrangère, et que cela peut porter préjudice à votre carrière, le meilleur moyen de progresser rapidement reste de rejoindre une formation au sein d’une école de langue à l’étranger.

Il en existe des centaines dans chaque pays, et il suffit généralement de quelques semaines sur place en immersion totale pour voir son niveau s’améliorer rapidement. Des programmes professionnels ou de loisirs sont accessibles pour des durées allant de 1 semaine à 12 mois, et il est possible de trouver une formation quelque soit vos attentes.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter notre guide dédié aux séjours linguistiques, ainsi que celui dédié aux cours de langue. N’hésitez pas à faire un tour sur le portail de notre partenaire spécialisé dans les séjours linguistiques à l’étranger: Voyage-Langue !