Les cookies permettent de personnaliser le contenu et les annonces afin d'améliorer votre expérience. En naviguant sur le site, vous acceptez leur utilisation.

Votre source d'informations pour partir étudier à l'étranger

Menu

Index de l'article

Jérôme, étudiant à Ottawa au Canada depuis plus de 3 ans :


 

Jérôme, étudiant à Ottawa au Canada

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?


Jérôme, 24 ans - Étudiant en communication et création multimédia. Je suis originaire de la région Rhône-Alpes en France et je vis à Ottawa (Ontario, Canada) depuis 2008. Mon histoire est assez atypique puisque je n’aurais jamais dû partir à l’étranger (notes insuffisantes, niveau d’anglais trop faible, quotas déjà remplis, etc.).

 

Je suis finalement parvenu à passer entre les mailles du filet en partant au Canada dans le cadre d’un échange académique d’un an à la suite duquel j’ai décidé de rester vivre au Canada. Je suis d'ailleurs l'auteur du site Blog-Canada.com et d'un guide pratique pour préparer un départ au Canada !


Quand es-tu parti au Canada ?


Je suis parti au Canada pour la première fois en août 2008 grâce au programme d’échange ORA et grâce à la bourse de la région Rhône-Alpes. J’étais censé reprendre mes études en France dès mon retour, mais le sort en a décidé autrement.

 

Je suis retourné au Canada l’année suivante avec un permis Vacances-Travail d’un an, suite à quoi j’ai décidé de finir mon cursus universitaire au Québec en tant qu’étudiant international. Je suis désormais dans l’attente d’une réponse à ma demande de résidence permanente.


Qu’est ce qui t’as incité à partir ?


Je souhaitais partir dans un pays anglo-saxon pour améliorer mon anglais, voyager et découvrir un nouveau mode de vie. Je voulais également sortir des sentiers battus pour vivre une expérience hors de l’ordinaire.

 

Apprendre l’anglais en immersion a toujours été ma première source de motivation, malheureusement, pour partir apprendre l’anglais à l’étranger, il faut déjà savoir parler et comprendre l’anglais à un niveau intermédiaire, ce qui n’était pas mon cas. Pour l’anecdote, j’ai opté pour des cours en français dans une université canadienne bilingue (c’était ma seule option) et j’ai découvert sur place qu’une fois inscrit, il est possible de changer la langue de ses cours sans passer de test de langue... Chose que j’ai bien évidemment faite. :D


Études à Ottawa au Canada

 

Les démarches pour partir étudier à Ottawa :


 

Quelles ont été tes démarches avant et une fois sur place ?


Avant le départ il faut demander un passeport, obtenir un visa/permis d’étude ou de travail*, souscrire une assurance, rechercher un logement et trouver un billet d’avion.
Une fois sur place il faut ouvrir un compte en banque, s’inscrire à ses cours (pour les étudiants) et faire son CV, demander un numéro d’assurance sociale et trouver un job (pour les Pvtistes).


*Pour partir en échange académique, il faut se renseigner directement auprès du responsable des relations internationales de son université. Pour le PVT, il suffit de faire une demande à l’ambassade du Canada grâce à la trousse de demande de participation et aux instructions disponibles sur leur site internet. Pour partir en tant qu’étudiant international, il faut faire une demande d’admission auprès d’une université canadienne, puis obtenir un CAQ (pour les études au Québec) et un permis d’études.


As-tu trouvé les formalités difficiles ?


Les démarches ne sont pas nécessairement difficiles, elles sont surtout longues et stressantes, car il faut passer des heures à lire la documentation et les guides de l’université canadienne d’accueil, ainsi que ceux de l’ambassade du Canada et du Québec. Malheureusement, personne n’est là pour vous prendre la main et vous rappeler de faire ceci ou cela avant le départ ou dès de votre arrivée. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai décidé de créer un guide pratique du départ au Canada.


Comment s’est déroulée ton arrivée ?


Je suis descendu de l’avion à l’aéroport de Toronto avec un mélange d’excitation et d’angoisse. Je me suis rendu compte que j’étais lâché dans la nature sans avoir été préparé à ce qui allait arriver. Après une semaine à Toronto, j’ai pris un bus pour Ottawa où j’ai commencé ma recherche de logement depuis mon auberge de jeunesse.

 

J’ai eu beaucoup de difficulté à parler et à comprendre l’anglais durant les premiers mois, mais j’ai eu la chance de rencontrer des personnes qui m’ont apporté une aide précieuse lors de mon installation.

 


 

La vie au sein de l'université à Ottawa :



Comment se passe ta vie étudiante au sein de l’université ?

 

Il y a deux mondes, celui des étudiants qui vivent « On-campus » et celui des étudiants qui vivent « Off-campus ». La vie sur le campus (en dehors des heures d’études) se résume souvent à un grand « party » : beaucoup d’alcool, des amis et de la bonne humeur. À noter, les étudiants français (ou internationaux) passent la plupart de leur temps entre eux.


Puisque je vis en Ontario et que j’étudie au Québec, ma vie étudiante est beaucoup moins glamour. Généralement je vais à mes cours et je retourne à mes autres occupations, comme la majorité des Canadiens et Québécois.

 

Jérôme parti étudier au Canada



Comment fonctionne ton programme et tes cours ? Qu’en penses tu ?


Les cours et programmes d’études au Canada offrent une grande liberté en terme de choix de cours et en terme d’emploi du temps. Je peux faire mon propre emploi du temps (en fonction de l’offre de cours à chaque trimestre) et je peux aussi personnaliser mon programme d’études grâce à des « cours optionnels » qui sont des cours obligatoires, mais que l’on peut choisir selon nos goûts et nos centres d’intérêt (parmi une banque de cours donnée).


Au niveau du déroulement des cours, on remarque vite que les Canadiens prennent leurs cours au sérieux et sont très attentifs durant les classes. La discussion et les échanges entre étudiants et professeurs font partie intégrante du cours. Les étudiants canadiens participent activement aux cours. Il y a un également un lien de proximité entre les étudiants et leurs professeurs, si bien qu’ils se tutoient et s’appellent souvent par leur prénom.

 

Les professeurs sont également très disponibles et il très facile d’aller les rencontrer en personne pendant leurs heures de bureau ou de les contacter par téléphone ou par courriel.



Comment a évolué ton niveau d’anglais ? Difficile à comprendre au début ?


Je suis arrivé au Canada avec quelques connaissances théoriques de base. Je n’étais pas capable de donner l’heure à quelqu’un dans la rue sans devoir réfléchir pendant 30 à 45 secondes. J’ai passé les 3 à 4 premiers mois à écouter plus qu’à parler, notamment lors de mes cours en amphithéâtres.

 

Heureusement, je pouvais pratiquer lors de mes cours d’ESL, avec quelques étudiants internationaux et à la maison avec mes colocataires anglophones. J’ai fait tous les efforts possibles pour m’immerger dans la culture anglophone et pratiquer la langue au maximum et mon niveau d’anglais a significativement évolué grâce à cette immersion permanente.

 

Bien que j’étudie actuellement au Québec (de l’autre coté du pont), je fréquente peu de francophones en dehors de mes cours et de mes travaux scolaires en groupe. Je vis en couple avec une personne anglophone et mes amis sont majoritairement anglophones ou bilingues, si bien que c’est désormais mon français qui commence un peu à se dégrader.

 

La vie de Jérôme en dehors de son université :


 

Jérôme, parti étudier à OttawaEt au niveau du logement ? Tu l’as trouvé comment ? C’est une colocation ?


J’ai beaucoup déménagé au Canada (environ une fois par an). J’ai partagé deux maisons et deux appartements avec des colocataires et des amis canadiens anglophones. Je viens d’ailleurs d’emménager dans mon 5e logement le mois dernier.


Trouver un logement au Canada n’a rien de difficile puisque les Canadiens déménagent beaucoup ce qui créer un roulement permanent de l’offre. Il me semble que j’avais trouvé mon premier logement grâce à une annonce dans un journal local, mais il existe plein d’autres outils tels que les affiches et pancartes dans la rue, le bouche à oreille et les sites internet tels que kijiji.ca et ca.easyroommate.com.


La vie au Canada en dehors des cours ?


Le Canada et le Québec ont leur propre rythme. Tout est grand et tout va relativement vite, surtout dans les grandes métropoles. Les hivers sont longs et très froids alors que les étés sont très courts et très chauds. Il faut tout réapprendre, y compris les choses de bases comme s’habiller (pour le froid), faire ses courses et communiquer avec les autres.


Il est extrêmement facile de briser la glace et se faire des connaissances au Canada, mais il est un peu plus dur de se recréer un véritable cercle social.


Comment as-tu trouvé Ottawa ?


Ottawa est une grande ville nord-américaine où la nature est très présente. Bien que la ville d’Ottawa soit la capitale du Canada, elle n’est pas aussi dynamique que les métropoles que sont que Toronto, Montréal et Vancouver. Cependant, Ottawa constitue un excellent compromis entre les avantages de la ville et ceux de la campagne. De plus, Ottawa bénéficie d’un énorme atout : le « bilinguisme ». La ville se situe à la frontière entre le Québec et l’Ontario ce qui fait qu’on peut y entendre parler français, même si l’anglais reste la langue majoritairement utilisée.


Ton avis personnel sur ton expérience ?


Mon expérience m’a permis de réfléchir à de nombreuses questions et de voir les choses sous un nouvel angle. Il est parfois difficile d’être loin de sa famille et de ses amis, mais je ne regrette pas mon départ. Mon expérience est une opportunité extraordinaire qui m’a été donnée et j’encourage les jeunes français à partir vivre leur propre aventure au Canada ou ailleurs grâce aux différents programmes de mobilité des jeunes mis en place par de nombreuses ambassades.

 

Retrouvez plus d'informations sur la vie au Canada sur le blog de cet étudiant français expatrié au Canada.

 

consultez notre forum